. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Aissata Sow, les chemins de la lumière pour une femme battante

Mardi 23 Juin 2020 - 21:13

Assista Sow est une jeune femme malvoyante. Ce handicap, loin de la freiner, est « le moteur de sa vie. » Née en 1987 Aissata, a pu bénéficier d’une formation en braille dès  2004  à l’école de l’association nationale des aveugles à Nouakchott.  De  2010 à  2011, elle fait une autre formation pour devenir gérante de Standard. Ce  qui lui permet de se doter de compétences en communication sur téléphonie mobile. 

 

Courageuse, Aissata continue de se former. En 2012, c’est la couture qu’elle ajoute à ses passions. Après s’être formée dans ce métier, Aissata Sow décide de voler de ses propres ailes. Sur fonds propres, elle lance son projet de confection et vente de tenues traditionnelles. Elle achète des tissu et fait des modèles pour les revendre.

 

C’est dans ce parcours qu’elle est dénichée par des activistes de la société civile et des journalistes. « Femme, voix au chapitre », un projet très ambitieux de DJEINABA TOURE la Présidente de l’Association « Je m’engage ! » , a mis les projecteurs sur cette jeune dame « admirable dans sa capacité à assumer ce que le destin lui a réservé ».  

 

« J’ai  connu Aissata il y a bientôt cinq ans  alors que  je faisais  la prospection pour mon projet  Femme,  voix au chapitre.  Je voulais une inviter  de femmes exceptionnelles et en échangeant  avec  mon  ami Yéro Gaynaako, il m’a parlé de sa cousine. On s’est parler au téléphone Aissata et moi puis on s’est retrouvées. Son profil m’a tout de suite séduit. » Dit DJEINABA TOURE qui avoue avoir été impressionnée « par ses capacités  de faire de son handicap une force. » « C’est une femme toujours prête à relever les défis. Aissata est un modèle  et une inspiration. Une battante  qui n’est  en rien différente de nous autres  femmes  et  filles. » A affirmé Djeinaba Touré. 

 

En effet, côté occupation, Aissata Sow s’occupe de ménage et d’autres activités génératrices de revenus. « Elle coud, elle sait faire passer le fils à travers le chas de l’aiguille » Rajoute Djeinaba Toure, admirative.

 

Journaliste,   DIOP MOHAMED de l’agence ALAKHBAR rappelle les circonstances de sa rencontre avec le jeune battante : « J’ai connu Aissata lors d’un 8mars. Correspondant de medi1, il  m’avait été demandé de  préparer un article  sur les femmes vivant avec un handicap.   Je suis tombé sur son profil. Je suis allé directement chez elle pour voir comment elle vivait.  Jai trouvé une fille  très brave qui arrivait  vraiment à mener une activité   je dirais lucrative. Elle faisait la couture,  elle exposait ses modèles dans les réseaux  sociaux. » Poursuit le journaliste avant de déplorer : « C’est grâce à une formation qu’elle as eu  , mais malheureusement  il y a aucun fond, aucun  soutien  financier de la part de  l’Etat ou même de la part des  communes pour  lui permettre   de valoriser  cette formation. »

 

Pour Aissata, la condition de la femme doit être valorisée au-delà des commémorations du 8 mars. «Je lance un appel aux ONG, ou associations des personnes handicapées pour qu’elles intègrent  dans les projets et que l’état  puisse  faire quelque  pour nous  aider à poursuivre nos rêves. »  

 

Hawa Bâ

alakhbar

chezvlane

chroniques VLN | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g




Banque Populaire de Mauritanie



Rubriques à la une

Recherche