. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Elections : Kamara Samba Dawo, de la Banque Africaine de Développement à la députation à Sélibaby

Lundi 8 Mai 2023 - 09:17

Né d’un père, Hadietou Kamara, ancien officier de l’armée et ancien aide de camp pendant six ans du premier Président de la République Islamique de Mauritanie, Me Mokhtar Ould Daddah, Kamara Samba Dawo brigue la députation au niveau de Sélibaby, sous les drapeaux du parti Union pour la Démocratie et le Progrès (UDP).


Malgré 25 ans d’éloignement de sa ville natale, Sélibaby (mais il y va à différentes occasions), à cause de ses fonctions qui l’ont conduit d’un pays africain à un autre, Kamara Samba n’a jamais rompu les amarres avec sa famille, ses amis d’enfance et ses voisins. L’encrage, il y a toujours tenu. A l’image de ce qu’incarnait sa mère, Magou Kamara.

 

Sélibaby, la ville natale
 

Samba Kamara se souvient encore de ses anciens camarades de classes à l’école primaire de Bambradougou, Gaye Silly Soumaré, aujourd’hui fonctionnaire à l’OMVS, Harouna Camara, opérateur économique en France, Sidi Ould Derdech, enseignant, Sidi Ould Deuf, cadre à la Direction des Domaines, Diouma Gangué, présidente d’ONG, ou encore Aïchetou Thiam, opératrice économique. Il se rappelle même de certains de ses enseignants, à l’image de Youssouf Kouyaté, ou des défunts Gaoussou Traoré et Yatéra Yassa. Autant de personnalités, d’amitiés et formateurs qui ont accompagné ses joyeuses années.

Né au milieu des années 60 à Rosso, où son père était affecté, le jeune Kamara Samba débarque à Sélibaby à l’âge de six ans, après la démission de son père de l’armée.

 

Etudes primaires, secondaires et supérieures
 

Entre 1978 et 1981, Samba Kamara fréquente le collège de Sélibaby, puis le Lycée National de Nouakchott de 1981 à 1985. Le Baccalauréat en poche, son père prend en charge toutes ses études supérieures en France où il décroche en 1989 une maîtrise en Gestion économique à l’Université Paris X, puis un doctorat en économie des transports à Aix-en-Provence. Malgré les opportunités qui s’offraient à lui, en France, son ambition a toujours été de servir le continent africain et son pays, la Mauritanie qu’il regagne en 1990 les études terminées.

 

L’opérateur en herbe
 


Dès son retour, Samba Kamara est engagé par la compagnie Air Mauritanie. De 1990 à 1996, il y occupe divers postes, dont le dernier est celui de directeur commercial. A son départ, Kamara Samba créé une entreprise de pêche, qu’il gère de 1996 à 1998 avant d’intégrer sur concours la Banque Africaine de Développement (BAD). Ce qui, comme spécialiste des transports, le conduit au siège central de l’institution à Abidjan, en Côte-d’Ivoire.

 

Une carrière dans les finances
 

Commence alors une longue carrière dans le domaine du développement, notamment le transport, les aéroports, les routes et l’harmonisation du transport dans la région ouest-africaine, du Cameroun au Burkina Faso, en passant par le Nigéria, la Guinée, le Cap-Vert, le Togo et le Mali. Aucun de ces pays n’aura de secret pour l’ambitieux et travailleur reconnu des pairs.

Entre 2009 et 2013, Samba Kamara est nommé Représentant de la BAD au Mali. A la fin de cette mission, il retourne à Abidjan où il s’occupe de la programmation pour les pays d’Afrique de l’Ouest (14 sous sa gestion, exceptés le Nigéria et la Mauritanie). Il s’occupera, entre autres de la mobilisation des ressources pour le financement des projets, dont le Pont de Rosso.

Samba Kamara a aussi aidé à la mobilisation des ressources pour l’interconnexion entre le Niger et le Nigéria, entre le Bénin et le Burkina Faso, la Guinée et le Mali, mais aussi la construction de la route entre le Burkina Faso et le Mali. 

Au total, ce sont une vingtaine de projets d’infrastructures que Samba Kamara aura réalisé au sein de la BAD pour la bagatelle d’environ 3 milliards de dollars U.S au profit de plus d’une dizaine de pays.

 

L’opérateur économique
 


A la croisée de plusieurs expériences, mais toujours plus ambitieux pour son continent, Samba Kamara décide d’explorer d’autres champs d’investissements. C’est ainsi qu’il quitte, en 2023, la BAD pour se mettre de nouveau à son propre compte comme entrepreneur dans son pays, la Mauritanie.

Il crée alors à Nouakchott l’hôtel Djalali, un joyau inauguré le 28 novembre 2022 par le ministre des Affaires Economiques et de la Promotion des Secteurs Productifs, Kane Ousmane, et un haut cadre du Ministère du Tourisme, en l’absence du ministre de tutelle en déplacement.

