. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Sénégal et Mauritanie à l'affût du leadership gazier

Samedi 10 Février 2018 - 12:28

Les deux pays ont signé un accord de coopération pour l'exploitation de l'un des plus vastes gisements de gaz d'Afrique de l'Ouest.


Découvert en janvier dernier, le champ gazier Grand Tortue-Ahmeyim, situé à 5 200 mètres de profondeur, est considéré comme le plus important gisement de gaz off-shore en Afrique de l'Ouest avec des réserves estimées à 450 milliards de mètres cubes. L'investissement pour la mise en valeur de ce champ s'élève à 10 milliards de dollars. Des données qui faisaient de son développement une priorité pour le Sénégal et la Mauritanie.
 

Un gisement estimé à 450 milliards de mètres cubes 

 

Deux ans après sa découverte, les deux pays ont signé ce 9 février 2018 un accord de coopération intergouvernemental (ACI) portant sur l'exploitation du champ gazier Grand Tortue-Ahmeyim (GTA), à cheval sur la frontière maritime entre les deux pays. Si le contenu de ce texte n'a pas été rendu public, on sait néanmoins qu'il inclut le « développement de l'exploitation et le partage des ressources, ainsi que les conditions de règlement des litiges », a indiqué une source du ministère mauritanien du Pétrole, de l'Énergie et des Mines. « L'accord est avantageux pour les deux pays », a-t-elle ajouté. Dans tous les cas ces importants gisements de gaz devront être sous peu exploités par la compagnie américaine Kosmos Energy en charge dudit champ. Kosmos Energy et BP ont aussi conclu en décembre dernier un accord pour le développement en eaux profondes du pétrole.

 

Un peu plus tôt dans la matinée, le président Macky Sall a eu au palais présidentiel, à Nouakchott, un entretien en tête à tête avec son homologue Mohamed Ould Abdel Aziz. Les discussions ont porté sur les moyens de « renforcer les relations existantes entre la Mauritanie et le Sénégal, ainsi que sur les développements sur la scène régionale et internationale et les questions d'intérêt commun ».

Pas d'accord sur la pêche

Dakar et Nouakchott se sont en revanche donné jusqu'à fin mars pour régler leur différend pour le partage des ressources halieutiques, cause de tensions après la mort récente d'un pêcheur sénégalais. Macky Sall et Mohamed Ould Abdel Aziz ont abordé la question des « conditions d'exploitation des ressources halieutiques », deux semaines après la mort d'un jeune pêcheur de Saint-Louis (nord du Sénégal), tué par des gardes-côtes alors qu'il se trouvait illégalement dans les eaux mauritaniennes à bord d'une pirogue, selon un communiqué conjoint.
 

Aucun accord n'a été annoncé, mais les deux présidents ont « donné des instructions » aux ministres responsables « afin de prendre toutes les mesures nécessaires au renforcement de la coopération dans ce domaine, en vue de la signature d'un protocole d'accord entre les deux pays d'ici fin mars 2018 », selon la même source. Un précédent accord de pêche qui liait Dakar à Nouakchott n'a pas été renouvelé depuis janvier 2016 en raison du refus de la partie sénégalaise d'observer l'obligation de débarquement des prises en Mauritanie, prévue par une nouvelle réglementation mauritanienne.

source lepoint.fr

chezvlane

chroniques VLN | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g



Rubriques à la une

Recherche

Pendant ce temps...