. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Le Président de la République affirme dans un important discours à Kaédi que ceux qui l'ont élu pour renforcer l'unité du pays et garantir sa sécurité et sa prospérité ne se laisseront pas tromper par ceux qui propagent les mensonges

Mardi 25 Juillet 2017 - 17:03

 Le Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel AZiz a présidé mardi matin à Kaédi, capitale de la wilaya du Gorgol, un important meeting populaire auquel ont participé toutes les moughataas de la wilaya et leurs sensibilités politiques, sociales et professionnelles.

Dans l'important discours qu'il a prononcé à cette occasion, le Président de la République a indiqué qu'à chaque fois où il vient à Kaédi, il se rappelle de son service dans cette ville, il y a 30 ans de cela, mais aussi de ses agréables souvenirs dans cette belle ville.

Il a ajouté que les populations de Kaédi et de la Mauritanie en général l'ont élu pour renforcer l'unité nationale et consolider et préserver la stabilité du pays. Et voilà que le pays vit aujourd'hui dans la concorde et la solidarité, a-t-il dit.

Il a ajouté que les populations l'ont aussi élu pour améliorer les services de santé, d'enseignement, d'électricité et d'eau, et voilà aussi que le pays connaît un développement dans tous les domaines et que sa marche continue, quels que soient les sacrifices à consentir et le prix à payer pour cela, dans l'intérêt du peuple mauritanien, et ce grâce aux sacrifices de ce dernier et à sa persévérance.

Le Chef de l'Etat a noté que ces populations qui l'ont élu ne se laisseront pas trompés par les mensonges propagés par ceux qui sont connus de tous.

Le Président de la République a souligné que la démocratie est un phénomène caractérisant l'Etat et que l'opposition doit être responsable et patriotique, critiquant, orientant et présentant les alternatives objectives et non une opposition qui court derrière les intérêts personnels et qui oeuvre pour ramener le pays à la gabegie, à la corruption et au népotisme.
e Président de la République a précisé qu'à l'issue du dialogue national inclusif, un accord politique a été trouvé. Celui-ci, a-t-il noté, comporte des réformes visant à réaliser le développement et à renforcer les acquis dans tous les domaines économique, social, culturel et sécuritaire et à consolider la liberté d'expression, relevant qu'il n'existe pas dans le pays, aujourd'hui, de prisonniers politiques.

En ce qui concerne les améliorations apportées au drapeau national, le Président de la République a indiqué que ce drapeau n'est pas un morceau de tissu comme le qualifient certains mais plutôt un symbole national hérité de génération à génération et symbolisant la souverainé des pays en tous lieux, notamment aux Nations Unies aux organisations régionales et internationales.

Il a précisé que les couleurs qui existaient sur le drapeau resteront, de même que le croissant et l'étoile jaunes sur un fond vert et que le seul changement qui sera effectué se limitera à ajouter deux bandeaux rouges en haut et en bas dans le but d'unifier la mémoire collective, d'ancrer et de renforcer l'esprit national et de glorifier les martyrs de la résistance nationale et les héros de l'armée tombés sur le champ d'honneur alors qu'ils défendaient la patrie et luttaient pour l'indépendance du pays et son intégrité territoriale.

Le Président de la République a affirmé que le vote pour le nouveau drapeau constitue un appui de chacun d'entre nous à la résistance et une reconnaissance aux sacrifices consentis par nos martyrs, soulignant qu'il ne peut concevoir qu'un citoyen dévoué à sa patrie puisse ne pas exprimer son respect pour ceux qui sont tombés sur le champ d'honneur.

Il a souligné que les amendements constitutionnels sont considérés comme les conclusions du dialogue national inclusif auquel ont participé des dizaines de partis politiques de la majorité et de l'opposition, en plus de syndicats, d'organisations de la société civile, de sensibilités de jeunes et de femmes et de personnalités nationales de référence.

