. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Kaédi-Football Club : La belle et utile aventure va-t-elle s’arrêter, faute de moyens ?

Mardi 13 Juillet 2021 - 17:06

Du fait de faibles  moyens, des clubs de football Mauritaniens de Nouakchott, mais surtout de l’intérieur du pays, retournent, souvent, en deuxième division, la saison qui suit leur arrivée au sein de l’élite.

Kaédi Football Club, en première division depuis 2017, vient d’y  boucler sa quatrième année. Pour les deux premières saisons, le club a joué le maintien avec un rang de 12ème sur 14 équipes. Pour la troisième saison, les représentants du Gorgol en première division ont nettement  progressé en se classant 10ème sur 14 équipes. La progression a continué avec une place de 7ème sur 16 équipes pour la quatrième saison (2020-2021) qui vient de s’achever.

Avec des moyens très modestes, les responsables de  Kaédi-Football Club entretiennent difficilement une pelouse naturelle, fruit de leur labeur, arrosée à partir d’un puits sécurisé. C’est cette pelouse qui lui permet au club  de jouer à domicile, devant son public. Pour se maintenir au sein de l’élite, l’équipe a recruté 4 joueurs Sénégalais  et un entraineur de la même nationalité.

Autres effort financiers importants : pour des déplacements sécurisés et confortables des joueurs, le club a commandé un bus de l’Europe.  Kaédi-Football Club a aussi signé un contrat avec un équipementier (DK Sportswear) pour un équipement de qualité.

En plus de l’équipe de football, pour offrir aux jeunes des  perspectives autres que la drogue, la délinquance… les dirigeants de Kaédi-Football Club ont lancé en 2019 « KAEDI FOR CHALLENGES », une section basket-ball.

Les dirigeants de Kaédi-Football Club et les joueurs, depuis quatre ans, sont dans le sacrifice permanent pour  que leur ville reste en première division, afin d’offrir aux jeunes de Kaédi et de toute la région du Gorgol des cadres d’épanouissement à travers le sport.

Mais, la modestie des moyens et le déficit de soutien risquent de compromettre cette belle et utile entreprise.

La subvention annuelle de 5 millions attribuée par la FFRIM à chaque club évoluant en Super D1, soulage fortement Kaédi-Football Club mais est, largement, insuffisante, en raison surtout de ses multiples déplacements. Les recettes des matchs joués à domicile (réduites à presque rien avec les mesures anti covid-19) suffisent à peine pour motiver les stadiers.

Kaédi-Football Club, financièrement  essoufflé après quatre saisons en Super D1, pourrait, selon ses dirigeants, prendre certaines mesures impopulaires mais nécessaires pour sauver les meubles.

Afin de réduire les charges, deux options sont à l’étude. Les dirigeants du club envisagent ainsi : soit de ne pas s’engager pour la prochaine saison, soit,  d’installer le club à Nouakchott et y jouer les matchs. Si cette seconde option est retenue,  il sera ainsi fait l’économie des frais de déplacements et autres hébergements. Loin de ses bases, de son public, le club pourrait retourner, après toutes ces années d’intenses efforts, en deuxième division.

Au-delà des Kaédiens et Gorgolois d’ici et d’ailleurs, le message lancé à toutes les bonnes volontés est claire. Kaedi-Football Club a besoin de soutien pour continuer à jouer devant son public, pour rester en première division, pour améliorer le traitement financier de ses joueurs et, surtout, pour canaliser, éduquer cette jeunesse exposée aux déviations les plus sombres.

Baye Sy

initiativesnews

chezvlane

Chroniques VLANE | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g





Rubriques à la une

Recherche