. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

PORTRAIT : Quand la diplomatie humanitaire porte un Nom. (Dédié à Limam Chafi père)

Vendredi 25 Février 2022 - 13:51

Le 21 avril 2019, l’émir du Qatar, Tamim Ben Hamad Al Thani foulait pour la première fois le sol  Rwandais. Son  avion s’était  posé  sur le Tarmac de l’aéroport international de Kigali où attendait Paul Kagamé au bas de la passerelle pour accueillir l’illustre hôte du peuple et du gouvernement rwandais.  Non loin du président Rwandais,  se tenait à distance un homme venu lui aussi pour  l’accueil. Cet homme c’était  Moustapha Ould Limam Chafi,  le mauritanien.  Agé à l’époque de 59 ans, comme tous les autres officiels de hauts rangs  invités à la cérémonie, il était venu lui aussi serrer la main de  l’émir de Qatar.

Mais ce jour-là,   beaucoup de Rwandais pourtant  très nombreux qui suivaient la cérémonie en direct sur les petits écrans,  ne savaient pas que l’homme en veste carrelée qui se cachait  derrière un   sourire très poli  c’était Moustapha Limam Chafi, un mauritanien,  le chef d’orchestre de l’organisation de cette  visite de très haut niveau   qui allait ouvrir la voie à des relations fortes et très  constructives entre le Qatar et leur pays le Rwanda.
 

Le 10 février  2022,  trois années après la visite de l’émir de Qatar à Kigali, le président du Niger  Mohamed Bazoum, fraichement élu à la tête de son pays foulait le sol du Tarmac de l’aéroport international OumTounsi  de Nouakchott pour entamer une visite officielle de deux jours en Mauritanie. L’accueil du président nigérien était chaleureux, convivial et fraternel.

Très discret, comme de nature et d’habitude, Moustapha Ould Limam Chafi était  de la partie, sage, discret et modeste. Et ce jour-là, en plus de l’homme de relations publiques inter-états  qu’il était, c’était  aussi le conseiller personnel du président Nigérien qui était la vedette de l’événement. Car c’était bien  lui qui avait joué la partition pour qu’une telle rencontre ait lieu  pour renforcer encore plus les relations politiques de hauts niveaux entre les  deux chefs d’états, mauritanien et nigérien.

Le 23 février 2022,  deux  semaines après l’arrivée du président nigérien dans notre pays,  Paul Kagamé le président du pays élite et phare  de l’Afrique posait le pied sur le tapis rouge de l’aéroport international de Nouakchott. Limam Chafi, le « précieux » conseiller de l’ombre des deux présidents, -celui qui reçoit et celui qui est reçu- est derrière ces retrouvailles historiques qui ont débouché sur des accords de coopération.

"""

Un homme passe-partout pour le bien de l’humanité sahélienne.
 

Moustapha Limam Chafi, un homme propulsé au devant de la   scène politique (du Niger, du Burkina, du Mali, du Tchad, du Sénégal, de la Cote d’Ivoire, du Rwanda et de la Mauritanie), mais également propulsé sur la scène internationale du Canada, de  l’Espagne, et de la France est plus qu’un symbole. Et ce  n’est pas n’importe qui. C’est une valeur sécuritaire immense sure qui par le passé, avait résolu par son efficacité, sa discrétion et son intelligence des problèmes épineux posés au Sahel ces dernières années sur le plan sécuritaire.
 

C’est sa parole d’honneur et la confiance qu’il s’est forgée qui avaient permis  la libération en avril 2009 du  Canadien Robert Fowler et de son assistant kidnappés en décembre 2008. C’est aussi sa  parole d’honneur et le respect que lui vouent des responsables des groupes armés qui avait permis en 2010 la libération des  trois humanitaires espagnols Alicia Gomez, Roque Pascual et Albert Vilalta enlevés le 29 novembre 2009 en Mauritanie sur la route de Nouadhibou par des islamistes armés appartenant à l'aile dure  d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). 
 

"""

Mais qui est donc, ce « phénomène » politique et sécuritaire qui entre dans les palais présidentiels comme dans un moulin ?