Cet hôtel est composé de 60 chambres, 5 salles de réunions, 3 restaurants, pour une valeur totale de 1,4 milliards d’ouguiyas sur prêt de plusieurs banques, dont la Banque Al Amana. L’hôtel a permis de créer plus d’une dizaine d’emplois permanents.

« Cet hôtel, c’est aussi dit-il pour offrir de l’emploi. Nous avons ici différents profils. Et sommes très attentifs aux étudiants sortant des universités ou instituts et en quête d’un premier emploi, de stage ou autre. Le pays a besoin d’employer ses ressources. Surtout les jeunes ».

 

Le député et ses ambitions pour Sélibaby
 

Ce sont toutes ces expériences amassées au cours de sa vie, mais aussi ses réseaux de partenaires internationaux, que Samba Kamara veut mettre au service de sa ville natale, SélibabyComme tous les gens de sa génération, Samba parle le Soninké, sa langue maternelle, mais aussi le Poular et le Hassaniya, en plus du français et de l’anglais. Il a toujours ambitionné de vivre dans son pays et de servir ses concitoyens dans ce long chemin vers le développement. C’est surtout Sélibaby, sa ville natale, où il garde encore ses racines et ses amis avec qui il n’a jamais coupé les ponts, qu’il voudrait loyalement servir.


Cet homme qui n’a jamais fait carrière dans la politique aura en face de lui des dinosaures de la région du Guidimakha à l’image de Sidney Sokhona, plusieurs fois ministre et vice-président de l’Assemblée nationale sortante, candidat ayant derrière lui le puissant parti-état, INSAV.
 

Samba Kamara estime qu’il est temps qu’il se mette au service de sa cité, et de ses populations auxquelles il veut offrir son savoir-faire en matière de développement. Entre autres défis, il souligne l’absence d’infrastructures, de routes, d’électricité, d’eau notamment.

Il pense qu’au prétoire de l’Assemblée Nationale, il saura davantage attirer l’attention de l’Etat mauritanien sur tous ces gaps qui entravent le développement de Sélibaby, une ville qui n’a dû son salut, selon lui, que grâce aux efforts de sa diaspora qui investit chaque année des milliards d’ouguiyas en écoles, mosquées, structures de santé, sans compter les dépenses quotidiennes pour des milliers de familles dont la survie est intimement liée aux envoies mensuels de leurs enfants émigrés.

 

Passions et goûts
 


Samba Kamara a pour passion : le développement. Il est cependant très engagé dans le domaine culturel. Lors du Festival international soninké (FISO) tenu en février dernier à Nouakchott, il a mis gratuitement son hôtel au service des festivaliers, avec toutes les commodités. « La culture est aussi ce qui nous permet de nous regarder, confie-t-il. Elle est l’identité qui accompagne notre développement, notre vivre ensemble également avec d’autres communautés par lesquelles nous sommes liés par le destin ».

Féru de musique traditionnelle, il est le premier à avoir introduit à la BAD la tenue vestimentaire de tradition soninké. Ce qui avait heurté au début certains européens habitués aux costumes cravates, a fini par devenir une mode admise au sein de ce temple de la haute finance africaine. En fait, Samba Kamara aime tout ce qui respire africain, et avoue raffoler de sa cuisine, des plats à base de condiments, comme les mets ivoiriens, togolais, maliens, nigérians, sans renier bien sûr toutefois les menus mauritanien et sénégalais.

 

Sur l’idéologie africaniste
 

Samba Kamara fustige ceux qui s’en prennent aujourd’hui à la France, sous la poussée de l’idéologie africaniste en vogue. Surtout ce sentiment anti-français qui se répand. Selon lui, la France n’est pas responsable de nos malheurs, mais ce sont les Africains eux-mêmes qui sont responsables des différentes situations qu’ils vivent. Pour lui, Paris n’a rien à voir avec nos maux. « C’est à nous, martèle-il, de définir nos intérêts et de savoir où est-ce qu’on veut aller ».
 

En cela, Samba Kamara dit que la Mauritanie dispose d’une excellente stratégie qu’il faudra tout juste mettre à l’œuvre. Il considère que la Stratégie de Croissance Accélérée et de Prospérité Partagée (SCAPP) 2016-2030 et ses trois piliers, GouvernanceInfrastructures et le Vivre ensemble, sont suffisamment étayés pour tracer le chemin vers un développement socio-économique et politique harmonieux.

Paroles d’un financier et acteur du développement qui ambitionne de porter son savoir-faire sur le terrain ! A la députation de Sélibaby, Samba Dawo Kamara a comme colistier de l’UDP Oumar Séga Soumaré, un ami de la même génération, Chargé de mission au Ministère de l’Education nationale et de la Réforme du Système éducatif. Un duo très proche de sa jeunesse et un pont entre toutes les générations.

                                                                                                         Cheikh Aïdara

lecalame

chezvlane

Chroniques VLANE | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | Actualités de l'opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | TRIBUNE LIBRE | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g





Rubriques à la une

Recherche