. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Referendum : Bataille de tranchées ou guerre de mouvement ?

Jeudi 13 Avril 2017 - 11:30

Les rapports, entre le pouvoir de Mohamed ould Abdel Aziz et son opposition (FNDU  et RFD), n’ont jamais été cordiaux. Et les prochains jours et semaines ne risquent pas  de changer la donne ; tout au contraire, c’est son exaspération qui s’annonce. En cause, le referendum que le pouvoir veut, coûte que coûte, organiser, pour faire passer « ses » amendements constitutionnels, et que l’opposition boycotte, décidée, de surcroît, à y faire échec.

Après le rejet, par le Sénat, desdits amendements, ce qui devrait entraîner, de facto, leur abandon par le pouvoir,  si l’on en croit le chapitre de la Constitution traitant, précisément, des procédures de ses modifications éventuelles, le Président a décidé de passer outre et de soumettre, en conséquence, le texte à l’arbitrage du peuple opportunément rétabli dans sa souveraineté. Une décision qualifiée,  par l’opposition,  de « coup de force »  contre la Loi fondamentale.

 

La majorité  en campagne, déjà
 

Depuis que le président de la République a fait connaître sa décision, le camp de sa majorité s’agite. Il n’est pas même exagéré de dire qu’elle est déjà entrée en campagne électorale. Pourquoi s’agite-t-elle ? C’est qu’après la claque des sénateurs rebelles, principalement de ladite majorité, le boss  n’entend pas  échouer. Les yeux dans les yeux, il l’a dit clairement aux Mauritaniens. Une affaire  personnelle, désormais, son orgueil écorché par les cheikhs.

Ainsi l’Union Pour la République (UPR),  principal parti de la majorité présidentielle, s’est empressée de réunir son bureau exécutif pour  étudier les  voies et moyens de  préparer la campagne. Des commissions de sensibilisation sont en phase de lancement, les  réunions  se multiplient au niveau des instances, voire des tribus et autres clans politiques. Alors que le décret fixant la date de la consultation – autrement dit, la convocation des électeurs – n’est  toujours pas publié ! C’est dire qu’on est parti pour  de longues semaines, voire des mois de campagne référendaire. Que de vacarme attendu !
 

La majorité s’agite, également, parce que les  sénateurs frondeurs ne sont visiblement pas décidés, après leur « leçon de démocratie » infligée au pouvoir, à rentrer dans les rangs et paraissent, à ce jour encore, résolus à se battre pour « défendre la Constitution ». Ils ont ainsi mis en place un comité de suivi, à la chambre haute du Parlement et commencent à s’exprimer dans les media. Une affaire qui embarrasse bien le pouvoir. Ould Abdel Aziz enregistre, pour la première fois, une opposition ouverte au sein de sa majorité. Trente-trois de « ses » sénateurs ont osé défier le tombeur de Sidioca. Quel  culot !, dirait l’autre.
 

Longue bataille en perspective, pour la majorité. Les media publics sont déjà en avance. Normal : quand le chef éternue, c’est toute la cour qui s’enrhume ! Les propos du président de la République, annonçant, à quelque deux ans de son dernier mandat, qu’il ne briguerait pas un troisième mandat pourraient également faire des vagues. Les sénateurs – et d’autres, probablement… – ne voudront plus lier leur sort à celui d’un partant. A cet égard, la décision « courageuse » des sénateurs aurait déjà quelques  échos, à l’intérieur du pays. A en croire les informations  relayées par la presse, plusieurs groupes politiques non-liés au FNDU commencent à manifester leur opposition au referendum.

 

L’opposition affine sa  stratégie
 

Le pouvoir et sa majorité auront également à se battre contre une opposition  fortement déterminée à barrer la route à leur agenda  et que le  rejet des sénateurs est venu réconforter. Le FNDU et le RFD, puisqu’il s’agit d’eux, ont mis en place une nouvelle stratégie pour faire échec au projet de Mohamed ould Abdel Aziz visant à modifier la Constitution.  Elle consiste à en expliquer, au peuple mauritanien, les dangers. Vaste  campagne de sensibilisation au programme, auprès des citoyens, des acteurs  politiques et de la Société civile, pour les dissuader de se rendre aux urnes. Une campagne qui promet d’être très animée, avec la nomination du président de Tawassoul  à la tête du Forum. Le parti que dirige Mohamed Jemil Mansour  est  connu pour  ses   capacités  de mobilisation. Ça promet du vert, incha Allah ! Espérons, tout simplement, que les uns et les autres se battront uniquement   sur le terrain des  idées, écartant, résolument, coups de poings et autres violences…
 

DL

source lecalame.info

chezvlane

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 7 Août 2017 - 02:44 Les morts n’ont pas pu voter…

chroniques VLN | énergie/mines | politique | économie | religion | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG/associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats/Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | désintox | ndlr | culture | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g



Rubriques à la une


Pendant ce temps...

Recherche