. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Gazra Arafat (Secteur I) : «Nous vivons sous une menace permanente de déguerpissement et d’injustice permanente» dixit Ramadane

Jeudi 23 Novembre 2017 - 10:42

Il était presque 18 h, Ramadane  et Ahmed, son confident,  sirotaient tranquillement  leur thé, à l’ombre d’une petite baraque, en face  d’un  hangar recouvert de tôles et haillons. C’est là ma demeure depuis 1984. 

Après les salamalecs d’usage, la conversation s’engage sur des chapeaux de roues. L’homme s’est dit assuré  et réconforté parce que, c’est la première fois qu’il a à faire à un journaliste qui pourrait transmettre son message sur la vie de cette Gazra.

« Nous sommes installés ici depuis 1984. Que d’injustices avons-nous vécues  dans cette portion de terre,  s’est-il exclamé avant de poursuivre :  je vous dirai tout  ce qui s’est passé depuis notre installation ici, parce que je détiens beaucoup de papiers  sur la lutte permanente que nous menons contre l’injustice,  et  mon ami Ahmed  qui  m’apporte chaque soir à manger- je suis malade-  pourra  vous le confirmer parce que nous avons mener bataille ensemble.

 

A l’origine, un  projet de développement

 

Nous nous sommes installés ici donc en 1984 autour d’un projet de développement  (Mechroua’a) ; nous cultivions du mil, des pastèques  et des haricots pour  nourrir nos familles.  Nos  femmes  écoulaient   le surplus  de la production dans les  marché  d’Arafat 4,  du 5e arrondissement  et d’El Mina pour se procurer  d’autres produits (poissons, viandes,  légumes ou habits des enfants.) Et depuis  que perdure notre lutte, les nombreuses femmes  de la Gazra se livrent  au petit commerce de beignets, de bonbons, de cigarettes, cousent des voiles…pour  entretenir leurs familles.
 

Aujourd’hui, après moult  menaces et autres tentatives  de déguerpissements, avec des tracteurs, qui sait, plus de 1500 familles continuent  à vivre ici,  sous les baraques, tous  recensés par les autorités (Hakem ou ADU). L’ADU en a recensés  un certain nombre  (75 familles)  qu’elle a fait  reloger ailleurs. Pour notre part, nous exigeons qu’on nous attribue cette terre que nous avons valorisée, conformément  à la législation,  et sur laquelle nous  vivons depuis  des années. Ceux qui sont recensés et figurant sur la voie publique peuvent être déguerpis, mais les autres, non. Et  c’est tout simplement parce que, à mon avis, tous  ces gens là  sont des démunis, qu’ils ne méritent de s’installer ici.
 

Et dans ces  conditions que  des enfants ont naquit  au sein de ces familles, démunies, hantées  aussi et surtout  par les menaces  perpétuelles de  déguerpissement. Ils ont grandi  loin de l’école – il faut aller jusqu’à  l’école de Kossovo, quartier installé, bien après nous, pour le primaire et  à  Arafat  4  pour le secondaire.  J’ai un fils étudiant  à l’université, je  l’accompagne, chaque jour,  jusqu’au  Poteau III, d’où  il prend le bus pour l’université et enfin,  une fille  au lycée d’Arafat I, explique Ahmed.
 

Certes, il y a des enfants sans papiers d’état civil dans la gazra, mais nous nous battons parce que c’est un devoir pour doter  notre progéniture  de ce sésame ; personne ne viendra le faire à notre place ; des parents ont passé des nuits entières à l’agence d’état civil d’Arafat ou d’ailleurs pour  décrocher lesdits papiers.
 

