. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Insécurité : depuis 2016, la fédération mauritanienne de tir organise des compétitions officielles avec des cartouches du marché noir…

Mardi 14 Janvier 2020 - 13:34

Mounir Cheikh
Mounir Cheikh

Après avoir vu cette vidéo qui montre le chaos dimanche dernier à l’élection organisée par l’Union Mauritanienne de Tir à la Cible Traditionnelle (UMTCT), j’ai voulu en savoir plus car finalement rien ne sort de ce milieu sinon de temps en temps un article ou deux par an en fonction des secousses que traverse «  la fédération » mauritanienne des clubs de tir.
 
J’ai donc relu quelques articles dont le dernier en date du 11 janvier interpellant le ministre de la culture.
 
http://cridem.org/C_Info.php?article=731475
 
 

Zeidane Soueid Ahmed : 2ème place tir à la cible Coupe du Président Ouadane 2016
Zeidane Soueid Ahmed : 2ème place tir à la cible Coupe du Président Ouadane 2016
Au début, je pensais qu’il ne s’agissait que d’un mouvement d’humeur de mécontents comme on en voit partout. Par honnêteté intellectuelle, je dois dire que pour en avoir le cœur net, j’ai contacté mon frère qui est un grand sportif, seul africain à avoir terminé le dernier Dakar en moto et champion de tir qui m’a mis en contact avec monsieur Mounir Cheikh, un autre amateur de ce sport national afin d’avoir toutes les informations possibles sur ce qui s’y passe.
 
Après un long entretien, un lieu de publier une interview de lui longue à rédiger, j’ai préféré, faute de temps, faire un résumé de nos échanges juste pour donner les éléments permettant de saisir l’articulation de l’Union Mauritaniennne de Tir à la Cible Traditionnelle, le marché des cartouches et le problème juridique qu’agitent les opposants à l’actuel président de l’UMTCT, monsieur K.O.D.
 
Toutes les informations que je donne viennent de monsieur Mounir Cheikh.
 
Il faut donc savoir qu’il y a environ 120 clubs de tir actifs, c’est-à-dire qui participent plus ou moins aux compétions officielles organisées par la fédération des clubs de tir qui s’appelle l’Union Mauritanienne de Tir à la Cible Traditionnelle ( UMTCT )
 
Cette UMTCT est sous tutelle du ministère de la culture qui décide du jour de l’élection du nouveau président et l’envoi des convocations du « collège électoral » qui se compose de clubs ayant participé au moins à 2 compétions officielles durant les deux dernières années.
 
Bien entendu, il existe un sérieux nombre de clubs plus ou moins « cartables » avec autant de récépissés. Cette année le collège électoral était composé de 35 équipes ou clubs de tir.
 
Normalement le président de l’UMTCT se fournit en cartouches auprès de l’état-major des armées qui les vend au prix de revient soit 120 mro que le président de la fédération vendra 300 mro aux clubs actifs qui recevaient chacun entre 400 à 600 cartouches par mois. On parle de 30.000 à 50.000 cartouches par mois venant de l’état-major en fonction du nombre de clubs qualifiés pour en recevoir.
 
L’adhésion pour chaque club de tir à l’UMTCT est de 120.000 mro/an et à chaque compétition, chaque sportif débourse 150.000 mro donc autour de 20 millions mro par an dans les caisses de l’UMTCT sans parler du reste. Je donne ces chiffres pour qu’on puisse comprendre pourquoi au-delà de l’aspect sportif, du volet tribal « guerrier », certains sont prêts à tout pour tenir les bourses de la fédération. A cela s’ajoute tous les sponsors durant les compétitions et même des cadeaux de l’étranger. On parle d’un 4X4 BMW offert par exemple par le Qatar.
 
 
Voilà pour le cadre général.
 
Il faut noter que malgré toutes les accusations contre les amateurs de tir à la cible qui se fait chez nous à l’arme de guerre Fal, Mauser et autres, il faut se féliciter du sens de la responsabilité des gens du milieu car on n’a jamais entendu de problème majeur, crimes et autres venant de l’usage de ces armes.
 
Les seuls accidents enregistrés sont l’usage d’arme de guerre durant les mariages ou les réceptions. Il est arrivé que l’arme tenue d’une main tombe et achève une invitée et en blesse d’autres.
 
C’est dire combien le milieu est sécurisé. Il y a des armes mais l’Etat sait exactement qui les détient et aucun déséquilibré n’a à ce jour pu mettre les mains sur ce matériel de guerre devenu sportif.
 
En ce qui concerne les problèmes graves que traverse le milieu d’un point de vue juridique, voilà ce que l’on peut dire à propos de la gestion de l’actuel président de l’UMTCT monsieur K.O.D. S’il estime que les informations que nous donnons sont incomplètes, il peut faire usage d’un droit de réponse, s’il s’estime diffamé, il peut convoquer à la justice notre source qui ne se cache pas et assume toutes les informations.

