. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Kane, Bathia, Ba : Oumtounsi est incompatible avec des ministres qui ne parlent que français…

Vendredi 4 Mai 2018 - 09:35

Mohamed Lemine Ould Cheikh porte-parole du gouvernement
Mohamed Lemine Ould Cheikh porte-parole du gouvernement



Voilà encore la preuve du jeu malsain du pouvoir en matière d’histoire révisée et de respect de la constitution. A la TVM, à l’assemblée nationale et dans tous les meetings, l’UPR, ses alliés et le chef de l’état ont passé leur temps à traiter de collabos les amis de la pacification française allant jusqu’à insulter la mémoire des grands marabouts visionnaires sans lesquels ce pays n’aurait jamais existé car nous serions alors pour partie rattachés au Maroc, à l’Algérie, au Mali et au Sénégal.

 

Ce régime révisionniste, populiste qui passe son temps à diviser les mauritaniens et à fanatiser le peuple contre l’histoire coloniale et les gens de certaines régions les premiers engagés dans la pacification, passe aussi son temps à nommer à des ministères parmi les plus importants des mauritaniens qui ne parlent que le français et pas un mot d’arabe.

 

Le ministère de la défense dirigé par monsieur Bathia ne parle que français mais on l’entend partout. C’est lui qu’ils ont envoyé au Sénat défendre le réféfendum qui allait le dissoudre et imposer les symboles de la résistance au français ;  un comble pour un ministre francophone. C’est lui aussi qu’il est allé devant l’assemblée nationale en tant que ministre de la justice par intérim pour justifier la loi de révision de l’article 306 pour en finir avec le repentir en matière d’apostasie et de blasphème et plonger le droit dans le fanatisme.

 

 


Le ministre de la santé, monsieur Kane, grand professeur ne parle pas l’arabe, il peut lire phonétiquement un texte devant une délégation arabe ce qui est louable mais il est incapable d’avoir un débat en arabe ni en hassania qu’il bredouille. On vient encore une fois de le voir à l’heure de la grève des médecins. Le voilà face à un journaliste qui fait la présentation de l’émission en arabe et le débat se fait en français avec des intervenants en hassania.

 

Un ridicule qui ne dérange personne. On imagine la tête des arabophones après l’introduction en arabe du journaliste. Pourquoi n’a-t-il pas commencé en français puisqu’il est bilingue histoire de ne pas gêner ses invités ? C’est certainement une petite flèche pour montrer l’absurdité de la situation à ce niveau de responsabilités face à la propagande politique en vigueur contre le français.

 

https://www.youtube.com/watch?time_continue=1930&v=jtQSH9Adphg

 

La ministre de la fonction publique, madame Coumba Ba, respectable et compétente ne parle aussi que le français. Est-ce normal dans un ministère si important ?

 

Laissons le ministre de l’environnement monsieur Camara, qui a été déjà pris à partie par des manifestants au nom de la constitution car il ne parle aussi que le français. C’est un petit ministère.  A la place de ces ministres j’aurais refusé le poste par respect de la légalité constitutionnelle.

 

A la limite on peut être conseiller si on ne parle que français à condition de parler au moins une langue nationale mais on ne devrait pas pouvoir être à la tête d’aucun ministère si on ne parle pas arabe dans l’état actuel de la constitution et de la propagande oumtounsienne. On devrait poser la question au porte-parole du gouvernement pour savoir ce qu’il pourra bien répondre.

 

Il se trouve que ces ministres sont des négro-mauritaniens. J’en profite pour m’en servir pour rappeler la lâcheté collective des francophones et des bilingues quand en 1991, les pères fondateurs de cette constitution arrivage ont supprimé le français de la constitution alors que c’est une langue indispensable et incontournable dans l’administration.

 

Pourquoi personne n’a réagi ? Jusqu’à quand va-t-on vivre dans le tieb-tieb constitutionnel et juridique dont ce régime est l’incarnation ?

 

J’invite ces ministres à être le fer de lance d’un appel à modifier la constitution pour y réintégrer le français. C’est aux autorités compétentes de chercher une formule. Je leur propose d’écrire «  l’arabe langue officielle et le français langue de transition administrative »  ( en attendant que tout le monde  parle arabe ).

 

Vous verrez que ce régime qui ne respecte pas les dispositions constitutionnelles en matière de langues au plus haut niveau des nominations dans l’administration va continuer dans l’aberration constitutionnelle avec le silence complice de l'élite francophone.

 

Voilà encore une fois la preuve du niveau d’hypocrisie et d’irresponsabilité de l’élite mauritanienne au pouvoir. Ce genre de nomination au profil anticonstitutionnel permet justement de museler le monde francophone car les négro-mauritaniens sont les premiers résistants face à l’arabisation.

 

VLANE
 
Regardez ce que dit la constitution marocaine à propos des langues et voyez le niveau intellectuel des responsabilités par rapport à la médiocrité du complexe mauritanien par rapport au hassania interdit de figurer dans la constitution comme langue nationale. Les marocains parlent même de l'enseignement des langues étrangères et du hassani.

http://www.amb-maroc.fr/constitution/Nouvelle_Constitution_%20Maroc2011.pdf


Kane, Bathia, Ba : Oumtounsi est incompatible avec des ministres qui ne parlent que français…
chezvlane

chroniques VLN | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g



Rubriques à la une

Recherche

Pendant ce temps...