Poursuivant sa narration, Ramadane ajoute, comme vous le constatez, c’est une véritable  guerre perpétuelle  que nous livrons  contre  les injustices. Chaque fois que  les autorités  envoient  des gardes, comme  aujourd’hui, pour recenser ou menacer les populations du  site de déguerpissement avec des tracteurs, on découvre  des noms d’individus n’ayant jamais  vécu ici, c’est injuste , et moi,  et certainement  beaucoup d’autres, je ne  supporte pas l’injustice, c’est pourquoi je me suis battu contre les forces de sécurité envoyées ici, vous voyez les stigmates de ce combat sur mon corps. Suite à cette bagarre, mes amis et moi sommes allés demander une réquisition chez le Hakem qui, après l’avoir délivrée s’est rétracté et a  envoyé  nous  rattraper, avant notre arrivée à l’hôpital National,  pour éviter justement que  nous ne portions plainte contre les forces qui m’ont battu.
 

Je contestais  le fait que l’un des gardes veuille faire inscrire  le nom d’un individu inconnu de la Gazra, et pour la première fois, un autre garde m’a soutenu. C’est fait rare pour être souligné.

 

Squat  près  Marché des femmes
 

C’est aux alentours de midi et demie que nous dénichons quelques baraques et un hangar, accolés  à une clôture non habitée. Sous le hangar, un homme d’une soixantaine d’années, Mohamed Salem M’Bareck  se reposait ;  il recherchait un sommeil qu’il croit perdre de plus en plus à cause des soucis de la vie. Ce repos forcé est le signe du désœuvrement  de cet homme qui devrait, à cette heure-ci,  être  ailleurs, à la recherche  du pain quotidien.  Des deux baraques en face, l’une de ses filles cherchait à faire taire sa petite sœur qui pleurait. Elle a faim ? Je n’ai pas osé poser la question.
 

Après avoir expliqué l’objet de de ma présence,  l’homme se livre, sans hésitation aucune. « J’ai atterri  ici en 1996, d’abord comme gardien  des engins et matériaux  de construction du marché des femmes que vous voyez devant nous. A la fin du chantier, j’ai  déplacé mes baraques derrière cette rue et devant cette clôture  non occupé. C’est une propriété  d’un Touareg, vivant à l’étranger et  qui n’a jamais cherché à nous vider d’ici. Une famille et des enfants ? Oui. Et d’expliquer :
 

 J’ai 4 enfants dont l’un, après l’échec scolaire est  parti à Nouadhibou, à la recherche d’une formation professionnelle, les  autres  sont au collège et leurs sœurs au fondamental. L’école n’est pas à côté, les enfants doivent faire un long parcours  pour rejoindre celle de Tevragh Zeina, ou celle du  Ksar. Ce n’est pas facile, nous avons demandé une école, comme des lopins de terre, en vain.
 

A Tevragh Zeina, les enseignants ne sont pas sérieux, ils  poussent  certains enfants  à quitter les bancs, c’est pourquoi j’ai  transféré  mes enfants  à l’école du Ksar, même si elle n’est pas à côté. D’ailleurs sur ce plan, je sensibilise  les membres de notre rassemblement, je leur fais comprendre  que nous sommes nés dans ce pays et nous devons y mourir. C’est la raison pour laquelle, il est un devoir, pour chacun d’entre nous, de se battre pour l’obtention de papiers d’état civil pour sa famille, d’envoyer les enfants à l’école. C’est un message extrêmement important, à mon avis. Certains le comprennent, d’autres malheureusement, non.
 

C’est une grosse communauté Harratine qui vit dans cette contrée, perdue entre le Ksar et Tevragh Zeina. Elle est composée de manœuvres, de  domestiques, de gardiens. Leurs épouses se livrent, pour certaines à la vente de couscous le soir, mais, avec  l’invasion du couscous industriel, elles trouvent très peu de preneurs, regrette Mohamed Salem
 

