. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Tentative d’impliquer le Maroc : Ghadda quitte le pays avant le reste des révélations…

Samedi 29 Juillet 2017 - 21:07

Ghadda a bien fait de quitter le pays vu les enregistrements qui continuent de pleuvoir notamment où il dit à un certain «  président » comme il l’appelle,  de jouer de ses contacts au Maroc pour faire parvenir aux journalistes marocains une de ses interventions où il est question des rapports diplomatiques entre la Mauritanie et le Maroc. Il espère ainsi nuire au pouvoir azizien par l’écho donné à ses propos. 
 
Si j’étais Bouamatou ou Ely yarahmou et que ce diablotin m’envoie des enregistrements pareils, je bloque son numéro et je m’en éloigne car il est totalement inconscient de faire ça à partir de la Mauritanie alors qu’il est en guerre contre l’Etat aux mains d’Aziz. Dans son innocence, il me rappelle la bêtise de certains articles qu’on peut lire dans la presse arabisante qui croient ainsi créer par l’effet papillon une guerre bientôt entre Ghazouani et Aziz. Ça se voit qu’il n’a aucune idée des capacités du pouvoir qu’il croit combattre efficacement.  Cela dit dans son innocence, il reste très brave face aux circonstances : un tigre en papier.
 
Tout à l’heure, j’ai croisé sur la route de l'hotel Tfeila un petit cortège venant de la route de la présidence côté Halima : 5 à 6 voitures, précédées et suivies de deux pick-up, l'un avec une mitraillette de gros calibre capable de perforer tout sur son passage, le tout accompagné d’hommes encagoulés comme on en voit en noir autour d’Aziz, la doigt sur la gâchette.
 
Ce qui m’a frappé, c’est que fermant le convoi, une ambulance bien portante comme s’il s’agissait d’être prêt au cas où...  Il faut voir ce petit convoi, l’expression des gens à l’intérieur et saisir qu’Aziz est à la tête d’une armée de milliers d’hommes dont certains surarmées pour saisir à peu près ce qui peut se passer dans sa tête face à des opposants en paille.
 
Les policiers qui sèment la terreur dans les rangs des opposants, ce n’est pas l’armée. Il s’agit du plus bas niveau des forces de l’ordre, armés juste de matraques et de bombes lacrymogènes. C’est dire combien les agitations de l’opposition la plus engagée ne font sortir sur le terrain que ce genre d’éléments.  Pourtant Aziz pourrait en cas de troubles sévères, déclarer le couvre –feu et tout le monde rentrerait dans son trou. Il faut bien saisir que l’armée mauritanienne, comme quasiment toutes les armées du monde arabe, ne répond qu’à ses chefs qui répondent à un chef suprême. 
 
Tant qu’il est légaliste, l’armée ne bouge pas mais les ordres sont les ordres et si Aziz leur dit de sortir au nom de la démocratie en danger ou de la patrie ou de n’importe quoi, ils sortiront et s’il dit « feu », ils feront feu.
 
Quand on a autour de soi une telle armada  à l’échelle de la faiblesse des forces d’opposition, quand on tient un pays et toutes les richesses qui vont avec, quand on a les moyens de se faire obéir et applaudir par toutes les forces qui tiennent le pays par l’armée, l’administration jusqu’aux tribus, quand en plus on a autour de soi tant et tant de tyrans africains parfaitement fréquentables par l’occident malgré leurs crimes alors que vous n’en avez commis aucun, quand on a les moyens de voir tout le monde obligé de faire allégeance à ses idées notamment en matière de révision constitutionnelle sous peine d’être taxés d’opposants et donc d’ennemis de la nation selon les termes d’Aziz, quand en plus, on sait que c’est impossible de quitter le pouvoir car on laisserait derrière soi ses hommes qui tiennent le pays à la merci du prochain chef, comment imaginer qu’Aziz puisse quitter pacifiquement le pouvoir et comment imaginer qu’il puisse renoncer au pouvoir à cause de quelques mots dans une constitution pendant qu’il a tous les élus qu’il lui faut pour faire voter tout et n’importe quoi en se servant des médias de masses pour inonder l’opinion de propagande ?
 
Aziz est piégé par le pouvoir et cela lui convient parfaitement. Il n’y a pour lui aucune issue hors du pouvoir vu l’absence de forces capables ne serait-ce qu’agiter le pays et le pousser à la faute  à savoir avoir du sang sur les mains.
 
Cela dit, quiconque ose affronter les plus faibles forces de l’ordre, reste admirable car rien n’est plus démocratique que de manifester pacifiquement contre un pouvoir. En cela Ghadda et d’autres sont les jeunes héros de cette opposition balbutiante. Ils sont les seuls atomes d’un contre-pouvoir nécessaire mais Dieu que la route est longue avant que cette opposition puisse inquiéter un pouvoir qui la surveille de partout et sait le moment qu’il faut pour donner le coup fatal en rendant publics des enregistrements violant la vie privée, terrorisant ainsi le reste de la population dont le téléphone arabe est un instrument quotidien.
 
En plus, quand un Ghadda ose s’exprimer pour dire ce qu’il sait, les journalistes les plus brillants comme le wedia lui lancent bêtement «  et vous ? Comment osez-vous parler de gabegie, de corruption du pouvoir quand vous-même êtes mouillé dans des affaires ? ».  Pourtant dans toutes les démocraties, la loi réserve aux repentis un sort particulier. Si quelqu’un a des choses à dire, fût-il un voyou, il ne faut pas dénigrer ses révélations sous prétexte qu’il est du milieu.
 
Ceux qui croient qu’Aziz va partir volontairement sont des enfants…
 
Aziz est en passe de devenir le nouveau Coppolani : ses créatures détricotent la pacification française pour imposer aux tribus aux régions  un nouveau point cardinal…

VLANE

chroniques VLN | énergie / mines | politique | économie | religion | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | désintox | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g



Rubriques à la une


Recherche

Pendant ce temps...