. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Mauritanie : la révision constitutionnelle entre conformité et forcing

Mercredi 22 Février 2017 - 17:02

Mauritanie : la révision  constitutionnelle   entre  conformité  et  forcing

C’est le tollé autour de la réforme  constitutionnelle en Mauritanie.  Cette révision est bien partie  pour se dérouler  dans les règles  de l’art, avise le Président  mauritanien, Mohamed Ould  Abdel  Aziz.  Alors que l’opposition soutient le contraire.

En effet, le chef  de l’Etat avait clairement  indiqué que la révision allait être conforme à l’article 99 de la constitution mauritanienne. Le texte stipule qu’un  projet de révision constitutionnelle doit passer par le Senat et l’assemblée nationale avant d’être soumis au peuple par voie référendaire.

Sur ce, Mohammed Ould Abdel Aziz avait signifié  au mois de novembre dernier  aux parlementaires qu’ils font  partie   du nouveau projet de loi et par conséquent,  leur  consultation devient  un  impératif.

Toutefois, cette future révision constitutionnelle a fait couler beaucoup d’encre  du côté de l’opposition à savoir le camp dit radical et celui appelé « dialoguiste ». 

D’ailleurs, les dialoguistes   avaient  participé à la consultation nationale  qui s’est déroulé du 29 septembre  au   20 octobre 2016.

Ça sent  le forcing

Le ministre mauritanien de la Culture et de l’artisanat, Mohamed Lemine Ould Cheikh  a dans sa sortie du  19 janvier dernier  souligné  que le gouvernement  avait abandonné  la voie référendaire pour modifier la constitution. Par la suite, le porte-parole du gouvernement  a indiqué  que  les 2 chambres parlementaires allaient être  convoquées. Un renoncement par voie référendaire pour  des raisons de conjonctures économiques ou pas ? 

En tout cas depuis cette déclaration, l’opposition dans sa grande majorité  pointe du doigt le gouvernement qu’il accuse de vouloir faire du forcing pour imposer au peuple mauritanien la modification de la constitution.

 

La branche la plus radicale en l’occurrence, le  Forum national pour l’unité et la démocratie (FNDU)  a sonné la mobilisation  pour  arrêter  le coup de forcing du régime actuel.

De fil en aiguille, le coup de forcing semble se dessiner. En effet, le gouvernement a publié ce weekend, un décret  présidentiel  qui convoque ce mercredi  22 février  le parlement  à une session extraordinaire.

Chose qui ne laisse pas indifférent  la classe politique et plus particulièrement l’ancien président mauritanien, Mohamed Ould Valls.  Ce dernier a adressé une lettre au site Cridem  pour  mettre en cause  les parlementaires. L’ex-homme fort de Nouakchott  a fait savoir aux députés et sénateurs  qu’ils  seront   comptables de leur  acte et  que  l’histoire retiendra  les faits.

Il exhorte  aux parlementaires de ne pas céder au chantage  et de ne  prendre en considération  que l’intérêt  du  peuple mauritanien  avant de voter  une  quelconque  modification de la constitution (drapeau , hymne , sénat)  qui est « totalement absurde ».

Ibrahima Dia

source lesmauritanies.com

chezvlane

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 7 Août 2017 - 02:44 Les morts n’ont pas pu voter…

chroniques VLN | énergie/mines | politique | économie | religion | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG/associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats/Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | désintox | ndlr | culture | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g



Rubriques à la une


Pendant ce temps...

Recherche