. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Des membres du gouvernement commentent les résultats de la réunion du Conseil des ministres

Jeudi 7 Décembre 2017 - 22:00

 Le ministre de la jeunesse et des sports, M. Mohamed Ould Jibril, ministre de la culture et de l’artisanat et porte-parole du gouvernement par intérim, le ministre de l'éducation nationale M. Isselmou Ould Sid Mokhtar Ould Lehbib et le ministre des pêches et de l'économie maritime M. Nany Ould Chrougha, ont commenté jeudi à Nouakchott, les résultats de la réunion du Conseil des ministres, tenue quelques heures auparavant.

« Le conseil a examiné et adopté des décrets, des projets de loi et des communications dont le projet de décret portant création et transformation de certains établissements d’enseignement secondaire et le projet de décret portant modification de certaines dispositions du décret N° 2011-034 en date du 1er février 2011 portant réorganisation du diplôme du Baccalauréat National, en plus d’une communication relative à l’état de la Baie du Lévrier de Nouadhibou», a dit le porte- parole par intérim du gouvernement.

Il a félicité également, au nom de Son Excellence le Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz et au nom du gouvernement, le peuple mauritanien, à l’occasion de la célébration du 57eanniversaire de la fête de l’indépendance nationale, organisée à Kaédi et marquée par la levée du nouveau drapeau et l’exécution pour la 1ère fois du nouvel hymne national ; remerciant aussi les citoyens pour leur enthousiasme manifeste pour la circonstance.

Il a remercié par ailleurs les populations du Tagant, du Brakna, du Gorgol et du Hodh Gharbi, pour l'accueil chaleureux réservé à Son Excellence le Président de la République.

Répondant à une question relative au «mutisme » du gouvernement, vis-à-vis de la décision du Président américain de déplacer l’ambassade des Etats unis à El Qods, le porte-parole par intérim, a mis en exergue la position sans équivoque du gouvernement mauritanien, qui rejette et condamne cette décision, considérant également ses conséquences de graves et négatives pour la région, avec par ailleurs, des impacts sur tout le processus de paix, soulignant la publication imminente du ministère des affaires étrangères et de la coopération d’un communiqué sur ces voltefaces.

A propos d’une question relative au blackout observé par le gouvernement, quant au gendarme tué en Centrafrique, rendu public deux jours après son décès, par un communiqué du ministère de la défense nationale, le porte-parole par intérim, a rappelé qu’il s’agit d’un casque bleu mauritanien, tombé en martyr dans le cadre des forces onusiennes de maintien de la paix, le 4 décembre dernier, comme indiqué dans le communiqué précité « publié en temps opportun, puisque le gendarme figure au sein d’une force relevant des Nations Unies et qu’en conséquence, son cas, requiert une concertation avec les autorités concernées, jusqu'à l’identification des faits comme ils se sont effectivement produits », a-t-il ajouté.

« Je présente au nom du Président de la République, le Chef suprême des forces armées et au nom du gouvernement, les condoléances à la famille du défunt, aux forces armées et au peuple mauritanien, à la suite de la disparition de ce martyr », a-t-il poursuivi, qualifiant le cas d’exemple du gendarme décédé, de travail mené par les forces armées pour le maintien de la paix dans les autres contrées du monde.

Lui succédant, le ministre de l'éducation nationale s’est appesanti sur le projet de décret portant création et transformation de certains établissements d’enseignement secondaire, dans le cadre de la politique adoptée par l’Etat, relative à l’extension du système pédagogique, en réponse aux exigences nationales et consacrée par la création de 22 collèges et lycées pour l’année scolaire 2017-2018 ; la transformation de 15 collèges en lycées et la régularisation de la situation juridique de certains établissements, conformément à l’article 8 de la loi n°69.269 du 1er août 1969 portant réorganisation de l’enseignement secondaire.

« Ce projet de décret vise à donner aux enfants, qui ont dépassé les étapes fondamentales de l’enseignement, l’opportunité de poursuivre leur processus scolaire, au niveau de l'enseignement secondaire et à réduire les disparités, à travers la construction de collèges ruraux, profitant aux populations autochtones et aux habitants des quartiers précaires, dans les grands centres urbains ainsi qu’à limiter les inégalités entre les catégories, en particulier entre les hommes et les femmes », a-t-il dit.

Le ministre a inscrit par ailleurs, le projet de décret portant modification de certaines dispositions du décret N° 2011-034 en date du 1er février 2011 portant réorganisation du diplôme du Baccalauréat National, dans le cadre de l’introduction de certaines réformes dans le domaine des candidatures à ce diplôme, avec la prise de certaines mesures visant l’amélioration et l’organisation de l’opération, y compris les volets de la préparation et de la correction ».

« Le faible taux de réussite au baccalauréat et certains critères requis chez les candidats, dont les effectifs accumulés annuellement sont très importants, sont des raisons parmi d’autres qui ont conduit à la prise de ces mesures », a-t-il ajouté.

Le projet offre à tout candidat âgé de plus de 22 ans, la possibilité de participer au baccalauréat, sauf, qu’en cas d’obtention de moins de 5/20 points, il ne sera pas autorisé à se constituer de nouveau candidat », a-t-il poursuivi.

Le ministre des pêches et de l'économie maritime a développé dans son intervention, la communication relative à l’état de la Baie du Lévrier de Nouadhibou, mettant en exergue les caractéristiques de ce site, dont la faible superficie géographique, affirmant, qu’il demeure néanmoins essentiel et important pour la biodiversité et pour nos sources en eau, de manière générale.

Il a évoqué à ce propos, les risques induits par les activités industrielles et urbanistiques sur le fragile écosystème du Baie du Lévrier, soulignant que la communication propose un train de mesures tendant à y remédier sans porter préjudice à la dynamique de développement dans la zone.

« Les surexploitations de cette baie, dans les domaines des pêches, des mines et autres, constituent une menace réelle pour l’exploitation durable de ce site », a-t-il dit, soulignant les répercussions environnementales négatives possibles, si la baie n’est pas réorganisée et protégée, à l’instar du Banc d’Arguin.

« L’Etat a pris dans ce contexte, certaines décisions, y compris par rapport à l'industrie de la farine de poisson, l’organisation des débarquements en mer, l’existence de mécanismes utilisés pour les débarquements impossibles en mer ou sur terre, loin de la Baie du Lévrier », a affirmé le ministre.

« Les mesures prises comprennent entre autres, l’arrêt immédiat des activités de toutes les usines de farine de poisson, qui ne respectent pas certaines conditions fixées dans leur cahier des charges, dont l’interdiction de déverser en mer l’eau chaude ou polluée, contenant des éléments organiques et de dégager des fumées nauséabondes », a-t-il conclu

source AMI
chezvlane

Dans la même rubrique :
< >

chroniques VLN | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | désintox | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g



Rubriques à la une

Recherche

Pendant ce temps...