. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

La fin de la crise politique n’est pas pour demain

Mardi 18 Mai 2021 - 23:08

Trois mois après l’annonce de la tenue d’un dialogue national inclusif et la disponibilité affichée au dialogue du président de la République, la situation politique n’a pas changé. Au contraire, cette perspective semble même être enterrée. La majorité présidentielle comme l’opposition voire le pays tout entier, ont les yeux rivés ailleurs… dans le traitement de l’affaire dite de la décennie. En fait, l’ex-président, Mohamed Ould Abdel Aziz tient bien le pays en otage, parvenant à focaliser les regards sur lui.

La situation ainsi créée prouve finalement que les hommes politiques, de l’opposition comme du pouvoir, experts dans le jeu du chat et de la souris, se moquent éperdument du présent et du passé de ce pays. Tout événement est prétexte pour remettre au lendemain, la tenue d’une concertation nationale. Preuves de cet état de fait : il a suffi que les formations politiques de l’opposition se disent prêtes au dialogue pour que la majorité fasse profil bas. Aussi, il a suffi que l’ex-président organise des points de presse pour que les hommes politiques se saisissent du rapport de la Commission d’enquête parlementaire, se focalisant sur l’affaire portant sur la gestion des dix dernières années de pouvoir de Ould Abdel Aziz !

Désormais, la question globale du dialogue est renvoyée sine die au profit d’un problème qui peut être apparenté à un fait divers. Partant, le pays risque de se retrouver pour longtemps encore, dans la crise politico-sociale. Les réformes sociales, politiques, économiques que les Mauritaniens attendent sont aujourd’hui dans les calendes opportunistes. On a beau nous remplir l’ouïe par les vertus du dialogue qui serait la clé de voûte d’une ère nouvelle faite de paix et de prospérité, mais les faits sont là palpables. Les hommes politiques ne sont pas prêts à dialoguer. Toute situation qui se présente à eux susceptible de les occuper, est saisie pour contourner la tenue de ce dialogue. Et l’affaire dite de la décennie semble bien tomber à point !

La Mauritanie a encore du chemin à faire pour sortir de l’auberge. Que les optimistes naïfs se détrompent ! Un dialogue qui permet au pays de s’ouvrir de nouvelles voies de développement, il n’y en aura pas, ou plutôt, il n’y en aura jamais. Parce qu’il est susceptible de produire une ère de paix sur la scène politique, mettant de fait l’opposition radicale au chômage ? Parce que le peuple peut y trouver son compte ? Il n’y a rien à faire… Le pays continuera encore et toujours d’être freiné par les comportements de ses hommes politiques, le cas échéant, par des querelles de clocher qui ne serviront que les pontes du système, militaires soient-elles ou civiles.

Ceux qui comptent sur un sursaut d’orgueil patriotique de la classe politique « éclairée » qui va s’engager dans un dialogue inclusif, se trompent encore une fois. La classe politique, déjà plongée dans ses contradictions, a des priorités ailleurs. Ainsi donc, la cause est entendue. Elle est même bien entendue. Il ne faut pas se faire d’illusion : ce n’est pas demain que prendra fin la crise politique qui accable le pays depuis 2005 au lendemain du départ de Ould Taya. Ce n’est pas pour demain que les acteurs politiques vont se mettre autour d’une même table pour se tracer une ligne de conduite capable de sortir le pays de l’ornière du diable.

JOB


lauthentic.info
chezvlane

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 26 Janvier 2023 - 13:38 Entre Nous /Sneiba El Kory

Chroniques VLANE | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | Actualités de l'opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | TRIBUNE LIBRE | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g





Rubriques à la une

Recherche