. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Terrorisme : une réunion de soutien au G5 Sahel prévue le 30 octobre à l’ONU

Lundi 23 Octobre 2017 - 12:37

La rencontre ministérielle sera suivie par une conférence des donateurs qui se tiendra le 16 décembre à Bruxelles, en Belgique, a-t-on appris des ambassadeurs du Conseil de sécurité, ayant bouclé le 22 octobre à Ouagadougou, au Burkina Faso, leur visite de quatre jours effectuée dans la région.


Qualifiée « d’utile » par la France dans la perspective du lancement de la force du G5 Sahel, la mission a permis aux ambassadeurs des 15 pays siégeant au Conseil de sécurité de se rendre au Mali, en Mauritanie et au Burkina Faso.
 
« Nous avons la satisfaction de voir combien cette visite, très dense il est vrai, a été utile, productive et riche d’enseignements positifs pour nous tous », a déclaré l’ambassadeur de France à l’ONU, François Delattre, à l’issue d’une rencontre des diplomates onusiens avec le président burkinabè, Roch Marc Christian Kaboré. « Nous avons fait de la question du G5 Sahel la priorité de notre présidence du Conseil de sécurité », a rappelé le diplomate français.
 
Au Mali, les ambassadeurs ont visité le poste de commandement de la force du G5 Sahel, basé à Sevaré dans le centre du pays, où la situation sécuritaire s’est nettement dégradée ces derniers mois. Ils ont saisi cette occasion pour dire leur « impatience » aux signataires de l’accord de paix au Mali en 2015, qui enregistre un grand retard dans son application.
 
Abordé par la presse à l’issue de cette visite, le commandant de la force du G5 Sahel, le général malien Didier Dacko, a dit que la force internationale qu’il dirige attendait d’abord du Conseil de sécurité « un appui politique » mais aussi « un accompagnement en termes d’équipement et de formation ». « Nous avons prévu d’atteindre la capacité opérationnelle maximale dans quelques mois, en 2018, et au rythme où les choses vont, nous pensons que c’est atteignable, à condition d’obtenir les soutiens nécessaires », a-t-il ajouté.
 
Pour tenter de faire face à la dégradation de la situation dans le centre du Mali, limitrophe du Burkina Faso et du Niger, gagnés à leur tour par les violences perpétrées par des islamistes, le G5 Sahel a réactivé, en février à Bamako, son projet de force régionale conjointe, initialement lancé en novembre 2015.
 
Du côté des Nations unies, la résurgence des attaques djihadistes dans la région a poussé le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, à recommander une aide internationale accrue à cette force, dont le financement n’est pas encore garanti. Il l’a fait dans un rapport remis, le 16 octobre dernier.
 
Le G5 Sahel, formé de soldats du Mali, du Niger, du Tchad, du Burkina Faso et de Mauritanie, doit lancer sa première opération à la fin de ce mois.
 
Nestor N'Gampoula

source adiac-congo.com
chezvlane

chroniques VLN | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g



Rubriques à la une

Recherche