. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Grâce à Jack Lang, voilà comment Aziz est tombé nez à nez avec le revenant Mael…

Dimanche 28 Mai 2017 - 22:32

Notre ministre des affaires étrangères doit en savoir quelque chose, lui qui fut des premiers à goûter cette rencontre ajibesque... Pour qui connaît le culot de Maël Aïnine Néma Chérif, rien de ce qui suit n’est étonnant ; un concours de circonstances, la moindre opportunité cueillie au vol et le reste inchallah…
 
Mel fait partie de ces personnages de roman tels que la Mauritanie ne peut plus en produire depuis que les fils du pays, n'ayant plus droit d'être exaltés, baignent dans un quotidien où l’horizon est court et les perspectives plates. Pour produire un tel personnage, avec machallah une résilience hors norme, il faut avoir grandi en Mauritanie en appartenant à cette génération qui a gardé de l’âme bédouine ce regard amusé sur la vie qui ne vaut pas la peine de se prendre au sérieux.
 
Couché à l’aise avec des amis en train de plaisanter sur le dernier coup fait à quelques personnages haut perchés, ou pris un temps à genoux sous le poids de la rançon de cette philosophie quand la vie apporte la note, Mel est resté un rêveur dans l'action...
 
Nous en avions parlé il y a quelque temps quand on l’a vu commencer à renaître de ses cendres.  On ne donnait pas cher de sa peau en France avec une situation administrative en souffrance.  Par pudeur, il n’en parlera pas ouvertement sinon avec le sourire du gladiateur fier d'avoir vaincu le sort, payé le prix d’excès qu’il reconnaît volontiers.
 
Déjà artiste dans l’âme, le voilà désormais artiste plasticien. Grâce à des rencontres alors au fond du trou, il a été digne de toutes les mains tendues notamment celles de l’association Aurore jusqu’à l’expérience humaine : les Grands Voisins et son ami de l’agence Fabian Fischer.
 
 
 
De rencontres en rencontres, d’expositions en expositions, voilà un article sur lui publié dans le canard Le Monde. Mael revit, Mel se déploie…

http://www.lemonde.fr/arts/article/2017/03/17/une-bulle-d-art-modeste-aux-grands-voisins_5095990_1655012.html
 
Enfin de nouveau lui-même, un chriv à Paris qui compte sur la Baraka, le voilà qui tente tout sauf le diable qui jadis ne lui a rien épargné...
 
 
Cette fois, dans ce courrier, il me raconte comment grâce à Jack Lang patron de l’institut du monde arabe, il est allé serrer les mains des présidents jusqu’à Aziz en profitant de l’occasion pour se plaindre que la Mauritanie n’ait pas fait le nécessaire pour participer à cette explosion sur l’islam de Tombouctou à Zanzibar.
 
Sitôt au milieu de ces puissants personnages, le voilà qui glisse sa carte à quelqu’un qui l’avait déjà rencontré. Deux jours après,  les autorités compétentes au courant de son dossier, l’appellent pour lui signifier qu’il a désormais des papiers lui permettant de continuer son aventure artistique à Paris…
 
Craignant pour lui une mauvaise publicité administrative, je lui ai demandé s’il tenait vraiment à raconter les choses ainsi. Il m’a assuré qu’il tient à dire la vérité telle qu’elle est…
 
Après s’être brûlé les ailes, Mel, de nouveau à peine remplumé,  s’exprime parfois comme un renouveau-né qui ne voit pas le danger à dire avec le sourire combien le culot permet parfois de provoquer le destin…

VLANE

---------------------------------------------
 
 
 

Photo de Maël ANC par Christopher Mann / photo de la photo : Amandine Dias pour Agence Fabian Fischer.
Photo de Maël ANC par Christopher Mann / photo de la photo : Amandine Dias pour Agence Fabian Fischer.
«  Cher ami, tu as sûrement vu une vidéo peu amène sur le dernier passage du Président AZIZ à Paris, où mon image a aussi circulée, voire écorchée par certains. Ce jour là, le Président devait être reçu par le président Hollande à l'Elysée. Je suis venu à la résidence pour lui parler de mon projet d'installation artistique de la Pierre Blanche pour la Paix, qui, par ailleurs, grâce à mon exposition à l'Unesco lors de la Africa Week 2017, est sous le coude de la DG de l'Unesco qui le trouve intéressant dans ces temps pétaradants.
 
