. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Pêche: fermeture de trois zones de pêche

Vendredi 13 Juillet 2018 - 12:52

Pêche: fermeture de trois zones de pêche
Le département des pêches a décrété la semaine dernière la fermeture de trois zones de pêche en raison de la forte présence des juvéniles dans les captures des embarcations de la pêche artisanale .
Une mesure qui , bien entendu , n’a pas été du goût des pêcheurs artisanaux. Car, elle intervient juste deux semaines après la reprise de la pêche artisanale. . Pour les professionnels de la filière cela n’augure rien de bon pour le reste de l’année. Car tout le problème vient d’une surexploitation de la ressource. Selon une source de l’IMROP qui a préféré garder l’anonymat,, l’effort de pêche dépasse de loin les capacités offertes(seuil permissible).

Utilisant des engins appelés «poulpiers» et pêchant très souvent à proximité de la côte, les embarcations de la pêche artisanale(plus 4ooo recensées ) dans la filière s’en prennent de fait aux poulpes juvéniles et aux géniteurs, mettant en danger le cycle de reproduction. Ceci ne dédouane en rien la responsabilité des autres filières notamment côtière et hauturière. Ces dernières auraient, elles aussi, contribué à la dégradation des ressources en utilisant des doubles maillages, des chaluts non réglementaires ou encore en pêchant dans des zones interdites.

Le résultat est alarmant , on s’achemine vers une extinction de la ressource poulpiere et donc le risque d’hypothéquer le juteux marché de l’exportation des poulpes est désormais patent.
La décision de la tutelle divise déjà. entre ceux qui l’ approuvent et ceux qui la remettent en cause le débat fait rage au sein de la fédération.

la plupart des professionnels consultés par nos soins, jugent impensable de fermer toutes ces zones a peine deux semaines de la reprise de la pêche artisanale en arguant qu’une telle décision amènerait les barques a se concentrer dans les zones restantes avec cela implique comme conflit et avec le contingent des captures admissibles déjà réduit les pêcheurs artisanaux ont mince espoir d’atteindre les quotas cette saison. Et ce au moment ou cette espèce a forte valeur ajoutée commerciale se négociait a 5000 ouguiyas le kilo la semaine dernière et sa tonne avoisine actuellement les 2o milles dollars a l’export.

Mais l’ouverture des zones de pêche doit rester tributaire de l’amélioration de l’état de la ressource. Et a moyen terme, le département et les fédérations des pêches doivent songer a réduire le nombre de navires et celui des barques qui pêchent le poulpe avant de s’attaquer aux difficultés qui persistent le long de la chaîne de valeur du secteur de la pêche.

Fall Mohamed

source rimeco.org
chezvlane

chroniques VLN | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g



Rubriques à la une

Recherche