Pour défendre nos « intérêts »,  dans cette partie de la capitale où nous cohabitons avec les riches, nous nous sommes  constitués en  Mouvement en 2009, pour soutenir le Mouvement de la Rectification ;  Tevragh Zeina  a gagné à l’époque, nous avons  ensuite créé un bureau de 12 membres,  mais nous avons peiné à avancer parce que nous étions tous des bédouins, explique Mohamed Salem. Et toujours dans cette optique, nous avons décidé, de soutenir  la candidature de Maty Mint Hamady, en 2013. Elle sera élue la tête de la Communauté Urbaine de Nouakchott (CUN), mais, nos efforts n’ont pas été récompensés. Le manque de maturité politique de la personne que  nous avions  désignée pour nous représenter  y est pour quelque chose, avoue-t-il. On nous  a inondés  de belles paroles, mais à l’arrivée, aucun lopin  de terre  de distribué aux membres du Mouvement.
 

Les conditions de vie dans les squats  semblables à celui de du Marché des femmes est plus que précaires ; les occupants vivent, comme on le dit au jour le jour.

A la questions de savoir si  les services publics de l’Etat, ses organismes humanitaires, comme le CSA, le commissariat aux droits de l’homme  et à l’action humanitaire (CDHAH), l’Agence Tadaamoun  ou les organisations de défense des droits humains  s’intéressent à leur sort, Mohamed Salem affirme que seule le parti Tawassoul  apporte son appui matériel aux populations pauvres de la zone et  aide les enfants à apprendre le Coran.

Parlant  avec une espèce de pincement au cœur, Ould M’Bareck  déplore le grand incendie qui a ravagé le squat situé non loin de l’hôpital ophtalmologique Bouamatou. C’était horrible, Dieu merci, nous avons échappé.

 

 

Squat Socogim Ksar

 

C’est vers 18 h, que nous dénichons ce squat du Ksar, autrement appelé, quartier  potences SNDE. M’Bareck s’activait à rassembler  ses  bagages  dont certains étaient déjà empaquetés. Son épouse était sortie.  « Je m’apprête à retourner, d’ici quelques jours,   à la badya  (campagne)  pour la culture de décrue, notre barrage vient de lâcher les eaux et on doit entamer les travaux », nous apprend, ce chef de famille, une soixantaine révolue. C’est un parent qui viendra vivre ici, jusqu’à mon retour, Inchallah.
 

Arrivé de son  Djonaba natal (Brakna)  en 1989, l’homme raconte comment il a squatté la devanture d’une maison non occupée et dont le propriétaire se trouve à l’étranger.

Je me suis installé ici  comme gardien d’abord d’un chantier, après  les travaux, j’ai  ensuite profité  de  cet espace  pour  planter  mon  hangar  au milieu. Et depuis, je n’ai fait que me déplacer  un petit peu quand  l’un  des propriétaires  des  maisons  voisines, (il la montre du doigt) s’est plaint de ma présence dans le parc. Il trouvait que j’importunais le voisinage.  Il a fait venir le maire et les gardes pour me contraindre à quitter, mais  celui-ci  s’est montré compréhensible et m’a prié de déplacer ma baraque. Ce qui fut fait. Informé de mes mésaventures, le propriétaire de cette maison devant laquelle nous vivons depuis longtemps,  nous pria de nous installer ici, où nous nous  trouvons, vous et moi.  Dieu, merci, ajoute  M’Bareck,  là où il des  méchants, il y a heureusement  des bons, des gentils ;  c’est le cas de certains de mes voisins. Il indique deux maisons dont l’une fournit à ses baraques de l’eau et de l’électricité, en plus d’autres gestes. « Que Dieu les récompense pour cela », pria M’Bareck  avant  d’ajouter, il y a  un arabe (arby) qui m’apporte, à la fin de  chaque mois, 25 kg de riz, son boy le décharge de sa voiture devant le hangar. Avec quoi  vivez-vous d’autres? Allah est  grand, je cours la ville à la recherche de petits boulots pour nourrir la famille, et  certains de mes voisins très gentils,  font le reste.
 

Pendant que nous discutions, sa fillette se dirigea vers nous,  portant sa petite sœur.

