. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Révélations troublantes d’une des victimes de MCM.

Jeudi 20 Février 2020 - 06:08

Je n’ai pas dormi ce soir, après avoir entendu ce jeune homme et je me suis dit qu’il m’est un devoir de troubler le sommeil de l’humanité avec moi. Alors écoutez-le :
 

La compagnie MCM est l’une des branches des puissantes séries « First Quantum ». Elle compte parmi les meilleures productions de cet ensemble.

Seulement la MCM a innové ici, l’une des politiques les plus étranges dans son rapport avec ses employés :

Il est devenu traditionnel, qu’en chaque période elle déclare qu’elle est en voie de mettre fin à ses activités pour baisse de production, et que par conséquent elle doit opérer des compressions parmi les travailleurs. Nous ne comprendrons que plus tard, la vrai intention de cette société, pour laquelle nous avons offert notre sang et notre jeunesse contre une infinité de poisons tous plus mortels les uns que les autres.
 

Elle jonglait avec ces hommes qui passaient les nuits entières, les yeux rouges d’insomnie et de fatigue, au milieu de tous les dangers pour que sa production ne baisse jamais. Elle licenciait des employés et recrutait immédiatement et curieusement d’autres, avant que ne sèche sur ses engins géants, le sang des premiers.

Ceci d’ailleurs était devenu un marché fructueux pour nombre de grands responsables (surtout nationaux), qui y gagnait en bien et en recrutement pour les leurs. Un esclavage licite, tacite et que personne ne pouvait déceler ou dénoncer.

Des tourbillons violent d’offres d’affaires et des recyclages de visages qui produisaient au même rythme que la compagnie elle-même. Des transactions inhumaines, ou les employés sans défense, n’étaient plus qu’un amas de feuilles charriées par le vent violent de l’immoral, de la cupidité et l’impitoyable règle du profit et de la matière.
 

Ceci s’est passé à plusieurs reprises et MCM a continué à jalonner son histoire de malheurs de ces jeunes qui a un moment donné de leur vie, s’accrochant au mirage de son ont offre, ont cru voir en elle un espoir. Des jeunes hachés par les longues années de chômages, au point ou quel que soit l’intensité du calvaire, ils ne pouvaient pousser le moindre soupir, ni la moindre protestation.

Depuis 2011 plusieurs malheurs ont frappé durement les colonnes poussiéreuses et extenuées de ceux qui devaient travailler de nuit et de jour, rien que pour nourrir une famille, quelque fois pour aider un camarade, hémiplégique, atrophié, paralysé amputé, ou pire, victime de ce travail des plus impitoyable qui soit.
 

Ni le droit, ni l’ancienneté, ni le service rendu, ne pouvaient plus résister à ce système satanique. Oter un employé ancien, méritant certains droits, pour le remplacer aussitôt par une autre pauvre proie, sous le sigle du tâcheronnat, qui les yeux encore asséchés par le besoin pliera à toutes les conditions et signera sans savoir qu’elle signe pour sort de celui qu’elle vient de croiser la tête basse de soucis et de désespoir à l’antre de cet ogre géant, dont les canines puissantes d’acier ne se sont jamais arrêter l’espace d’une seconde de croquer le minerai, en même temps que la chair fragile de cette jeunesse affolée par l’avenir sombre du chômage.

Nous n’avons jamais été prévenus que la prochaine fois c’était nous. Le procédé est que brusquement des gardes de la sécurité, se présentent, vous encadrent et vous conduisent devant le responsable (comme un accusé). Ce dernier vous félicite, vous déclare que vous avez été un élément déterminant dans les progrès de la compagnie, mais qu’ils doivent se passer de vos services. Les mêmes éléments de la sécurité, vous conduisent chez un médecin, qui mesure votre tension artérielle et « les sécurités » vous conduisent à la porte. Ce même médecin, qui a devant lui plusieurs types de poisons qui encerclent l’employé, qui était chargé de les dépister dans son sang et sur son corps, se contente maintenant de quelques pressions sur un tensiomètre, et vous jette à votre sort.
 

Pourtant devant ce médecin, se dresse une application dans laquelle, il est mentionné la nécessité du control du nombre de poisons de poussières dangereuses de matières chimiques inhalés ou ingurgités.

Ici les promesses passées n’ont plus aucune espèce de valeur.

La plupart de ceux qui ont été licenciés, travaillaient dans ce qu’on appelle avec frayeur, « la zone rouge » une zone contaminée à très haut risque.

MCM, nous avons compris que vous vous débarrassiez de nous purement et simplement pour fuir vos responsabilités. Ceux qui étaient accidentés pour remplir vos coffres vous les avez jetés dans la rue et suspendu immédiatement leur assurances médicales :

qu’est-ce qu’on peut appeler meurtre, plus que celui-là ??? et quels genre de serments vous lient à l’humanité, même esclave ???