Il a ajouté que ces conclusions visent à introduire d'importantes réformes politiques et économiques consistant en premier lieu à supprimer le Sénat, sur la base d'une évaluation objective de l'expérience de cette institution durant un quart de siècle. Cette mesure, a-t-il dit, n'est pas dirigée contre une personne donnée ni contre un groupe politique ou une faction déterminée et n'a pas pour but aussi de diminuer de la valeur d'un individu ou d'un groupe, mais vise plutôt à réaliser des intérêts nationaux et à rationaliser les ressources de l'Etat et à ancrer la pratique démocratique en optant pour les élections directes en vue du choix de tous les représentants du peuple au pouvoir législatif par voie de scrutin direct.

Le Chef de l'Etat a en outre souligné que la méthode d'élection des membres du Sénat est indirecte et se limite à un collège électoral limité qui ne dépasse pas, dans certaines circonscriptions, 11 électeurs, ce qui fait exposer l'opération électorale à des facteurs qui pourraient limiter de sa transparence et influer négativement sur la pratique démocratique au niveau du choix et de l'émulation.

Le Président de la République a en outre souligné que le cercle de participation du peuple dans le choix de ses représentants sera élargi, précisant que c'est dans ce but que le cercle d'élection de l'Assemblée Nationale a été élargi par 40 sièges, la liste des partis et la liste des femmes, précisant que l'évolution des démocraties dans le monde est passé par la réduction ou la suppression d' institutions constitutionnelles qui se sont avérées comme étant des charges sur la pratique législative et ne sont plus considérées comme des corps démocratiques à rendement ou avantage visibles. C'est pourquoi, a-t-il dit, la chambre du Sénat a été supprimé dans certains pays.

Le Chef de l'Etat a indiqué que les amendements constitutionnels comportent aussi le regroupement de certaines institutions constitutionnelles en une seule institution dans le but de rationaliser les dépenses et de rapprocher les prestations des citoyens. C'est ainsi, a-t-il ajouté, qu'il a été proposé d'intégrer dans une même institution le haut Conseil islamique, la médiation de la République et le conseil des fetwas et des recours gracieux et d'ajouter la dimension environnementale au conseil économique et social.

Il s'est dit convaincu que les populations du Gorgol voteront par une majorité écrasante en faveur d'une Mauritanie développée réconciliée avec elle-même et refusant la dépendance, ajoutant que voter par non veut dire s'opposer à l'union nationale, au développement global, aux services de base, à la prospérité et au développement de la Mauritanie.

Le Président de la République a remercié les populations du Gorgol pour leur présence massive à ce meeting et pour leur enthousiasme qui prouvent leur attachement aux réalisations accomplies dans le pays.

Il a enfin informé les populations de la ville de Kaédi qu'il célébrera avec elle le prochain anniversaire de l'indépendance nationale pour combler les lacunes, diagnostiquer les problèmes, présenter les solutions et renforcer les acquis réalisés dans cette wilaya au cours des dernières années.

Le Président de la République a prié en la mémoire du défunt Ba M'Baré, ancien président du Sénat, rendant hommage à son patriotisme, à ses nobles qualités et au respect de ses engagements. Il a aussi prié en la mémoire du sénateur de la circonscription de Maghama, Kane Amadou Tidjane qui, alors qu'il se trouvait malade, a mandaté un sénateur pour voter en son nom par oui, au sein de la chambre du Sénat, en faveur des amendements constitutionnels proposés, rendant hommage au patriotisme de ce sénateur et à son dévouement pour la partie.

Auparavant, le maire de Kaédi, M. Sow Moussa Demba avait prononcé un mot, au nom des populations du Gorgol, dans lequel il a souhaité la bienvenue au Président de la République, affirmant l'engagement des population à voter en faveur des amendements constitutionnels, le 5 août prochain.

source AMI
chezvlane

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 7 Août 2017 - 02:44 Les morts n’ont pas pu voter…

chroniques VLN | énergie/mines | politique | économie | religion | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG/associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats/Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | désintox | ndlr | culture | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g



Rubriques à la une


Pendant ce temps...

Recherche