. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Les sénateurs accusent…

Vendredi 23 Juin 2017 - 15:47

Les sénateurs accusent…
Le bras de fer entre le pouvoir et le sénat semble prendre de l’ampleur. 

Vendredi, l’un des sénateurs a annoncé sur sa page face book, que les parlementaires détenaient un dossier à faire prévaloir contre le président de la république, relatif à sa fortune personnelle et celle de ses enfants. 

Un dossier à propos duquel, ajoute le sénateur Mohamed O. Gadda nous avons interrogé le premier, qui a été incapable de nous répondre. 

Selon O. Gadda, le président, contrairement à ce qu’exige la loi mauritanienne, n’avait pas publié la liste de ses patrimoines ni celle de sa progéniture. 

Cette escalade entre le pouvoir et la chambre haute du parlement est née au lendemain d’une virulente campagne entreprise en 2016 par des membres du gouvernement contre cette chambre, qui a accusé le président d’avoir pris fait et cause pour le gouvernement. 

Dans des déclarations rapportées ces derniers jours par des médias locaux, le président Mohamed O. Abdel Aziz a affirmé détenir des dossiers compromettant contre certains sénateurs, ajoutant qu’il les révélerait à temps opportun. 

Sur sa page face book O. Gadda rétorque en rappelant que le président Aziz avait déclaré à la télévision Al Jezira en 2008, deux jours après son coup d’état, qu’il détenait des dossiers impliquant certains députés et sénateurs dans des affaires de corruption, qu’il a promis de révéler plus tard. 

Pour le sénateur, cette méthode rappelle les pratiques d’usage dans les films de gangs et lobbys dans les affaires de corruptions qui recourent à ces pratiques de chantage et de menaces pour museler leurs adversaires. 

Le sénateur O. Gadda a accusé le président Mohamed O. Abdel Aziz d’être complice tacite à propos de certains dossiers de corruption. 

A plusieurs reprises l’opposition mauritanienne avait accusé le président Mohamed O. Abdel Aziz d’exploiter des dossiers de corruption pour régler ses comptes avec ses opposants politiques en interférant dans le processus judiciaire et les procédures d’enquêtes, des accusations formellement rejetées par le pouvoir et le gouvernement.

saharamedias.net
chezvlane

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 7 Août 2017 - 02:44 Les morts n’ont pas pu voter…

chroniques VLN | énergie/mines | politique | économie | religion | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG/associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats/Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | désintox | ndlr | culture | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g



Rubriques à la une


Pendant ce temps...

Recherche