Je suis aussi venu offrir une toile « Parchemin » au Président pour enterrer les mauvais feelings du passé et le sensibiliser à la diplomatie parallèle via l'art et la culture. 
 
Cette toile aurait dû être à l'exposition « Trésors d'Islam, de Tombouctou à Zanzibar » organisée par l'Institut du Monde Arabe et Monsieur Jack Lang pour la France-Afrique, où Mr. Hollande recevait les présidents de Mauritanie, du Mali et du Burkina-Faso, pour ses adieux et pour permettre à Mr. Macron de faire un petit saut touristique sans risque dans la zone  saharienne-sahélienne « pacifiée » par la France. 
 
Donc, le président Aziz monte dans la voiture blindée direction l’Élysée, les motards ouvrent la route, et là, à la grille d'entrée sur l'avenue Malakoff, une horde de gars négro-mauritaniens, sénégalais ou français ont surgi avec une violence inouïe et connue en filmant la scène. Et surprise, ralentissant ainsi la délégation en route pour l’Élysée, le président Aziz ouvre sa vitre fumée et de son doigt accusateur et fâché ordonne à un de ses gorilles de s'emparer du téléphone -qui -filmait -la scène, au lieu de rester tapi dans cette voiture invisible. Aziz parti, l'ambiance est chaude...
 
C'est là, au nom de la paix des braves, que j'entre en scène pour attraper le gorille, pour lui expliquer que notre président n'a aucun pouvoir ici, car ici en France c'est Liberté, Égalité, Fraternité, c'est ainsi que j'ai calmé les choses, qui aurait pu dégénérer si la police n'était pas arrivée. 
 
J’étais aussi à la résidence au retour du président de l’Élysée où j'ai pu glaner les infos sur l'exposition à l'IMA pour le lendemain....
 
De retour à mon atelier pour digérer toutes ces informations et élaborer une stratégie pour aller à l'exposition à l’IMA, sans, hélas, d'accréditation, aidé en cela par ma petite cuisine spirituelle et la quiétude de mon espace de création. 
Le lendemain, tôt, prêt pour ce défi, avec la classe qu'il faut pour cet exercice qui m'est familier. 
 
Et là, le sable magique commence déjà à agir... Je tombe nez à nez avec Jack Lang avec qui j'ai partagé un débat houleux à la Sorbonne, deux ans plus tôt. Après salutations, il m'a dit qu'il attendait le président qui se faisait désirer, je lui dis, que les artistes précèdent toujours les présidents, et c'est pour cela que je suis venu. Il m'a ouvert les portes de l'IMA au grand dam des services de sécurité de l’Élysée. Il me dirige vers le salon où les ministres et ambassadeurs attendaient les 4 présidents.

Cette scène s'est déroulée sous les yeux hagards de la délégation mauritanienne. Et me voilà en train de serrer des mains de présidents « comme tout le monde », dont celle du mien, étonné de me voir là avec ses pairs... et impairs par cette attitude-qui-ne-me-fâche-plus à l'endroit de l'ambassadeur auto-proclamé de la culture plurielle de mon pays, pour pallier à notre manifeste invisibilité culturelle notoire dans le nord et dans le sud. Si on fouille dans l'est et à l'ouest et qu’on regarde : il n'y a rien. 
 
J'ai donc, au fil du temps tissé des relations qui me permettent d'aller en toute confiance en haut, en bas, à droite, à gauche, car je suis un artiste messager pour la Paix engagé pour la justice sociale. Et je serai, Inch'Allah, en plus des événements que je produis avec l'Agence Fabian Fischer que je codirige, présents à tous les prochains événements où mon pays doit être dignement représenté culturellement et artistiquement. 
 
Et là je dis « chiche » à tous les trompeurs de l'Etat et du peuple ou non, qui ont en charge de l'image de mon pays, venez faire un dixième de ce que je fais ici pour la culture mauritanienne et vous verrez que vous êtes notoirement incompétents pour cela, car il faut être élu du peuple, spirituellement et l'aimer, le respecter pour le représenter dignement et efficacement, en créant de bonnes plus-values qui peuvent lui être profitables, comme essentiellement, la Paix. 
 
Donc me voilà en train de suivre les présidents lors de l'expo à l'IMA qui -me -fâche, où les trésors d' Islam de Mauritanie ont été oubliés : c'est une honte ! J'en ai parlé au ministre des affaires étrangères de mon pays, voisin d'épaule pendant la visite qui me répond : « écris-moi ce que tu viens de me dire. » Mais il n'est pas sans savoir que je n'écris plus aux officiels de mon pays, pour ne pas alimenter ces corbeilles officielles des uns et des autres (ils se connaissent et je les connais)...
 
