. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Moustapha O. Abeiderrahmane : Pourquoi les démocrates doivent favoriser le dialogue avec le président élu, Ghazwani ?

Jeudi 25 Juillet 2019 - 16:59

Moustapha O. Abeiderrahmane : Pourquoi les démocrates doivent favoriser le dialogue avec le président élu, Ghazwani ?

D’abord et avant tout, la volonté d’enraciner la démocratie dans notre pays et  la simple honnêteté doivent nous conduire tous, à nous féliciter et féliciter le président Aziz pour  sa ferme décision de respecter la Constitution, en ce qui concerne la limitation de mandats  présidentiels  et ce malgré le nombre et la multiplicité des sollicitations  en ce sens.
 

Cela étant dit, il nous semble évident que le président élu doit nécessairement chercher à élargir sa base,  d’une part, d’autre part, dialoguer avec l’opposition démocratique pour l’enracinement de la démocratie et  pour favoriser la réalisation de reformes sociales  nécessaires, pour renforcer l’unité nationale et accélérer le développement du pays, d’autre part.

Pourquoi donc les militants pour les libertés et pour l’égalité sociale  doivent maintenant s’orienter vers la recherche du dialogue, de l’apaisement avec les équipes du président Ghazwani ?
 

 -L’étude avec soin du programme politique, économique et social établi par le président élu, conduit en toute honnêteté, à dire que le notre pays va s’engager dans un nouveau cycle de réformes  plus profondes et dans une perspective d’apaisement et de recherche pertinente de consensus. Cela suppose, bien entendu que les conditions politiques  de réalisations de ce  programme soient réunies ; cela dépend, évidemment, à la fois du nouveau pouvoir et de  l’opposition démocratique ; c’est ce qui a été affirmé plus haut.

-Après les multiples putschs et les réformes acquises  dans la douleur, les dernières élections  présidentielles, malgré  ce qu’en ont pu penser certains, constituent un vrai tournant dans notre pays, en ce sens que pour la première fois, un président élu va succéder à un président élu qui vient de terminer  deux mandats successifs, maximum de mandats imposés par la Constitution.
 

-Cela d’autant que l’opposition, très divisée  a tout de même obtenu 48%  de votes, selon les institutions officielles.

-L’émiettement du tissu social, les très grandes faiblesses des structures étatiques dont la durée de vie ne dépasse pas 60 ans, les conditions économiques générales chaotiques depuis l’indépendance, les multiples contradictions internes, ethniques, tribales et régionales …imposent à  tous les politiques responsables  d’agir avec prudence  et patience  en recherchant toujours à consolider les acquis  en matière de libertés, et de progrès social.

-Les perspectives économiques prometteuses doivent inciter tous les acteurs politiques  à envisager de conduire leur combat pour le pouvoir dans un climat plus apaisé et plus confiant.

lecalame

chezvlane

Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 13 Octobre 2019 - 14:29 Le refus de Ould Baya

chroniques VLN | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g



Rubriques à la une

Recherche