. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Démarrage de la conférence de la CEDEAO sur le terrorisme en présence du Président de la République

Samedi 14 Septembre 2019 - 21:38

Démarrage de la conférence de la CEDEAO sur le terrorisme en présence du Président de la République
Les travaux du sommet de Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) élargi à la Mauritanie, au Cameroun et au Tchad, et en présence d’invités du Maroc, de l'Algérie, des Emirats Arabes Unis, de l’Allemagne, de la France, des Etats Unis d’Amérique, de l’Union européenne et des Nations Unies, ont démarré samedi à Ouagadougou, capitale de la république du Burkina Faso.

Le Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani et la plupart de ses pairs des Etats membres du G5-Sahel et de la CEDEAO et leurs représentants participent à ce sommet.

La cérémonie d’ouverture a commencé par l’hymne national de la CEDEAO et la prise d’une photo de famille des chefs d’Etat.

L’organisation des sommets du G5-Sahel et de la CEDEAO dans la même ville et presque un même temps se base sur une nouvelle vision de la sécurité collective à travers de laquelle les partenaires cherchent à associer les pays du Golfe de Guinée, menacés par le danger du terrorisme, dans la lutte contre ce fléau suivant une formule qui sera déterminée lors de la rencontre.

Dans un mot de bienvenue prononcé à cette occasion, le Président du Burkina Faso, Monsieur Rock Christian Mark Kaboré, a indiqué que le sommet extraordinaire de la CEDEAO sur le terrorisme sera une opportunité pour prendre des mesures fortes dans cette zone géographique afin d’envoyer des messages clairs visant à éradiquer le terrorisme et à créer des conditions appropriées de vie décente dans cet espace.

Le Président Kaboré qui est également le président en exerce du G5-Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad), a ajouté que le terrorisme n’a pas de frontières et que tous les pays de la zone en sont concernés, soulignant que ce sommet sera l’occasion de prendre un ensemble de mesures fortes et urgentes pour éradiquer le terrorisme dans nos pays.

Prenant la parole, le président de la commission de la CEDEAO, M. Jean Claude Kassi Brou, a indiqué : « Nous sommes confiants que ce sommet sera non seulement important, mais il va constituer également un tournant dans la guerre contre le terrorisme dans notre région. »

Prononçant le discours d’ouverture du sommet, le Président nigérien, M. Issoufou Mahamadou, qui assure la présidente tournante de la CEDEAO, a passé en revue les grandes lignes du plan d’actions de l’organisation et les efforts consentis pour lutter contre le terrorisme en coordination avec ses partenaires.

Il a souligné que le sommet d’Ouagadougou extraordinaire intervient en réponse à une recommandation de la dernière session ordinaire du sommet des Chefs d’Etats et de gouvernements de la CEDEAO tenu en juin passé à Abuja au Nigéria.

Pour sa part, le président de la commission de l’union africaine, M. Moussa Faki Mouhamatt, a exprimé la disponibilité de l’union Africaine (UA) à coopérer en vue de réaliser les objectifs attendus de la lutte contre le terrorisme et le crime organisé qui constituent les plus importants handicaps du développement du continent.

Par la suite, à tour de rôle, le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel, le représentant spécial de l’UE au Sahel et les représentants de la France, de l’Allemagne, de l’Algérie, du Maroc et des Etats Unis d’Amérique ont pris la parole.

Les représentants des partenaires ont réitéré dans leurs interventions leur disposition a porté davantage d’appuis pour les efforts consentis pour la lutte contre le terrorisme, l’extrémisme et le crime organisé dans l’espace du Sahel et du Sahara.

Les présidents sont entrés par la suite dans une réunion à huis-clos pour l’adoption de l’ordre du jour des travaux du sommet et pour l’examen et l’analyse du rapport de la session extraordinaire du conseil de médiation et de sécurité de la CEDEAO.

Pour rappel la CEDEAO est née en mai 1975 à la faveur de la convention de Lagos signées par 15 Etats des Etats de la région dont notre pays avant qu’il ne s’en retire en 2001.

Les objectifs mentionnés par la convention de création de la CEDEAO englobent la création et l’encouragement de la coopération entre les Etats membres dans tous les domaines de services et de production, en particulier dans ceux de l’industrie, de l’agriculture, de l’énergie, des transports, des communications et des échanges commerciaux en vue d’améliorer le niveau de vie et de développement des peuples de la région et du continent africain de façon générale.

La CEDEAO comprend actuellement 14 pays membres qui sont la Côte d’Ivoire, le Bénin, le Mali, le Burkina Faso, le Sénégal, le Togo, la Guinée Bissau, le Niger, le Nigéria, le Libéria, la Sera Leone , la Gambie, le Ghana et le Cap-Vert.

Cet ensemble économique régional compte environ 210 millions d’habitants, soit la quart de la population du continent africain, dont une grande majorité d’agriculteurs. Les pays membres possèdent d’immenses potentialités et ressources naturelles et économiques.

AMI
chezvlane

chroniques VLN | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g



Rubriques à la une

Recherche