. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Monsieur le Président !

Mercredi 12 Février 2020 - 19:25

Monsieur le Président !
Monsieur le président ! Après nos sincères félicitations pour votre victoire (52%) qui est aussi désormais, celle de tous les mauritaniens sans distinction de leur appartenance politique ou sociale, je voudrais vous rappeler de façon sincère et sans complaisance aucune, que vous êtes le premier élu de la nation devant Dieu et devant la loi. Vous êtes aussi par la même occasion l’espoir pour la satisfaction des attentes et la réalisation de promesses électorales.
Monsieur le président ! Honnêtement, aujourd’hui la Mauritanie a besoin des hommes d’avenir et non des hommes du passé ; c’est-à-dire d’un vrai gouvernement collégial de consensus national, véritablement au-dessus des clivages communautaires et idéologiques autrefois instaurés par les différents régimes d’exception, c’est à dire antidémocratiques pour se maintenir au pouvoir.

Monsieur le président ! loin de vous donner des leçons de morale, c’est plutôt pour nous un devoir civique de vous interpeler tout au début de votre magistère pour vous permettre de relever les défis énormes, là ou vos prédécesseurs ont échoué, vous devez d’abord et avant tout :

-Eviter de personnaliser ou de personnifier le pouvoir d’une part en faisant toujours appel à votre vaillant esprit de dépassement et d’autre part en mettant l’homme qu’il faut à la place qu’il faut. Le partage du pouvoir est malheureusement l’un des problèmes récurent de nos Etats africains et conduit généralement à l’éclatement.
Monsieur le président! Le seul gage de la cohésion nationale n’est-il pas la mise en place d’une réelle commission vérité et réconciliation pour faire la lumière sur les violations des droits de l’homme commises dans notre pays. ? Devons-nous observer nos vaillantes communautés se regarder en chiens de faïence avec méfiance démesurée ?
A notre humble avis, c’est une étape nécessaire voire même inévitable pour amorcer tout processus de réconciliation sans lequel aucune cordialité empreinte de tolérance et d’ouverture d’esprit n’est possible. C’est aussi une valeur ajoutée sûre pour, la prévention de lutte contre l’extrémisme violent.

 
Monsieur le président! la problématique foncière dans notre pays ne s’est-elle pas accentuée d’avantage depuis l’appropriation des terres par des hommes d’affaires au grand mépris du respect du droit coutumier notamment, par l’ordonnance de 1983 qui met fin à la propriété traditionnelle qui était en vigueur jusque-là, à travers la loi 60.139 du 2 août 1960

Les difficultés liées à cette question ont été illustrées en 2016 par la déclaration de Yahfoudhou Ould Youssoufprésident de la Cour suprême révélant que « les litiges fonciers ont représenté 38% des affaires soumises à la haute juridiction pendant l’année écoulée »
Par conséquent, l’absence de résolution de cette situation, ne suscitera telle pas  des problèmes qui contribueront inévitablement à saper l’unité nationale mauritanienne au niveau urbain mais surtout au niveau rural ?
Nous pensons que la question de la propriété foncière doit inclure des enjeux plus larges liés à la citoyenneté et non à celle de l’identité politique.

Ne serait-il pas plus judicieux que les terres soient redistribuées à leurs anciens propriétaires et que les nouveaux bénéficiaires soient, à leur tour, indemnisés ? Une indemnisation juste et évolutive, selon qu’ils possèdent ou pas des documents justificatifs de la propriété terrienne. Le règlement à l’amiable est aussi une solution envisageable.
Notre salut à tous et donc, celui de notre cher pays dépend de la façon dont nous marchons ensemble. Pour ainsi dire ; tous vos projets de développement, quelque soit leur nature et quel qu’en soit l’avis de vos honorables conseillers, ne seront vraisemblablement conséquents, sans l’implication, la consultation et la sensibilisation de nos communautés.

- Monsieur le président! Nous avons accueilli avec beaucoup d’intérêt le guide pratique des procédures d’identification des citoyens (pour état civil) en cours. Il ne s’agit pas d’un recensement national à vocation d’état-civil comme le pensent certains citoyens dont le cas de figure n’a pas été pris en compte par le guide. En effet ce guide ne mentionne que ceux qui possèdent de documents issus du dernier recensement (RAVEC de 1998 et 2009). En effet, les autres documents d’état-civil antérieurs ne sont pas mentionnés pour bénéficier de l’enrôlement.

Par contre, la loi n° 200-054 portant obligation de l’enseignement fondamental, aux enfants âgés de 6 à 14 est plus ou moins respectée dans notre pays. En effet, chaque année des dérogations sont accordées aux apprenants ayant des matricules scolaires et sans papiers d’état civil, afin de pouvoir participer aux examens du BEPC, du baccalauréat et le concours d’entrée au collège.
Pour 2020 se référer à la note d’information commune des deux Ministres de l’éducation fondamentale chargé de la réforme et du Ministre de l’enseignement secondaire chargé de la formation technique et professionnelle n°04 du 17 janvier 2020.

Monsieur le président ! La question de l’enseignement et la revalorisation de la fonction enseignante supposent une volonté politique ferme. En effet, l’émergence de tout pays dépend de son système éducatif égalitaire et efficient
Monsieur le président! S’agissant des inégalités multiformes ; le rapport annuel du PNUD lancé le, 9 décembre 2019 à Bogota, n’est pas tout à fait rassurant pour notre pays et avait comme pour exemple illustratif ; la Mauritanie : « Inégalité et Développement Humain : quel message pour la Mauritanie »

Ainsi, nous pouvons remarquer que le chômage touche principalement les femmes et les jeunes (19% pour femmes et 21% pour les jeunes de 14 à 34 ans) pendant que l’indice d’inégalité était de 0,34 en 2014.
A cela s’ajoute un tau de pauvreté supérieur à 40% pour le Guidimakha, le Tagant, l’Assaba et le Brakna.

Monsieur le président! Nous tenons à vous souhaiter bonne chance et que Allah guide vos pas tout en vous protégeant des loups et renards politiques.
M.Yacouba Mohamed LEBKAM
chezvlane

Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 23 Février 2020 - 22:11 Birame est celui qui offense le plus les hratines !

Dimanche 23 Février 2020 - 19:06 Haro sur Biram

chroniques VLN | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g



Rubriques à la une

Recherche