. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Qu’est-il advenu des premières étapes du dialogue ?/Par Senny Ould Khyar

Jeudi 6 Janvier 2022 - 10:52

Ces derniers temps, depuis l’annonce officielle du fameux dialogue mauritanien – cet atelier tant attendu ! – qui n’augure manifestement rien de véritablement positif quant au règlement des problèmes de la nation, nous n’assistons qu’à des polémiques extrémistes de tous bords. Pas même l’ombre d’un quelconque apport évolutif un tant soit peu sérieux. Ni la moindre communication responsable et crédible entre les présumés futurs dialogueurs autour des préoccupantes questions nationales. Non, plutôt des monologues de sourds tendus et focalisés sur des commentaires et discours écrits ou oraux tous azimuts aussi peu convaincants qu’antinationalistes ; un patchwork de tergiversations malicieusement destinées à brouiller les bonnes pistes, à des fins de politiques politiciennes.

Nous voilà donc devant des partis de l’opposition reconnus – ou acceptés pour les besoins de la conjoncture… – qui ne s’allient pas à leurs partenaires doctrinaux dans le combat qu’ils ont toujours prôné ; à tout le moins inactifs. Nous voilà aussi devant un parti du pouvoir dominant indirectement le laboratoire des pourparlers et déroutant des partis politiques démembrés, déjà divisés et à court d’idées, dirai-je. Tout un paradoxal positionnement fort peu favorable à une opposition démocratique censée se forger, dans une solidarité inébranlable, la place maîtresse d’avocate des intérêts fondamentaux de la Société tout entière. Nous voilà, enfin et curieusement, face à une Société civile timide, dépendante, bien clairement plus attentive aux possibles remaniements ministériels et aux profits dont elle pourrait tirer. Et bien sûr, comme à l’accoutumée, plus encline à l’opportunisme viscéral qu’elle ne le fut jamais, tendant les mains aux prébendes fonctionnelles, sonnantes et trébuchantes.

Celle-là – la société plutôt facile qui s’exerce à nouveau par le beau verbe et les louanges poétiques de sources mensongères – s’y déploie par la réduction du savoir au stade primaire et ancestral – souvenir de nos coutumes nomades – et  la désinformation culturelle régressive. Et d’opter, au final, pour les voies classiques de style absolument improductif dans le mutisme calculateur, contrairement aux missions qui lui sont confiées et à l’objectif essentiel du dialogue. À telle enseigne que si l’on mettait dans un amphithéâtre toutes ces pseudo-« classes » –en fait, une fournaise… – à se regarder les yeux dans les yeux – nonobstant le courage, l’intelligence et la détermination de la minorité d’hommes et de femmes intègres parmi eux – on irait tout droit à un lamentable échec bien plus préjudiciable à notre pays que l’absence même de concertation.

 

Hypocrisie et vanité
 

Autrement dit, une espèce de superposition d’antagonismes qui prouve l’incapacité des représentants d’un peuple – un peu plus de quatre millions d’habitants seulement –pourtant riche de son sol, son sous-sol, son océan, sa diversité culturelle et son intelligence innée. Au fond, cela ne démontre-t-il pas que nous nous sommes précipités à prétendre construire – sans l’indispensable sincérité – le terrain propice à un débat crucial dont relève l’avenir de notre pays? Que nous ne sommes pas encore prêts, ni peut-être même disposés, à assumer nos responsabilités les uns et les autres, dans la crainte de se faire marginaliser, écartés  du sempiternel système du non-droit par les extrémismes arabe, négro-africain, voire le pouvoir tout court ? Ou, tout simplement, pour n’avoir pas compris que se révolter est facile mais qu’édifier, bâtir, localiser et identifier les meilleures voies et choix constituent, en réalité, les meilleurs dispositifs de nature bien sage et supérieure.

Car cela exige, au préalable, une toute autre forme de colère, ingénieuse, paisible et solide: le pragmatisme et son ADN, la modération. Et même si la culture de la révolte ou de la révolution – pour aller plus loin – était une forme juste de lutte, je la ferai moi-même mienne, sans circonvolution. Mais elle n’est l’apanage que des peuples vaillants épris naturellement et avec détermination du sens du sacrifice…et le nôtre n’en fait pas partie. Il faut donc que l’on retienne ou sache  raisonnablement,  à notre corps défendant, que le sang du mauritanien blanc, noir ou de toute autre couleur – toutes ethnies confondues – ne peut être versé qu’au plus vil prix : celui de l’hypocrisie et de la vanité endémiques… à des fins bassement matérielles. C’est, à mon très humble avis, sur cette base que nous devons interpeller notre conscience, notre devoir, notre vérité, en revisitant notre mémoire historique en adéquation avec notre sainte religion, l’islam, pour avancer rapidement.

Très schématiquement, un bilinguisme arabe-français soutenu et obligatoire, l’enseignement des langues nationales, au choix mais tout aussi obligatoire que le premier, et celui des langues étrangères indispensables au développement du nouveau monde demeurent la clef de voûte de toute progression constructive et donc nationaliste. Il va sans dire que l’écriture du Message du Tout Miséricordieux, Allah – le Saint Coran – servira pour la transcription de nos langues : sans quoi serions-nous encore musulmans ? L’encadrement constitutionnel de ces prémisses ou la définition de leur cadre juridique – résultat du consensus – ne relèverait que du bon sens commun dont l’islam déjà partagé serait le pilier. Mais il n’en demeure pas moins utile de savoir qu’un accouchement sans douleur ni regret ne peut s’accomplir qu’une fois la situation actuelle de la République – son passé et son présent – aura été revue par le Droit, assainie et redressée à tous points de vue. En résumé, laissons le temps au temps, dans une paix retrouvée, le calme et la sérénité: une électrocution des extrêmes vers un sursaut pour une nouvelle République. lecalame

chezvlane

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 12 Janvier 2022 - 11:22 Où en est-on ?

Chroniques VLANE | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | Actualités de l'opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | TRIBUNE LIBRE | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g





Rubriques à la une

Recherche