. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Grosses difficultés au Racing club de Nouakchott

Mercredi 28 Octobre 2020 - 11:50

Le Racing club se trouve  aujourd’hui dans un état de vétusté et de dégradation avancé au grand dam des sportifs et athlètes qui le fréquentent quotidiennement. Les responsables de l’établissement éprouvent  des difficultés à réhabiliter les deux  terrains de tennis, en état de dégradation avancée. Les deux tapis changés à maintes reprises s’effritent de plus en plus. Force est de constater que le mal est beaucoup  plus profond.Les  différentes installations sont dans un piteux état. Aucune réhabilitation digne de ce nom n’a été entreprise depuis l’ouverture de cette salle omnisports en 1963. Le Racing club est un lieu chargé d’histoire. La première salle de sport  y a été ouverte en 1962.

Repris il y a quatre ans par  Mohamed Lemine Ould Lemrabott, président de la Fédération mauritanienne de Tennis, l’établissement peine à faire face à ses charges particulièrement onéreuses. En plus des salaires des dix employés permanents, le Racing doit honorer ses factures d’eau et d’électricité, de l’ordre de  1 million de MRO. Les difficultés de l’établissement sont apparus lorsque le nouveau repreneur a décidé  de mettre fin à la licence  d’exploitation d’alcool. Ce qui a  impacté considérablement sur les  revenus qui  ont chuté de 95%. Mohamed Lemine est le premier mauritanien à diriger  ce club.
Jusque-là  occupé par des français. Il se démène pour faire vivre cet établissement qui abrite aussi le siège de la Fédération mauritanienne de Tennis. La tâche n’est pas du tout aisée.

Sans réel soutien ne serait-ce que les différents appuis de proches et d’adhérents, le  président de la Fédération mauritanienne de Tennis sollicite l’Etat mauritanien à travers ses projets de réhabilitation d’infrastructures à solutionner ce problème qui risque d’anéantir la dynamique enclenchée visant à mieux ancrer  la pratique de la petite balle dans le pays. La réhabilitation de deux terrains et des installations annexes nécessite 40 millions de MRO dont la fédération mauritanienne de tennis ne dispose pas. Les travaux sont  importants d’autant plus que  l'ensemble de l’établissement nécessite une véritable rénovation. Face à cette situation, les sportifs n’ont pas manquéd’exprimer leur inquiétude en ce qui concerne l’état de délabrement dans lequel se trouve cet espace  sportif. Ces athlètes, très déçus devant cette situation que nul ne peut expliquer, lancent un appel pressant aux autorités concernées afin d’intervenir en vue de la  réhabilitation de cette enceinte sportive, vétuste à l’extrême et qui n’honore nullement.

Pour faire face à ces grosses difficultés, l’établissement tente  non sans mal de se relancer à travers la location de sa piscine, de sa salle omnisports, de son terrain de foot ainsi que de la grande salle de banquets pouvant accueillir  3000 invités. Pour ses besoins culinaires, le Racing Club  dispose d’un jardin maraicher avec une autonomie en légumes. La salle de spectacles est pour le moment fermée, en raison du Covid-19.
 

Thiam

lecalame.info

chezvlane

chroniques VLN | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g




Banque Populaire de Mauritanie



Rubriques à la une

Recherche