. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

L’Assemblée nationale adopte le projet de loi portant code de la pêche continentale et de l’aquaculture

Lundi 18 Novembre 2019 - 20:40

L’Assemblée nationale adopte le projet de loi portant code de la pêche continentale et de l’aquaculture
L’Assemblée nationale a adopté lundi au cours d’une plénière présidée par son premier vice- président, le député Hamady Ould Meimou, le projet de loi portant code mauritanien de la pêche continentale et de l’aquaculture.

Le Gouvernement était représenté à cette plénière par M. Nani Ould Chrougha, ministre des pêches et de l’économie maritime qui a expliqué que le projet de loi vient en application de la stratégie nationale de gestion responsable en vue d’un développement durable pour le secteur de la pêche et de l’économie maritime 2015-2019 eu égard au fait que la pêche continentale et l’aquaculture font partie des principaux axes de cette stratégie.

Le ministre a, par la suite, expliqué que ce code vise à combler un vide juridique ressenti comme une urgence pour l’organisation et la structuration du sous- secteur.

Le ministre a ensuite affirmé que la pêche continentale est pratiquée dans huit wilayas du pays et que plus de 470 sites de pêche sur plus de 25 plans d’eau ont été recensés et leur production dépasse 23 000 tonnes à même d’assurer 21000 opportunités d’emploi.

Le représentant du gouvernement a indiqué que l’élaboration du projet de loi a subi un processus de validation qui a impliqué l’ensemble des acteurs du sous- secteur ainsi que les organisations non gouvernementales et les principaux partenaires techniques et financiers.

Le ministre a affirmé que cette loi infusera du sang nouveau dans cet important secteur ; ce qui ne manquera pas de se répercuter positivement sur la situation nutritionnelle des populations abstraction faite de son rôle économique considérable.

Commentant les interventions des députés relatives au projet de loi, le ministre les a d’abord remerciés pour la pertinence des interrogations.

Dans ce cadre, le ministre a expliqué que le retard accusé dans la présentation du projet de loi est consécutif au fait que sa conception a exigé la mise en place d’études qu’il fallait mener sur le terrain afin de déterminer aussi bien le potentiel existant et la main d’œuvre engagée ainsi que les opportunités offertes dans le domaine de la pêche continentale.

Il a noté que ces études ont été menées en collaboration avec l’université de Nouakchott à travers l’envoi de délégations qui ont sillonné le pays de long en large.

Le représentant du gouvernement a souligné que l’intérêt croissant accordé à ce domaine date des années 80 avec la création d’un centre de collaboration avec la coopération nippone mais les efforts consentis ont malheureusement échoués. Par contre, un regain d’intérêt s’est amorcé ces dernières années autour de l’importance à accorder au domaine et de l’absence de textes règlementaires le régissant face à la ruée de nombreux étrangers vers son exploitation à grande échelle.

C’est pourquoi une stratégie nationale visant à développer ce secteur a été mise en place et une direction spécialisée en matière de pêche continentale et de pisciculture lui a été dédiée en 2016.

Le ministre a ajouté que les expériences sur le terrain augurent d’un avenir prometteur en matière de pêche continentale ; d’où l’intérêt de lui accorder l’importance qu’il requiert.

Il a par la suite attiré l’attention des députés sur l’existence d’un centre de pisciculture qui dépend du ministère ainsi que de nombre d’initiatives privées réussies en la matière dans la localité de Voum Legleita .

Clôturant son intervention, monsieur le ministre a affirmé que le processus participatif adopté par le projet de loi lors de sa conception, a pris en compte les doléances de tous les acteurs et que le présent projet de loi sera complété ultérieurement par des décrets d’application, une fois adopté par l’auguste chambre.

Dans leurs interventions, les députés ont souligné l’importance du présent projet de loi eu égard à l’intérêt croissant accordé à la pêche continentale et à l’aquaculture soulignant l’importance qui doit être accordée à ce domaine et la nécessité de lui conférer le rôle qui lui sied dans l’économie nationale afin qu’il contribue à l’amélioration du niveau nutritif des citoyens.

Les députés ont exprimé leur souhait de procéder à une formation globale qui profite aux différents acteurs agissant dans le domaine et d’assurer un accompagnement effectif lors du lancement de la mise en œuvre de cette loi et ce à travers une campagne de sensibilisation destinée à la population sur l’importance de la pêche continentale et des opportunités d’emploi qu’elle offre.

Messieurs les députés ont, en outre, proposé au ministère d’initier des projets de pêche continentale et de mettre en place des fermes-pilotes de pisciculture afin de convaincre le secteur privé d’investir dans le dit domaine.

Ils ont également adressé au ministre diverses questions qui sont en rapport avec le projet de loi en particulier et d’autres qui en relation avec le département de la pêche et de l’économie maritime en général.

AMI
chezvlane

chroniques VLN | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g



Rubriques à la une

Recherche