. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Atmosphère à propos d’Aziz, Ghazouani et l’ambassadeur de France

Mardi 18 Juillet 2017 - 21:41

Blackout sur le dernier 14 juillet de l’ambassadeur de France…
 
Il y avait pourtant une brochette de barons de la presse francophone.  Les appareils photos ont crépité de partout sans parler des caméras à telle enseigne que je n’ai pas jugé utile d’immortaliser quelques scènes. 
 
C’est étonnant ce silence pourtant Jeune Afrique a annoncé le départ de son excellence qui, le moins qu’on puisse dire, n’a aucun ennemi déclaré en Mauritanie ni dans la presse francophone qu’il a honoré de sa présence dans les locaux de tel ou tel canard ni chez les politiques.
 
C’est suffisamment rare d’avoir un ambassadeur qui a gardé les pieds sur terre pour le signaler.  Chaque fois qu’il y a eu un incident où la France fut abusivement accusée de geste inamical au plus haut niveau de la sûreté nationale, l’ambassade a fait ce qu’il faut pour ne pas jeter de l’huile sur le feu. 
 
Bref, un tel ambassadeur méritait certainement au moins de la part de la presse francophone, un mot chaleureux sachant qu’il s’en va. 4 jours après le 14 juillet toujours pas un mot.  C’est ainsi, ils doivent se dire qu’il n’y a plus rien à tirer de lui. Au suivant… 
 
Aziz lui-même en est là. Les gens sont tellement certains qu’il s’en va, même dans 2 ans, qu’ils voient à travers et cherchent le suivant. Pourtant ils se trompent. 2 ans c’est long et Aziz n’abandonnera jamais la possibilité de rester. Jusqu’au bout il fera tout, jouera de mille ficelles en attendant l’occasion qui ferait que tout serait permis.
 
Les sorties de ses ministres, de son PM à propos du troisième mandat ne sont là que pour installer le débat sur un sujet qui ne devrait pas même exister vu qu’il a juré au nom de dieu mais ce serment n’a aucune valeur pour ses créatures et l’imam de la grande mosquée qui se dit connaisseur en mariage entre humains et djinniyates saura bien trouver une formule pour halaliser le parjure.
 
 

image_10.png image.png  (3.09 Ko)


Nous verrons bien. En attendant, un seul nom est dans tous les esprits : Ghazouani.  On le présente comme l’anti-Aziz intellectuellement et maraboutiquement. On dit de lui qu’il serait un homme plus fin. Tous ces compliments risquent de causer sa perte avant l’heure ne serait-ce qu’à cause du mauvais oeil des mauritaniens. 
 
Quant à Aziz, il n’hésitera pas à l’anesthésier à la première occasion. Je l’ai déjà écrit et j’en reste persuadé.

https://www.chezvlane.com/Voila-pourquoi-Ghazouani-ne-sera-pas-president-apres-Aziz_a307.html

Aucun président n’est parti autrement que de force. Le chef de l’état est le chef d’une armée qui n’obéit qu'à ses supérieurs qui n’ont souvent en commun que la fidélité au chef sinon ils n'en seraient pas là.  Comment léguer un équilibre sur mesure à quelqu’un d’autre ? Je doute que cela soit possible.
 
Si Aziz part pour ne plus revenir, ce ne peut être que contraint et forcé par les généraux qui comptent. De toute façon, Aziz fera ce qu'il faut pour léguer un pays sous tension prêt à exploser de sorte qu'on le regrette. La politique de la terre brûlée est en action. Comment expliquer tous ces départs de feux, ces humiliations contre telle et telle régions abandonnées, telle et telle tribus sous couvert d'histoire coloniale révisée ? Aziz a beaucoup de qualités mais il ne s’embarrasse pas de loyauté face à la raison d’état qui va de pair pour lui avec ses intérêts personnels.  Tout le monde a désormais peur de lui et chacun sait qu’il n’est pas à l’abri du poignard dans le dos. Technique sans laquelle Aziz n’en serait pas là. 

Quel gâchis ! Arrivé avec les pleins pouvoirs avec un boulevard devant lui pour faire passer à la Mauritanie un cap historique, le voilà réduit à être entouré d’une guerre des clans civils au cœur du pouvoir à base de vulgaire tribalisme et autre régionalisme arrogant. Un sinistre bond en arrière. Qui le regrettera ? Personne car il n’est pas prêt de partir. 
 
Ghazouani devrait surveiller ses arrières. 2 ans c’est long et l'impensable est partout.  Déjà les mauvaises langues murmurent qu’Aziz ne dirige plus seul ; on raconte que le PM et le patron de l’UPR seraient aux ordres de la redoutable première dame de fer. Quiconque serait protégé par elle n'aurait plus rien à craindre même d'Aziz.
 
Quant à l’ambassadeur de France, il a chaleureusement reçu ce 14 juillet un certain nombre d’amis de la France dans une ambiance comme il faut. Un discours particulier avec un discret mot pour chacun. 
 
On le regrettera.

VLANE

image_11.png image.png  (3.09 Ko)

chroniques VLN | énergie / mines | politique | économie | religion | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | désintox | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g



Rubriques à la une


Recherche

Pendant ce temps...