. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Passif humanitaire/cas des fonctionnaires et agents victimes des évènements 89/91: Une commission pour surmonter les derniers blocages au niveau de fonction publique

Mercredi 21 Juin 2017 - 23:08

Passif humanitaire/cas des fonctionnaires et agents victimes des évènements 89/91: Une commission pour surmonter les derniers blocages au niveau de fonction publique

Les fonctionnaires et agents de l’État, victimes des licenciements abusifs des années 89 – 91, ne sont toujours pas au bout de leur peine. Ils continuent, depuis la  production  par le gouvernement d’une circulaire en  2012 pour régler définitivement le dossier des fonctionnaires et agents de l’Etat victimes des licenciements des années 89/91, à courir pour rien, Malgré quelques indemnisations, mises à la retraite et reconstitution des carrières, le processus connaît toujours des blocages au niveau de la direction de la fonction publique et  de la formation. 
 

L’arrivée de la ministre Bâ Coumba  à la tête de la fonction publique, au moment où les blocages avaient atteint leur paroxysme,  sa connaissance du dossier pour l’avoir  mis en branle, lors de son premier passage à la tête de ce  département, a suscité un  grand espoir chez les victimes.  Mme la ministre avait promis,  lors d’une première rencontre avec les intéressés,  d’étudier le dossier  afin d’apporter des solutions idoines.  Suite à cette rencontre, les  victimes  ont eu à débattre, le 20 mai passé,  de leurs doléances avec  un chargé de mission  du ministre  chargé du dossier.

Cet homme  connaît parfaitement l’ensemble des préoccupations des victimes  pour avoir piloté les premières indemnisations, dénommées  les 716. Mais, déplore une victime, il prêche le même discours  que celui  de  l’ancienne équipe, source de  tous les blocages du dossier. Il  adopterait la même attitude que l’équipe sortante face aux victimes.  Aujourd’hui, renseigne notre source, tout est  à l’arrêt ; les indemnisations  au titre de l’année 2017  ne sont pas effectuées  et  sous peu, on   invoquera  que le budget  de l’état  est épuisé. Les victimes déplorent  également le fait qu’on   démarre les indemnisations  à compter  de 2012, au lieu de la date de révocation des intéressés en 1989. Autre problème, le refus, selon notre source d’un agent du ministère de dresser les arrêtés de mise à la retraite ou de réintégration…
 

Les victimes attirent, enfin,  l’attention de la ministre  sur cette situation de mauritaniens victimes de l’arbitraire  et qui continuent à courir ce ministère pour trouver des solutions à leur calvaire qui n’a que trop duré.
 

Côté ministère, une source nous  apprend qu’une commission, mise sur pied, après la première rencontre avec  madame  la ministre est  à  l’œuvre depuis bientôt plus de deux semaines ; elle étudie,  cas par cas,  l’ensemble des dossiers  en souffrance devant la direction de la fonction publique, précise la même source.. 

source lecalame.info

chezvlane

chroniques VLN | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g





Rubriques à la une

Recherche