C’est Moustapha Limam Chafi. Une copie certifiée conforme de son père Limam Chafi, un homme d’une simplicité et d’une modestie inimaginables mais surtout  d’une renommée qui avait franchie  toutes les frontières du Sahel. C’est le fils de celui qui, de son vivant avait forcé l’admiration de tous les chefs d’états de la sous-région.
 

Son père, Limam Chafi,   (Décédé le vendredi 6 janvier 2012 à Nouakchott à l’absence de son fils en exil forcé), cumulait la connaissance du coran, la sagesse  et une  force de caractère qui  faisaient de lui l’humanitaire du Sahel le plus écouté et le plus respecté.

C’est dans le moule de cette sagesse et de  cette force dans les relations inter-états, caractérisées par l’honnêteté et la confiance qu’est né Moustapha Limam Chafi, le mauritanien, le nigérien, le malien, le Burkinabé, l’ivoirien et le sénégalais, un véritable passeport CEDEAO et un visa  d’entrée pour le moyen orient.
 

Issu de tribu  des Tejekanit ( région de l'Assaba), de la petite localité de Guérou   bâtie sur la fortune des premiers pionniers de l’aventure commerciale de la Mauritanie  en République démocratique du Congo et en Angola, Moustapha Limam Chafi  est un homme qui hésite sur le choix d’une nationalité.

Fruit  de croisements d’origines parentales, mauritanienne, burkinabée et malienne, Moustapha est actuellement la valeur la plus sure pouvant  contribuer à la paix et la sécurité dans le sahel où le Label Chafi  est considéré depuis l’époque de Seyni Kountché comme un laissez-passer partout pour cette grande famille aristocrate.
 

Celui que les milieux diplomatiques comparent à Jacques faucard pour ses aptitudes opérationnelles dans la diplomatie  discrète, silencieuse et efficace, est un homme très écouté. S’il est capable de chuchoter dans l’oreille de l’Emir du Qatar, il est capable aussi de le faire dans les oreilles du Président Turc, sénégalais ou mauritanien pour la paix et la sécurité dans le Sahel.

Il reste jusqu’à ce jour, pratiquement  le seul interlocuteur valable et crédible pour des négociations avec  certains groupes armés du nord Mali. C’est un véritable Larousse de « terminologies » des négociations sécuritaires sensibles, et il est par ailleurs,  à lui seul,  une carte géopolitique et sécuritaire qui constitue un capital dont le Sahel ne pourra se passer s’il veut  arrêter les cycles de violences.

""

Victime de son succès et du volume de son carnet d’adresses.
 

L’homme sur les épaules duquel  les années prochaines  l’avenir de la paix au Sahel va peut-être fixer son  socle,  avait  payé un prix amer de ses succès diplomatiques humanitaires et sa popularité familiale. Il avait traversé  malheureusement des années de braises extrêmement pénibles.

Le Tsunami provoqué par le différent qui avait opposé Ould Abdel Aziz au puissant homme d’Affaires Oud Bouamatou avait entrainé le mauritano-burkinabé Moustapha dans des tourmentes judiciaires extrêmement pénibles.

Eloigné longtemps de sa terre natale, Il avait aussi payé le prix de son amitié indéfectible  avec  l’ancien président Sidi Ould Cheikh Abdallahi, un homme avec lequel il partageait un grand respect, une profonde et sincère amitié.  
 

Pour n’avoir pas  digéré la destitution de Sidi Ould Cheikh Abdallahi le  6 août 2008 par le général Abdel Aziz,  le puissant ambassadeur sahélien Moustapha a  eu malheureusement  ce qu’il ne méritait pas. La souffrance de l’exil, conséquence du mandat d'arrêt international lancé  par les autorités mauritaniennes le 28 décembre 2011  contre lui et trois autres mauritaniens  tous  accusés de liens,  de financement, d'intelligence et d'appui logistique et financier à des groupes terroristes en activité dans le Sahel.
 

Une autre histoire, d’une autre époque  qui pointait le viseur de l’arme redoutable de  la dictature du régime mauritanien des années 2010  sur  une cible en exil, de Mohamed Ould Bouamatou.

Mohamed Chighali

Journaliste indépendant

taqadoum.mr

chezvlane

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 8 Février 2023 - 12:53 Au travail, messieurs les juges !

Chroniques VLANE | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | Actualités de l'opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | TRIBUNE LIBRE | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g





Rubriques à la une

Recherche