. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Le président de la République à Nouadhibou :" Les conseils régionaux permettront la réalisation d'un développement local équilibré et équitable"

Mardi 1 Août 2017 - 23:21

Le Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, a présidé mardi soir à Nouadhibou, capitale de Dakhlet-Nouadhibou, un meeting populaire auquel ont participé toutes les sensibilités politiques, sociales et professionnelles des moughataas et des communes de la wilaya.

Le Président de la République a remercié les populations de la wilaya pour leur afflux massif à ce meeting depuis les premières heures du jour qui prouve leur attachement au processus de construction nationale en cours et leur disposition à voter massivement par oui pour les amendements constitutionnels le 5 août prochain.

Il a dit que l’ampleur du meeting peut dispenser de prendre la parole, car elle démontre l’état de sensibilisation des populations de la wilaya et leur engagement pour les choix nationaux, soulignant que l’État va poursuivre ce processus qui a gagné la confiance des habitants de Dakhlet-Nouadhibou.

Il a dit que ces amendements constitutionnels proposés au référendum sont le fruit d’un dialogue constructif entre les partis de la majorité présidentielle et les formations politiques de l’opposition responsable et patriotique.

Il a, par la suite, passé en revue les principales composantes de ces amendements qui concernent la suppression du sénat, la création de conseils régionaux, la fusion de certaines institutions, l’amélioration des missions du conseil économique et social par l’intégration de la dimension environnementale, l’ajout de deux bandeaux rouges aux drapeau national dédiés à notre vaillante résistance nationale, à la préservation de l’identité arabe, africaine et islamique de la Mauritanie et en guise de reconnaissance aux martyrs qui ont donné leur vie et versé leur sang pour la défense de la patrie.

Il a ajouté que cela comporte un message pour l'intérieur et l’extérieur signifiant que le citoyen mauritanien est prêt à mourir pour la défense du pays et pour la préservation de sa sécurité et sa stabilité. Le message est adressé également, a-t-il dit, aux générations montantes pour cultiver chez eux l'esprit du sacrifice pour la patrie.

Il a dit que ceux qui prêchent pour le vote du non, n’ont ni vision, ni stratégie en ce qui concerne le présent et l’avenir de la Mauritanie.

Il a précisé que la deuxième composante des amendements est relative à la suppression du sénat pour affecter ses énormes charges dont ne bénéficient que 56 personnes à des secteurs plus vitaux.

Il a indiqué que le mode d’élection indirect de cette chambre au collège électoral restreint l’expose à des pratiques pas convenables qui ne servent pas la transparence et qui ne lui permettent plus de rester une institution constitutionnelle.

Il a rappelé que ce sénat a coûté à l’État depuis sa création en 1992 plus de 16 milliards d’Ouguiyas, sans compter les frais de voyages et les soins médicaux, partis en fumée sans réalisations palpables au profit des circonscriptions qui ont élu ses membres.

Il a ajouté que le sénat sera compensé par les conseils régionaux qui exerceront à proximité des populations et garantiront un développement local équilibré tenant compte des spécificités, des réalités et des priorités de chaque wilaya.

Il a dit que si ces conseils régionaux existaient depuis quelques décennies, nous aurions pu asseoir une décentralisation réelle et répartir les ressources du pays de façon équitable en mettant à la disposition des citoyens les divers services dans leurs terroirs, en allégeant la pression sur la ville de Nouakchott et en créant des pôles de développement efficients dans toutes les wilayas.

Le Président de la République s’est appesanti également sur la proposition relative à la fusion en une institution du haut conseil de la fatwa et des recours, du haut conseil islamique et du médiateur de la République et l’intégration de la dimension environnementale au conseil économique et social. Il s’agit toujours, a-t-il dit, de rationaliser les ressources et de les affecter à des secteurs plus rentables pour le citoyen.

Le Président de la République a dit qu’il compte beaucoup sur la compréhension des citoyens sur la portée des amendements et de leurs significations, appelant au vote du oui pour la poursuite des réalisations, soulignant que le vote pour les amendements veut dire : Oui pour l’électricité, oui pour les routes, oui pour la sécurité et la stabilité, oui pour le développement, oui pour la santé, oui pour l’unité nationale, oui pour la Mauritanie pour tous ses fils, etc.