Chez-nous on nous a élevé à être disciplinés. Nous le resteront. Mais pour la question, nous vous signalons que nous avions compris le manège et nous l’avons trouvé indigne d’une grande société comme la vôtre. Devant vos yeux nous avons été fidèles de nuit et de jour au gavage de votre production. Vous nous avez compensés par un poignard dans le dos.

Plusieurs d’entre nous se retrouvent ainsi hébétés, entre leur réveil prometteur du matin et leur immolation, soudaine entre les dents de ce puissant monstre, au soir. Un monstre, habitué à broyer les pierres au point de les confondre avec des pères de familles, attendus par des enfants vivant de votre chiche pitance.

Ils vont errer de longues heures dans les ruelles de cette ville mi-morte, qui n’a jamais profité des trésors tirés de ses entrailles, avant de réaliser ce qui leur arrive.
 

Les enfants doivent sortir immédiatement de l’école, la famille doit essayer de libérer les logis, fautes de rendement familial. Certain n’ont même pas le billet pour rentrer grossir les problèmes des familles. Des malades cloués au lit par un accident ou une maladie voient leur assurance santé immédiatement suspendu en même temps que la théâtrale sortie, encadrés par la « Security ».

Effectivement en septembre dernier la société, comme à son habitude avait annoncé une compression. Elle n’a désigné personne en particulier.

La mort, comme à son habitude frappe sans avertir.

Ceux qui avaient toujours été distingués par leur conscience, leur application leur abnégation, au travail et leur fidélité aux normes de la société, ne pouvaient savoir, que ce compagnon insensible, qu’ils ont nourri de leur sueur et de leur sang s’apprêtait à les trahir de la façon la plus ignoble et la plus traitresse qui puisse être.
 

Une petite somme leur est proposée contre plusieurs années de travail mortel. Cette même petite somme sera retenue par les banques auprès desquelles ils avaient contracté des crédits, pour n’importe quel petit quelque chose qui éviterait a leurs enfants les terribles conséquences de l’horreur omniprésente, de ceux pour qui la vie humaine équivaut à une vis un pneu crevé ou à un écrou.

Que veut dire se débarrasser d’hommes compétents qui vous servent en toute fidélité pendant des années, pour les remplacer tout de suite par d’autres ? Le  marché humain est clair. Des esclaves qu’on utilise de façon inhumaine, pour les vomir dans la rue, une fois que certains droits se dessinent pour eux à l’horizon. C’est simple, monstrueux et horrible.
 

MCM

Cette compression abusive et loin des prétextes avancés par la société qui n’avait même pas prit la peine d’avertir les employés du jour de leur sacrifice.

Des citoyens employés sous le poids pesant d’une montagne de devoirs et jetés dans la rue, sans le moindre droit.

Pourtant la prospérité de cette société est le fruit direct des ressources de notre patrie, extraite par l’action de nos bras.

MCM. la société, venue de là-bas, de la terre des droits de l’Homme, est venue, nous piétiner chez-nous, contre toutes les lois et les morales humaines.

MCM, championne de l’exploitation minière et humaine :

Puiser l’or et le cuir en profondeur et se nourrir du sang des enfants du pays en surface.

Le prix « Non-bel de l’exploitation de l’homme par les géants du capital »

Ce que nous demandons, en premier à notre gouvernement, et ensuite aux restes restant de consciences dans la MCM, c’est de nous donner nos droits, compenser cette profonde blessure morale et psychique, qu’ils ont, sans pitié plantés dans nos cœurs.

Nous demandons l’application de la loi. Et le respect de la règle administrative. Vous avez confondu l’utilisation des engins et l’utilisation des êtres humains, qui ont tout laissé dans les profondeurs du sous-sol où la température invivables a rongé nos poumons et empoisonné notre sang.

Nous voulons que les maladies contractées en vous servant, sois prises en charge par vous, jusqu’à guérison ou mort de votre victime. Nous voulons nos pointages, nos heures supplémentaires, qui se sont dissipés dans ce rapport inégal et cruel.

Comment pouvez-vous prétendre nous licencier pour déficit, alors que vous continuez à rouler avec les heures supplémentaires et le tâcheronnat ?

Et tant que vous nous avez poignardés de la sorte, vous devez prendre la responsabilité du crédit contracté auprès des banques.

Nous voulons un dédommagement contre le choc moral et l’avenir brisé de nos enfants contraint par cette trahison à quitter les écoles en plein milieu de l’année scolaire. D’autres  petites victimes de votre prospérité commerciale, qui certainement inclura des fœtus, broyés par la boulimie aveugle.

Nous avons foi en notre gouvernement en la justice nationale internationale et humaine tout court.

Nous ne voulons que  recouvrir nos droits, exactement, comme nous avons rempli nos devoirs sans plainte, par votre propre témoignage. Au fond des sarcophages obscurs, où personne n’espérait sortir après avoir été dégluti par ces trous béants et profonds que nous sondions par nos corps, pour satisfaire vos coffres insatiables.
 

Mohamed Hanefi. Koweït.

chezvlane

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 7 Avril 2020 - 21:53 Confinons les impunis !

chroniques VLN | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g



Rubriques à la une

Recherche