. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Sécurité et service : deux mots au D.G de Mauritania Airlines International

Vendredi 23 Juin 2017 - 12:36

Sécurité et service : deux mots au D.G de Mauritania Airlines International
Le chef de l’état ne rate pas une occasion de faire atterrir ces avions sur toute la planète au gré de ses déplacements intempestifs, il ne rate aussi aucune occasion  d’inviter les mauritaniens à consommer local en choisissant notre compagnie nationale.  Ayant de la suite dans les idées et imaginant certainement que Mauritania Airlines International fera de l’ombre dans le monde à Royal Air Maroc,  le chef de l’état a fait construire cet aéroport lumineux hors de la ville en espérant y voir bientôt passer 2 millions de voyageurs.
 
Aziz est un visionnaire. En attendant que la vision arrive jusqu’à nous, puisque scientifiquement la vitesse de la lumière est limitée, l’aéroport est fantôme. Comme le faisait remarquer un sénateur l’autre jour la gorge serrée, les toilettes ne sont pas opérationnelles et désormais les citoyens lambda sont parqués à l’extérieur ne pouvant accompagner quiconque ne serait-ce jusqu’à l’enregistrement comme partout dans le monde même s’il s’agit de femmes et d’enfants voyageant seuls.
 

Après les formalités de la police, on ne trouve pas la moindre boutique ne serait-ce que pour acheter une petite bouteille d’eau en attendant le départ ou pour éviter de mendier dans l’avion un verre d’eau de plus que le service prévu pour faire avaler la salade sèche ou le riz à la viande qui laisse à désirer.
 
Passons, ceci n’est pas le sujet.
 
 

Le sujet est de vous parler du service proposé par notre compagnie nationale. Comment pouvez-vous expliquer qu’en 2017 vous n’ayez même pas un seul site internet dynamique ? Ne dites pas qu’il est en construction car depuis que la compagnie existe,  il n’a jamais existé et l’adresse dont vous faites la publicité www.mauritaniairlines.mr  ne renvoie qu'à une page fixe primitive où on ne peut même pas trouver les destinations et les fréquences de vols de la compagnie. On ne vous demande même pas de pouvoir payer en ligne, c’est trop compliqué pour vos compétences mais au moins avoir un minimum d’information.
 
Bien sûr qu’il y a des numéros de chaque agence mais vous savez très bien que depuis longtemps, ces téléphones sont mis soit en mode silence soit débranchés ; bilan ça sonne et personne ne décrochera jamais. Je vous invite à appeler Royal Air Maroc à Nouakchott, même quand l’opératrice parle avec un client, elle décroche, ce qui soit dit en passant est tout aussi désagréable car la priorité devrait être pour celles et ceux qui se déplacent mais cela ne l’empêche pas de continuer à pianoter pour votre dossier pendant qu’elle répond.
 
 

Autre chose à propos de la sécurité des enfants non accompagnés, qu’on appelle UM : votre personnel dans les agences n’est pas formé pour gérer ces situations à une ou deux personnes près qui apparemment sont avares de leur savoir car années après années, ce sont les mêmes qui savent et les autres gênés qui ignorent. Il arrive comme hier et aujourd’hui que la personne qui sait ne soit pas là, on vous donne alors rendez-vous pour le lendemain mais comme celui qui sait est un cadre supérieur, il peut s’absenter à sa guise bloquant tout le service et personne ne peut le remplacer sinon il serait moins indispensable...
 
Nous vous invitons donc à mettre à disposition de tout le personnel en agence un tutoriel avec les instructions à suivre. Ce n’est pas diable et cela permet d’améliorer le service sans humilier ceux à qui on refuse l'information.
 
En parlant d’UM, je tiens à signaler un petit trafic scandaleux car il s’agit d’enfant. Quand vous arrivez pour payer le service autour de 50 euros,  à moins d’insister, on vous explique que cela se fait à l’aéroport car là encore la majorité du personnel ne sait pas comment faire sauf qu’à l’aéroport, quelqu’un, dont je tairai le nom et le statut, vous prend les 50 euros qu’il met dans sa poche sans aucune trace écrite. Si le service qui suit était correct, on pourrait taire cette pratique sauf que ne pas laisser de trace oblige à ne pas se servir d'une pochette prévue à cet effet, censée être disponible,  que l’enfant porte visible sur soi avec les informations utiles le concernant : destination, numéro de vol, langue parlée etc.
 
Au départ de Nouakchott, on a dû bricoler une pochette, on met les 50 euros dans la poche et on l’emmène dans l’avion. Est-ce sérieux ? Il peut se passer n’importe quoi dans un vol ou lors d’un atterrissage d’urgence,  comment faire dans la panique pour distinguer les enfants non accompagnés ?
 
Nous savons que tout cela ne vous intéresse pas et que vous trouverez toujours des formules pour justifier l’injustifiable mais on doit vous le dire pour ne pas être complice de tous ces petits rien qui tuent une compagnie et finissent par en faire Mauritania Airnaze International alors que les avions sont corrects, le personnel à bord sympathique et compétent comme la majorité de ceux qu’on trouve dans les agences mais il y a toujours une minorité toujours mieux placée que les autres aux commandes dont le manque de conscience professionnelle réduit à néant le mérite de tous.
 
Croyez bien que je suis au regret d’écrire publiquement sur un sujet pareil car tout patriote tient à l’image de son pays sauf qu’on ne peut laisser ceux qui la salissent nous obliger à être complices de leur incompétence. Internet aurait dû servir à l’état depuis longtemps comme canal d’alerte, hélas il faut croire que le pouvoir trouve un malsain plaisir à jouer à l’innocent…

VLANE

chroniques VLN | énergie/mines | politique | économie | religion | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG/associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats/Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | désintox | ndlr | culture | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g



Rubriques à la une


Pendant ce temps...

Recherche