. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Renseignements pris : les Soueid Ahmed de Boutilimit sont des Kounta

Samedi 1 Février 2020 - 20:42

Ahmed Ould Soueid Ahmed
Ahmed Ould Soueid Ahmed
Jusque-là, je pensais que j’étais des Oulad Ebery de Boutilimit du côté paternel et des Sidi Wavi Kounta du Tagant du côté maternel mais voilà que j’apprends de source sûre que du côté paternel, nous sommes aussi Kounta venus s’installer à Boutilimit...
 
Voici en quelques mots l’histoire de l’ancêtre commun Soueid Ahmed Kounti : on m’a confirmé ce que je pensais à savoir qu'en hassania Soueid Ahmed était un dimunitif de Sid’Ahmed. Amusant de savoir qu’ensuite un redoutable émir noir rehaussera le nom en l’installant à la tête de l’émirat du Tagant

https://www.chezvlane.com/Une-question-a-Ehl-Cheikh-Sidiya-a-propos-des-Soueid-Ahmed-de-Boutilimit_a17903.html
 
L'un des petits-enfants de Cheikh Sidel Mokhtar El Kounty, installé au Tagant, était marié à une de ses cousines. Il avait en secret épousé une hartanya, Salka Mint Batama qui était tombée enceinte. L'épouse officielle ayant appris ce mariage s'était révoltée et avait demandé le divorce. Après les conciliabules d'usages, elle a exigé de rejoindre le foyer conjugal à la condition que Salka quitte la région où elle se trouve. Son mari accepta la condition.
 
Alors, il s'est tourné vers Sidel Mokhtar OULD Cheikh Sidya, surnommé Bah. Cheikh Sidya El Kebir a vécu seulement 9 mois auprès de Cheikh Sidel Mokhtar El Kounty qui l'a confié à son fils Cheikh Sidi Mohamed El Khalive avec pour mission de parachever son enseignement. De retour de l'Azaouad à Boutilimit (il avait plus de soixante ans) il n'eut qu'une fille qui n'a pas vécu longtemps et un fils qu'il prénomma Sidi Mohamed, prénom de son dernier maître.
 
Ce dernier, considéré comme le plus grand poète de sa famille, visionnaire alerte, n'a survécu à son père que moins d'un an (il avait 38 ans), laissant deux enfants. L'aîné (8 ans) portait le nom de son père, Sidya, surnommé Baba (décédé en 1927). Il donna au second (5 ans), de mère servante, le nom du grand maître Kounty, Sidel Mokhtar, surnom Bah ( décédé en 1952). Ainsi naissent les deux branches des Cheikh Sidya: Ehel Baba et Ehel Bah. Les premiers sont de mères blanches. Les second sont de mère hartania, donc bruns.
 
Une caravane fut constituée pour accompagner Salka, enceinte, chez Bah chez lequel elle accouchera de Hamma Lemine qui eut entre autres fils et filles Abidine. Parmi les convoyeurs, il y avait un Kounty chargé du bétail. C'était Soueid Ahmed qui plus tard devait épouser Salka...
chezvlane

chroniques VLN | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g



Rubriques à la une

Recherche