. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Réaction de l’UPR à la déclaration du Président sur troisième mandat : Clin d’œil ou au revoir?

Jeudi 1 Mars 2018 - 10:51

Réaction de l’UPR à la déclaration du Président sur troisième mandat : Clin d’œil ou au revoir?

En réaction aux propos du président de la République relatifs au troisième mandat, l’Union Pour la République, principal parti de la majorité présidentielle (UPR), s’est fendu d’une inédite sortie. Dans un communiqué rendu public lundi, le parti que dirige Ould Maham  salue la position du Président  de ne pas toucher à la Constitution pour briguer hors normes la magistrature suprême. Qualifiant de « sage » la décision du fondateur du parti, l’UPR lui réitère son soutien  et son engagement.
 

Ce communiqué intervient quelques heures après la squelettique affluence au sit-in citoyen devant le palais présidentiel, à peine une centaine de personnes, réclamant  un 3e mandat pour Mohamed ould Abdel Aziz. Même des députés de la majorité avaient  pris part à  cette   espèce de «  cirque », apparemment encouragé par le Président lui-même qui a fait immobiliser son cortège officiel,  avant de descendre saluer et discuter  avec  ces citoyens. À voir la pathétique hystérie de ces gens, on se croirait en Corée du Nord,  un pathétique déjà annoncé par les larmes du porte-parole du gouvernement, redoutant que le Président Aziz ne puisse arriver à briguer un troisième mandat.
 

C’est, en tout cas, la première fois  que l’UPR  agit de la sorte,  alors que  c’est  la  énième  fois  qu’Ould Abdel Aziz  déclare sa volonté de ne pas toucher à la Constitution au terme de son  deuxième et dernier mandat. La plus solennelle  était intervenue le 20 Octobre 2016,  lors de son discours de clôture du dernier dialogue politique, entre le pouvoir et une partie de l’opposition, au Palais des Congrès.
 

Quelle mouche a donc piqué l‘UPR  dont on attend la mue ? Désarroi d’un parti qui se sent déjà orphelin ? Clin d’œil au Président encore en quête, dit-il, de son dauphin ? Ou, plutôt, au revoir, après  l’annonce, dans Jeune  Afrique, de ne pas rester en poste après 2019 ? Une chose est certaine, cette  sortie de l’UPR signe une réelle confusion, dans les hautes sphères du parti-État. La convocation de son congrès, alors même qu’il doit s’engager dans une campagne de réimplantation capitale, en est une parfaite illustration.

L’UPR  redoute déjà les conséquences  du  départ de son fondateur et, donc, le choix de son remplaçant.  Sans  la main  d’Ould  Abdel  Aziz, ce parti risque fort d’imploser peut-être même avant le FNDU, comme  le prédisent certains quand d’autres évoquent la probable fondation d’un nouveau parti pour Ould Abdel Aziz. On comprend bien l’inquiétude des responsables upéristes.

source lecalame.info

chezvlane

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 20 Septembre 2021 - 17:16 Les anciens sénateurs participeront au dialogue

Chroniques VLANE | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g





Rubriques à la une

Recherche