Il a ajouté : « Nous sommes persuadé que vous allez voter pour les réformes et que vous allez fermer la porte à la face des perturbateurs, des prêcheurs des querelles et des prévaricateurs des années d’exclusion, de gabegie et de marginalisation dont vous avez souffert.

Il a indiqué qu’au niveau de la wilaya de Dakhlet-Nouadhibou, il a été procédé à la création de la moughataa de Chami que ces perturbateurs ont qualifié ç l'époque de ville fantôme alors qu’elle est aujourd’hui une cité moderne contribuant à l’activité économique nationale.

Le Chef de l’État a ajouté que dans le cadre de l’émulation positive entre les wilayas et la création de pôles de développement, il a été procédé à la réalisation d’une zone franche à Nouadhibou ce qui dénote du désir sincère des habitants de Nouadhibou à voir le pays se doter d’infrastructures comme les communications, les routes, le port en eau profonde, l’aéroport aux normes internationales, l’énergie et l’eau ainsi que d'urbanisation organisée dans le cadre d’une stratégie de développement mise en place par l’État pour la Zone Franche compte tenu des énormes potentialités de celle-ci.

Il a souligné que la ville de Nouadhibou a vu également la résolution définitive du phénomène des gazras et le lotissement dans une zone vitale et aménagée de plus de 5000 familles qui habitaient dans des quartiers précaires et anarchiques.

A l’adresse des populations de Nouadhibou, il a dit : « Vous m’avez exprimé à chaque fois que je visite Nouadhibou votre sincérité et votre attachement à ce que nous comptons entreprendre et je compte sur vous aujourd’hui pour la poursuite de cette voie choisie et pour fermer la porte à cette opposition virtuelle qui n’existe que sur Internet et sur les réseaux sociaux et dont l’occupation principale est de colporter des mensonges et à semer la haine entre les composantes de la société en utilisant des prête-noms et des photos qui changent à chaque instant. 

Il a ajouté que ceux qui adoptent ce genre de comportements vivent en solitaires et manquent de capacité pour organiser des meetings populaires constructifs et responsables et le peuple mauritanien les reconnait désormais par leurs agissements.

Le Président de la République a démenti les rumeurs concernant l’état-civil et la haute cour de justice, soulignant que les amendements proposés ne mentionnent ni de loin, ni de près cette cour et ne visent pas le préjudice à l’état-civil comme ils ne comportent pas la moindre allusion au troisième mandat.

Il a insisté sur le fait que les amendements proposés dans ce cas particulier ne visent que le renforcement et l’ancrage de la démocratie, mais il n’y a pas d’obstacle, a-t-il dit, de changer la constitution ou de l’améliorer et d’aborder éventuellement la question de la cour dans l’avenir à chaque fois que l’intérêt du peuple le justifie.

Le Président de la République a exhorté les cadres, les travailleurs, les acteurs économiques, les jeunes et les femmes à voter massivement et à sensibiliser leurs voisins sur l’importance du vote par oui pour leur avenir et celui de la Mauritanie.

Auparavant, le président de l’association des maires mauritaniens, M. Cheikh Ould Baya avait pris la parole remerciant le Président de la République pour la grande place qu’il a donnée aux maires.

Il a démenti les rumeurs colportées par certains à la suite de sa prise de parole lors du meeting de Zouerate, soulignant que l’hymne national n’est pas une propriété familiale, mais qu’il appartient à tous les citoyens mauritaniens et il leur appartient de le réaménager comme ils l’entendent.

Il a également réfuté avoir a adressé une quelconque offense à la wilaya du Trarza et au Hodh Echargui, indiquant qu’il n’a pas d’ennemis dans ces deux wilayas.

Pour sa part, Mme Roujeiba Mint Douki, adjoint au maire de la commune de Nouadhibou, a souhaité au nom des habitants la bienvenue au Président de la République, assurant de l’engagement des populations à voter massivement oui pour les amendements le 5 août courant.

Elle s’est appesantie sur certaines des principales réalisations accomplies dans la wilaya de Dakhlet-Nouadhibou et en Mauritanie de façon générale.

source AMI
chezvlane

chroniques VLN | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | désintox | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g



Rubriques à la une


Recherche

Pendant ce temps...