. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

L’opposition face à l’ivresse de la liberté d’expression

Mercredi 27 Mars 2019 - 16:25

L’opposition face à l’ivresse de la liberté d’expression
Rien n’est plus dramatique que de se faire enfermer pour ce que les maures appellent «  7oumane le fouéme ». Rien n’est plus triste pour les enfants, la famille que de se faire enfermer pour des conneries, rien de sérieux, aucune révélation qui puisse atteindre le régime juste des mots lâchés sur internet quand on est bien installé chez soi.
 
La liberté d’expression existe en Mauritanie mais pas pour tout le monde. En général seul un petit nombre peut se permettre de dire les choses en son âme et conscience sans crainte l’état car tous les autres, s’ils sont fonctionnaires ou même du privé, peuvent être virés du jour au lendemain.
 
Voyez le net mauritanien : qui s’exprime sur les choses sensibles  sans faire le jeu du pouvoir ? Des mauritaniens en exil ou quelques opposants fauchés, ou quelques retraités. C’est tout. Pourquoi les autres se taisent ? C’est parce qu’ils savent que le pouvoir est tolérant mais s’il décide de vous mener la vie dure, il a les moyens de vous ramollir sauf si vous arrivez à prendre la fuite à l’étranger et là encore, le fait de vous interdire de rentrer chez vous c’est déjà suffisant mais si le pouvoir estime que vous le menacez sérieusement, vous ne serez à l’abri nulle part.
 
Il suffit pour s’en convaincre  de voir le sort de Bouamatou qui se croyait à l’abri au Maroc. Il en a été chassé sans ménagement pour raison d’Etat sachant que le régime azizien est capable de tout jusqu'à faire le jeu de l’Algérie.
 
Voyez le bilan de l’activiste en matière des droits de l’homme : en 5 ans rien ni personne n’a pu faire pression sur le pouvoir pour laisser Mkheitir quitter le pays vu que la justice a estimé qu’il a le droit d’être libre. Cela devrait faire réfléchir. Personne n’a pu faire pression sur le pouvoir. Ni l’Europe, ni les USA pour ne parler que des démocraties. C’est dire que le pouvoir azizien sait comment leur donner ce qu’ils cherchent en Mauritanie au prix de laisser le régime faire ce qu’il veut en matière des droits de l’homme.  Macron lui-même est venu ici sans dire un mot au sujet de ce qui fâche pourtant venant d’un représentant d’une vieille démocratie c’est une sorte de non-assistance à personne en danger.
 
Même quand Trump a sorti la Mauritanie de l’AGOA, l’ambassadeur américain s’est empressé de dire à Nouakchott que ce n’est pas grand-chose car les relations et la coopération RIM-USA sont solides.
 
Face à un régime pareil, dire la banale vérité sous les yeux de tous est déjà subversif ; rien ne sert d’aller insulter, diffamer ni dire des vérités potentielles mais sans aucune preuve. C’est de la stérile provocation. Ceux qui font ça cherchent à être coffrés pour qu’ensuite les activistes crient à l’atteinte à la liberté d’expression. C’est malsain et à ce jeu, le pouvoir gagne à tous les coups.
 
Vous avez le droit d’être jusqueboutiste mais il faut savoir le prix à payer et agir de sorte au moins que la cause en vaille la peine. C’est bête d’être enfermé pour des conneries ou des propos juridiquement indéfendables car personne n’ira vous sortir de là. Les partis politiques d’opposition feront un communiqué creux et continueront leurs activités avec le pouvoir comme si de rien n’était.
 
La politique est une affaire sérieuse même si chez nous c’est devenu un passe-temps de retraités ou un moyen de s’opposer pour se faire remarquer du pouvoir en espérant qu’il vous fasse taire avec un poste. Bien sûr certains sont convaincus de leur action d’opposants mais n’ayant rien de concret à se mettre sous la dent pour mordre le pouvoir, ils finissent par être manipulés par d’autres à l’abri qui leur donnent des informations soient fausses soit vraies mais sans rien pour le prouver. Ainsi ils s’en font l’écho au bénéfice des commanditaires et finissent seuls par en payer le prix.
 
S’opposer est très noble, c’est une façon de rester debout mais il ne faut pas se faire briser pour rien de concret. Il faut chercher des moyens d’opposition efficaces ; il en existe mille mais surtout pas avec les armes de la diffamation car le pouvoir s’en sert ensuite contre vous au nom du droit comme dans toute démocratie. On a même vu la France macronienne reprenant les arguments du pouvoir mauritanien contre Birame en prison. Il n’a d’ailleurs pas oublié et s’attaque désormais à la France dès qu’il peut.
 
Je crois qu’à terme, l’opposition sera une affaire de la diaspora à l’abri du pouvoir mais là encore ça ne doit pas être ce qu’on voit souvent à savoir une intoxication  visant à manipuler les étrangers prêts à vous aider.

VLANE

Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 4 Août 2019 - 14:36 Est-ce trop demander à Ghazouani ?

chroniques VLN | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g



Rubriques à la une

Recherche