. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

CENI : offre de garanties et préjugés

Vendredi 14 Juin 2019 - 18:49

CENI : offre de garanties et préjugés

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) ne cesse de multiplier les gestes de bonne volonté, ces actes et paroles qui doivent rassurer une opposition qui s’engage dans une présidentielle cruciale pour l’avenir de la Mauritanie.

Le processus qui conduit à l’organisation du scrutin du 22 juin 2019 suit son cours, sans heurts : recrutement du personnel adéquat (commissions, experts, membres des bureaux de vote), préparation de la logistique et du matériel, Ravel (Recensement administratif à vocation électorale) complémentaire, concertation avec les 6 candidats en lice et avec les organisations de la société civile (OSC, presse, syndicats professionnels) ainsi qu’avec d’autres institutions concernées de près ou de loin par les élections (HAPA) ou la préservation des droits acquis des mauritaniens (CNDH). Que demande-t-on de plus ?

Que la CENI s’immisce dans ce qui ne la regarde pas ? Un dialogue entre le pouvoir et l’opposition pour convenir de son élargissement, par exemple. Ou qu’elle entrave les lois la régissant par des prises de décision inappropriées ? Ecarter d’un marché une société soi-disant « proche » du candidat du pouvoir, ou tout simplement, toutes sociétés nationales désireuses de prendre part à un appel d’offres ouvert ?

Les appréhensions des uns et des autres dans ce moment précis ne doivent pas sortir du raisonnable. Toujours demander plus, oui, mais ne pas verser dans la surenchère. La Ceni dont les 11 membres du Comité de pilotage sont assermentés a donné la preuve de son impartialité lors des élections municipales, législatives et régionales de 2018. Il y a eu quelques erreurs, personne ne peut le nier, mais cela n’a aucune incidence sur un rapport de forces flagrant. Elle continuera à privilégier la neutralité et la transparence parce qu’il en va de sa crédibilité mais aussi du succès d’un processus électoral sur lequel les mauritaniens fondent beaucoup d’espoir, étant le premier qui permet une véritable alternance démocratique.

Les candidats savent ce qu’il faut faire réellement pour aider la CENI à mener à bien une élection dont le succès profite à tous : sensibiliser leurs électeurs sur les procédures de vote, les inciter à se rendre aux urnes, veiller à ce que chaque candidat soit représenté dans les bureaux et ce sur l’ensemble du territoire national, et comprendre que, dans toute compétition, il y a toujours un vainqueur et un vaincu. Comprendre, surtout, que cette élection-là n’est ni la première ni la dernière et que le souci de toutes les parties prenantes n’est pas de critiquer son organisation mais de faire en sorte que celles qui vont suivre soient encore meilleures.

Mohamed Ould Brahim

AMI

chezvlane

chroniques VLN | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g



Rubriques à la une

Recherche