. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Célébration du 30é anniversaire de la CED et Assises Nationales sur l’Enfance

Mercredi 20 Novembre 2019 - 21:06

Célébration du 30é anniversaire de la CED et Assises Nationales sur l’Enfance

L’ancien Palais des Congrès de Nouakchott a abrité ce mercredi 20 novembre,  la cérémonie marquant le coup d’envoi des Assises Nationales de l’Enfance (ANE), combinée à la célébration du 30é anniversaire de la Convention Internationale Relative aux  Droits de l’Enfant (CDE).
 

Cette manifestation était présidée par la Ministre des Affaires Sociales, de l’Enfance et de la famille, Nene Oumou Kane, en présence du Ministre de la justice, Dr Haimoud ould Ramdane, du représentant de l’UNICEF,  de nombreuses personnalités et plusieurs dizaines d’enfants.
La célébration de cet événement offre «l’occasion d’apprécier le chemin parcouru, dresser un bilan objectif des réalisations, des enjeux et initier de nouveaux chantiers », selon Hervé Pierres, représentant du Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF).
Le chef du bureau pays de l’UNICEF a salué les progrès réalisés pour « la réduction de moitié du taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans » au cours des dernières années.

Il a toutefois insisté sur les immenses défis qui restent encore à relever:  « plus de 10% des enfants âgés de moins de 5 ans sont encore affectés par la malnutrition aigue et 1 enfant sur 5 souffre de retard de croissance. Cela a des conséquences sérieuses sur leur santé, mais aussi sur leurs capacités d’apprentissage scolaire, hypothéquant souvent des opportunités d’une vie entière ».
Parmi ces grands enjeux liés à la promotion de l’enfance dans le contexte de  la Mauritanie figure « la mortalité infanto-juvénile passée de 118 pour 1000 en 1990 à 79 pour 1000 naissances vivantes en 2017 », selon les estimations du Groupe inter agences des Nations Unies pour l’estimation de la mortalité des enfants (UN-IGME).
Ainsi « la mortalité maternelle et des nouveaux nés reste élevée avec respectivement 6,58  pour mille et 29 pour milles naissances vivantes.

Au nombre des déterminants de cette situation figurent des enjeux d’accès,  d’utilisation et de qualité des services, mais aussi de nombreux freins socio-culturels qui entravent les bonnes pratiques en matière de santé et d’alimentation, notamment du nourrisson et du jeune enfant», explique un document remis à la presse
Dans le contexte de la Mauritanie, le  secteur de la santé est confronté à des défis récurrents, « déploiement d’un personnel qualifié dans le monde rural, disponibilité en médicaments essentiels, prise en charge adéquate des maladies infantiles, stratégie de communication
pour accompagner la prestation des services et la mobilisation des
communautés…. ».

lecalame.info

chezvlane

chroniques VLN | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g



Rubriques à la une

Recherche