Alors, elle ne fait pas l’école cette fillette ? Vous allez l’arracher des bancs pour la campagne, elle risque de rater des cours non, lui demandai-je. Si, si, elle fait bien l’école, nous avons pris les dispositions nécessaires, elle est déjà transférée, nous avons informé  l’école du village, indique M’Bareck.

 

Des efforts de l’Etat  à faible impact

 

Pourtant face à la pauvreté, à la misère qui gagne, la Mauritanie a  élaboré un Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté (CSLP) pour la période 2001-2015, adopté par la loi d’orientation sur la lutte contre la pauvreté n° 050/2001 du 25 juillet 2001.

Le CSLP, qui prend en compte les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) reposait  initialement sur quatre axes stratégiques : (i) accélérer la croissance économique et stabiliser le cadre macroéconomique ; (ii) ancrer la croissance dans la sphère économique des pauvres ; (iii) assurer le développement des ressources humaines et l’expansion des services de base et ; (iv) améliorer la gouvernance et renforcer les capacités.
 

La Mauritanie a également mis en place, dans le cadre de la lutte contre les séquelles de l’esclavage, l’agence nationale de lutte contre la pauvreté et pour l’insertion, (Tadaamoun) puis, une feuille de route. Mais, en dépit de ces efforts et du taux de croissance qui a enregistré des progrès, il y a quelques années, la pauvreté ne recule que très lentement. Elle frappe de plein fouet les couches les plus démunies. La Mauritanie demeure confrontée à des défis importants, pour asseoir les bases d’une croissance économique accélérée et soutenue, de nature à créer les emplois, à réduire le chômage et à améliorer durablement les conditions de vie des populations.

 

C’est d’ailleurs ce que tend à confirmer  le rapport de  Philip Alston, rapporteur spécial sur les droits de l’homme et l’extrême pauvreté en Mauritanie, où il a effectué une mission du 2 au 11 mai 2016.

Le rapporteur  de l’ONU pointe l’extrême pauvreté dans laquelle vivent les trois quarts de la population et l’exclusion qui frappe les Haratines, d’origine esclave. Les conclusions qu’il en a tirées ne sont dans un pas réjouissantes, constatant que « si la Mauritanie avait réalisé des progrès notables dans la lutte contre la pauvreté ces dernières années », les trois quarts de la population vivent « un état de pauvreté multidimensionnelle ou dans un état proche ». Outre l’insuffisance de leurs revenus, ils affrontent des difficultés multiples, peut-on lire dans une synthèse de JA, publié, le 23 juin 2017.
 

Selon une enquête gouvernementale de 2014, la pauvreté (revenu d’un ménage inférieur à 1,34 dollar par jour) a été ramenée de 42 % en 2008 à 31 % cette année-là ; 74 % des pauvres vivent dans les zones rurales. Le taux de pauvreté des ménages grimpe à 59,6 % quand le chef de famille est agriculteur.

Analysant l’exclusion qui frappe les Haratines (Maures noirs descendants d’esclaves) et les Afro-Mauritaniens (Peuls, Soninkés, Wolofs), Philip Alston note que ces groupes  qui représentent plus des deux tiers de la population, « sont systématiquement absents des postes de responsabilité et constamment exclus de nombreux aspects de la vie économique et sociale ». Il s’appuie sur un rapport de 2014 d’après lequel « seulement 5 des 95 sièges à l’Assemblée nationale étaient occupés par des Haratines et un seul sénateur sur 56 appartenait à ce groupe. De plus, seulement 2 des 13 gouverneurs régionaux et 3 des 53 préfets régionaux sont Haratines ». Les proportions sont comparables chez les officiers de l’armée et les gradés de la police. 
 

Reportage réalisé par Dalay Lam

Au service du programme : « Liberté, droit et justice

pour combattre l’esclavage par ascendance en Mauritanie »

du Département d’Etat des  Etats Unis d’Amérique

source lecalame.info

chezvlane

chroniques VLN | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g





Rubriques à la une

Recherche