Mounir Cheikh
Mounir_ould@yahoo.de

 
De toute façon, nous ne disons ici que l’essentiel qui concerne un usage connu de tout le milieu et qui soulève un problème juridique. Le reste, ce qui se raconte sur les raisons financières que pousseraient l’actuel président à s’accrocher par tous les moyens à son fauteuil, nous n’en parlerons pas. Nous regrettons cependant que le président dise à qui veut l’entendre qu'il a le bras long et le soutien des généraux, du ministre de l’intérieur et même du président comme le rapporte notre source.
 
Il faut savoir que l’actuel président monsieur K.O.D a été élu une première fois en 2009. Son mandat étant de 4 ans, il a été battu en 2013 par monsieur Ely Vall qui a gouverné la fédération pendant 15 mois jusqu’à ce que la justice saisie par le perdant arrête en 2014  toutes les activités de la fédération jusqu’à la fin de la procédure en cours.
 
En 2015 des élections sont organisées avec seulement 17 clubs électeurs, Ely Vall boycotte l’élection et monsieur K.O.D prend le pouvoir.
 
En 2016, K.O.D annonce que l’état-major ne fournit plus de cartouches.

Ainsi selon notre source, alors que jusque-là les cartouches étaient dites « de tir de précision » vendues à l’unité selon le vocabulaire du milieu «  FN verte, noire etc. » de l’armée mauritanienne, tout d’un coup le milieu a vu débarquer des cartouches de toutes sortes non plus accessibles une à une mais des cartouches de rafales contenues dans ce qu’ils appellent «  grille ».
 
Il faut savoir que le tir à la cible traditionnel se fait avec des Fal et autres Mauser où on ne peut pas mettre ces cartouches dans leur « grille », il faut les mettre une à une dans le chargeur.
 
Depuis 2016, les amateurs ont donc vu débarquer des cartouches de rafales sous «  grille » de toutes sortes et de provenances indéterminées ; ils les appellent les cartouches 18, 16, 17.
 
Ce qui est incroyable, c’est que malgré que l’état-major ne délivre plus de cartouches depuis 2016, le président de l’UMTCT a continué à organiser des compétitions officielles dont la coupe du président avec manifestement des cartouches du marché noir…
 
Incroyable.
 
Ensuite en ce qui concerne le volet juridique de l’affaire qui secoue actuellement le milieu, notre source, monsieur Mounir Cheikh nous explique que le président actuel K.O.D a usé de moyens illégaux et de trafics d’influence divers pour empêcher la candidature de leur candidat monsieur Soueidatt Bouheda ce qui a abouti au chaos sans précédent dimanche dernier lors de l’élection organisée par K.O.D.
 
Voilà comment :
 
Monsieur Mounir explique que le camp majoritaire des opposants a rencontré à plusieurs reprises le ministre de la culture pour se plaindre de monsieur KO.D qui organise une élection de son propre chef alors que c’est au ministère de le faire.
 
 

Dr Sidi Mohamed Ould Ghaber, ministre de la culture
Dr Sidi Mohamed Ould Ghaber, ministre de la culture
Monsieur Mounir assure que le ministre de la culture est du camp de la légalité et refuse de cautionner cette mascarade. Le ministère assure qu’il organisera lui-même l’élection.
 
Entre-temps voilà ce qui s’est passé :
 
Monsieur K.O.D voulant à tout prix se faire élire sans la participation de l’essentiel des opposants a convoqué vendredi dernier 10 janvier l’élection pour le dimanche 12 en disant aux opposants que leur récépissé n’est pas conforme et qu’il veut l’original sachant que rien ne pourra être fait avant lundi...
 
Ensuite KOD est allé voir le ministre de l’intérieur et le Wali de Nouakchott pour avoir leur soutien, sans qu’aucune preuve écrite ne puisse m’être présentée. J’ai demandé à ma source qui déclare avoir entendu un inspecteur présent dimanche dire qu’il a vu le papier du wali avec la signature du ministre de l’intérieur.
 
Toujours est-il qu’après avoir distribué ses convocations et décidé du jour de l’élection sans l’aval du ministère de la culture, monsieur KOD a dit aux policiers venus avec lui d’interdire la salle à quiconque ne disposant pas d’une de ses convocations.
 
C’est cela qui a mis le feu aux poudres. Voilà l’origine du chaos qu’on voit dans la vidéo avec les clubs soutenant son adversaire Soueidatt Bouheda forcer l’entrée de la salle, déchirer les papiers prévus pour l’élection illégale et couper la lumière.
 
Voilà les faits selon notre source.
 
Nous espérons qu’avec l’arrivée de Ghazouani, le ménage sera fait dans le milieu pour plus de transparence, de sérénité et de sécurité car même si c’est vrai que monsieur K.O.D a le bras long, il ne devrait pas dire publiquement qu’il est soutenu par les généraux, à la limite «  des » mais c’est déjà un "des" de trop.
 
Quant au ministre de l’intérieur, je doute qu’il aille se fourvoyer dans cette affaire. Pour le reste, vives félicitations au ministre de la culture qui semble tenir bon malgré les pressions de l’homme au bras long…

VLANE

chezvlane

chroniques VLN | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g



Rubriques à la une

Recherche