Donc je préfère les coincer de manière inopinée en leur demandant doctement d'enlever les bouchons invasifs de cérumen de leurs oreilles de martiens, quand ils veulent, pour m’écouter car je leur parle d'intérêt national. Ensuite, nous voilà dans une salle où Jack Lang, le génial metteur en scène de la France-Afrique précède de sa docte parole, le discours de Mr. Hollande sur la scène où les présidents africains écoutent sagement les adieux hollandais, d'un œil distrait, mais bien dans le jeu de la France-Afrique... 
 
Ce qui était amusant pour moi, c'était de me retrouver au premier rang avec les ministres ad hoc, face au président Aziz en se regardant de temps à autre en chameaux de faïence. 
 
Et la pensée qui s'illustrait au-dessus de sa tête était : comment a-t-il pu faire pour se retrouver en face de moi, me narguant presque,...au lieu de penser, bravo, ok ! Qu’est-ce qu'on peut faire ensemble ici pour le pays ? Car, il y a du pain sur la planche ! J'avais un espoir qu'il me dise : « quels sont tes idées et projets d'utilité publique ? Et on y va ! » 
 
A la fin de cette halte, Mr. Hollande veut montrer la vue de Paris de la terrasse de L'IMA, aux autres présidents. Et c'est lors de ce surréalisme officiel que j'ai réussi à donner au président français, étonné, ma carte de visite, l'action n'a duré que 3 secondes. Personne n'a rien vu dans cet embouteillage officiel, même pas ses gorilles pourtant mieux outillés que ceux de mon président....
 
Je l'avais déjà rencontré lors d'une visite aux Grands Voisins il y a 6 mois et je lui avais remis un dossier. Deux jours plus tard, j'ai reçu un coup de téléphone du préfet de Police qui m'a permis d'avoir l'appui nécessaire pour régler définitivement mon errance et ma précarité administrative qui tire son essence dans mon engagement dans campagne de Aziz en 2009. Où, au lieu d'être remercié ou gentiment « remercié » pour le travail fait pour la communication du président des pauvres dans lequel je croyais, non ! On m'a plutôt dans l'adversité la plus pitoyable, agressé. Je détaillerai cela un jour dans un livre que je dédierai à mes enfants, d'abord !
 
Mon cher Vlane, je jubile : j'expose à l'UNESCO, je co-organise un Festival nord-sud pour la paix à Sète, via la galerie que j'ai créée ici aux Grands Voisins qui a fait la une du Monde, je termine un long métrage sur le thème de l'exil dans toutes ses dimensions en plus d'un documentaire qui est déjà en lice dans les festivals et à travers mon projet de la Pierre Blanche de la Paix je fais exister mon pays culturellement et artistiquement ici, en France (sans aucune concurrence de l’État, fusse t-elle loyale ou dé...,puisqu'il est invisible sur la scène). La pierre blanche de la Paix, InchaALLAH ! va rouler de par le monde où elle est vivement attendue et faire baver et  braver les ennemis de la Paix. Ma Mauritanie sera toujours prépondérante dans ma démarche citoyenne, artistique, culturelle, diplomatique et sociale au grand dam des trompeurs de l'état et du citoyen mauritanien, entre autres...
 
Sans rancune aucune, bon Ramadan à tous et à toutes, SIMAH ! Cordialement et fraternellement... »
 
Maël Aïnine Néma Chérif.
 

photo / Agence Fabian Fischer 2017
photo / Agence Fabian Fischer 2017

photo / Agence Fabian Fischer 2017
photo / Agence Fabian Fischer 2017

photo/ Agence Fabian Fischer 2017
photo/ Agence Fabian Fischer 2017

photo / Agence Fabian Fischer 2017
photo / Agence Fabian Fischer 2017

par André Mirat pour l'association Art Contre-Courant / A Corps Queer by Lucie Camous aux Grands Voisins - mai 2017
par André Mirat pour l'association Art Contre-Courant / A Corps Queer by Lucie Camous aux Grands Voisins - mai 2017

Grâce à Jack Lang, voilà comment Aziz est tombé nez à nez avec le revenant Mael…

chezvlane

chroniques VLN | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | désintox | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g



Rubriques à la une


Recherche

Pendant ce temps...