. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Le rendement des festivals des villes anciennes sur la population

Vendredi 23 Novembre 2018 - 15:15

L’idée de créer le festival des villes anciennes est une idée pionnière lancée par Son Excellence M. Mohamed Ould Abdel Aziz depuis 2012 avec un objectif ultime : développer ces villes et améliorer les conditions de vie de leurs populations.

Cette idée a connu une évolution progressive prenant en compte les dimensions culturelles et le développement, et préservant ces importants trésors du patrimoine et de l'histoire du pays.

L’idée porte sur l’organisation annuelle d’un festival dans l’une de nos 4 villes historiques : Chinguetti, Ouadane, Tichit et Oualta. Et quand le rôle revient à l’une de ces quatre villes, plusieurs mois avant le festival, elle devient un grand chantier sur tous les plans urbain, économique et social.

Ainsi, tous les secteurs de l’État assument, chacun un rôle de financement à cet égard, qu’il s’agisse de démanteler l’isolement, de relier les quartiers les uns avec les autres ou de fournir des réseaux d’eau, de l’électricité et des techniques de communication modernes, ainsi que d’autres services de base.

Les autorités compétentes procèdent, également, à la rénovation de bâtiments archéologiques et à l'épandage de bibliothèques, d'institutions religieuses et culturelles, ainsi qu'à la rénovation et à l'équipement de dizaines de maisons de résidents et octroient à ces derniers des liquidités leur permettant d’accueillir les invités du festival.

Ensemble, ces mesures offrent des opportunités d'emploi permanent et saisonnier à la population locale.



Quelques jours avant le festival, la ville organisatrice se transforme et devient une ville accueillante et propre, et l’évènement attire un nombre considérable de touristes, de journalistes et de chercheurs de l'intérieur et de l'extérieur du pays. La vie reviendra, donc, à tout, que ce soit des marchés, des expositions, des hébergements, des rues, des places publiques, des magasins, des sites archéologiques et touristiques, des bibliothèques…etc.



Face à cet afflux massif de visiteurs venus de l'intérieur et de l'extérieur du pays, la demande augmente, ce qui permet à chaque citoyen de commercialiser sans problème ses produits.

Les expositions et les marchés de chaque festival offrent aux coopératives féminines et professionnelles de rares occasions de commercialiser leurs produits artisanaux et de profiter de l’expérience de l’autre.

Le mouvement culturel, intellectuel, littéraire et artistique est également actif lors de chaque festival, où des soirées culturelles, artistiques et sportives, animées par des groupes nationaux et des pays voisins, sont organisées au cours du festival.

Ensemble, ces mesures ont permis d’injecter environ 30 millions NUM par an, des ressources propres de l'État, dans le cycle économique de la ville d'accueil, en plus des montants dépensés par les touristes et les visiteurs pour se procurer de leurs propres besoins.

Plus de 2500 familles ont profité des aides financières et alimentaires, depuis le lancement de ces festivals.

Ces villes historiques ont, également, connu un important développement urbain à hauteur de 30 à 45%, tout en conservant son caractère architectural original et distinctif.

On peut dire que les festivals des villes anciennes ont conféré à ces villes historiques un rôle de premier plan aux niveaux local et international et ont créé des conditions de vie très différentes de celles qui prévalaient avant le début de ces festivals.

Sidi Ould Amar

source AMI
chezvlane

chroniques VLN | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g



Rubriques à la une

Recherche