. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Dans l’ombre des pouvoirs militaires (13) : De délicates manœuvres. Par Ahmed Salem Ould El Mokhtar (Cheddad)

Mercredi 6 Avril 2022 - 22:14

La volte-face
 

Mon objectif dans l’accompagnement de la délégation de l’UFD n’était rien d’autre que de dégonfler leur enthousiasme débordant pour cette fuite sans objectif déterminé vers l’Est et de les convaincre de l’inutilité de leur périple. J’entrepris un harcèlement continu au niveau de l’entourage des trois chefs de file, feu Diop, Babah et Messaoud. J’usais de tous les moyens pour les convaincre. A Kaédi, l’impact de mon action commença à se faire sentir. Les chefs décidèrent une réunion d’urgence. Ils arrêtèrent la décision de rebrousser chemin et de regagner dare-dare Nouakchott.

Après une série de réunions de crise, l’UFD décida d’apporter son soutien au candidat indépendant Ahmed Ould Daddah. Voilà tout ce que je souhaitais personnellement  en ce moment. Ce n’était pas l’avis de Messaoud Ould Boulkheir. Il déserta de nouveau le siège du parti et menaça de démissionner.

Des bons offices entrepris par certains sages, grands connaisseurs de Messaoud, finiront par  calmer ce dernier et le réconcilier, tout au moins provisoirement,  avec le candidat  indépendant  Ahmed Ould Daddah.  En réalité,  la guerre des chefs continuera sous une forme ou sous une autre. On hésitait à trancher. Pourtant le parti devrait trancher. Les événements le pressaient à le faire. Après les présidentielles, le candidat malheureux à la présidentielle  Ahmed Ould Daddah décida de rallier l’UFD.

En réalité il fut battu par une gigantesque machine de fraude et d’intimidation. Sa coexistence avec Messaoud se révéla impossible. L’existence de deux chefs dont aucun n’était disposé à se soumettre à l’autre ne pouvait perdurer. « Il n’est pas possible de réunir deux rois sous la même couronne », comme dit l’adage populaire.

 Les textes de base du parti, conçus auparavant au profit du secrétaire général Messaoud, furent  modifiés pour être adapté au nouvel organigramme  donnant presque les pleins pouvoirs  à Ahmed Ould Daddah, désormais chef suprême du parti. Le bon fonctionnement de l’administration du parti et l’ouverture  sans discrimination sur l’ensemble de ses sensibilités (tout au moins au début de son arrivée à l’UFD),   donnait un avantage certain à Ahmed sur Messaoud.

 Ce dernier, durant son « mandat » fut entouré de proches à la fois étroits, sectaires  et colériques. Les cadres Haratines,  anciens esclaves pour la plupart, trainaient avec eux un complexe d’infériorité presque congénital. Pour eux,  ils sont d’office  perdants dans toute conjugaison d’efforts avec les autres.  Toujours pour eux, « l’autre », s’il se met à chercher à les rapprocher, c’est uniquement dans le but de leur jouer un sale tour.

Le tiraillement entre les deux hommes et leurs soutiens respectifs bloquait l’action du parti.
 

Une  première démission
 

Pour moi il fallait trouver un moyen de les séparer, en d’autres termes débarrasser le parti de l’un d’eux. La question m’embarrassa toute une nuit. Pour pouvoir dormir tranquille,  je rédigeai ma démission. Je la déposai près de moi. Je la saisis le matin. Je piquai droit vers le siège du parti.
Je déposai ma lettre de démission au secrétariat d’Ahmed Ould Daddah avant de disparaître pour deux jours. Je comptais en ce moment sur l’attachement particulier d’Ahmed Ould Daddah à moi.
Depuis que son cercle familial lui avait appris que j’ai beaucoup contribué  au basculement de l’UFD en sa faveur, il ne cessait  de m’exprimer indirectement une reconnaissance spéciale.  Au temps où il jouissait encore d’une profonde vénération de la part d’un grand nombre de militants et de la rue mauritanienne, il me traitait avec beaucoup de considération. Dans les meetings et les conférences de presse, il me cherchait toujours des yeux pour m’inviter à venir près de lui.

 A chaque fois, on m’agressa avec des centaines d’yeux qui se demandaient le pourquoi d’un tel égard pour moi de la part de ce probable héritier du président Mokhtar Ould Daddah sur le « trône » de la République Islamique de Mauritanie.
Quarante-huit heures après l’annonce de ma démission, je me suis rendu chez mon ami Elmoctar Ould Ely.  Ce fut l’heureuse  surprise pour lui. Il me dit qu’Ahmed Ould Daddah l’a convoqué depuis deux jours et l’a sommé de me dénicher et de m’amener dare-dare chez lui. On se rendit aussitôt chez Ahmed Ould Daddah. Il abandonna tout pour s’occuper de moi. Je lui ai tout expliqué. Je lui ai surtout fait comprendre que je ne reviendrai pas sur ma décision tant que le parti vit la même situation de blocage. Il  me promit d’agir rapidement afin de débloquer la situation du parti. Il convoqua dans la journée une réunion de la direction de l’UFD pour entériner les  changements programmés mettant fin au dualisme à la tête du parti.
 

La tentative de vengeance
 

  Le départ de Messaoud aura plus tard une autre fâcheuse conséquence. Ses amis accusent les éléments du  MND d’être à l’origine de leur sortie quasi-forcée de l’UFD. Ils essayeront de se venger au niveau syndical. L’Union des Travailleurs de Mauritanie, l’unique centrale syndicale depuis l’indépendance du pays, connut une première fissure en 1989.  Cette année-là, suite à une ingérence directe des autorités,  cherchant à étouffer une tentative de grève générale, sa direction se scinda en deux. Une aile, désormais inféodée au pouvoir en place, et une autre opta pour une attitude d’indépendance.

La première fut menée par Boydiel O Houmeid. Il imposa à sa tête son proche ami feu Dina OuldSoueidina. La seconderéunissait les sensibilités proches en ce moment de l’opposition, le parti UFD notamment. Deux hommes étaient à couteaux tirés pour s’emparer de sa direction.

 Il s’agissait de  Samory OuldBeye de la sensibilité El Hor et Abdellahi Ould Mohamed dit Nahah.  Le premier était un ancien technicien à Radio Mauritanie. Le second fut employé à la BIMA, recruté par  son directeur général à l’époque Brahim Salem Bouleiba sur intervention de feu Bedreddine.  Ils se disputaient la place de feu Mohamed Mahmoud Ould Mamed Radhi, le dernier chef unitaire de l’UTM. Mon ami Nahah, en collaboration avec ses amis, y compris Samory, élabora un projet d’une nouvelle centrale. Au moment où ils s’apprêtèrent à la mettre sur pied, ils butèrent surle problème du leadership. Samory réussit à réunir autour de lui une majorité confortable pour se projeter à la tête de la nouvelle centrale. Je suivais la situation au jour le jour par l’intermédiaire de mon ami Nahah.

Je lui ai rendu visite pour m’informer de la suite des événements. Je le trouvais complètement abattu. Il m’informa du plan de Samory pour l’écarter de la direction syndicale. La situation me rappela celle de la préparation des Structures d’Education des Masses(SEM) en 1984 chez nous. Il fallait encore agir vite. Je ne me rappelle plus des détails du plan d’action que j’avais dressé avec mon ami Nahah sur la base des informations fournies par lui.

Il fallait  surprendre Samory par un renversement complet de la situation. Ce qui arrivera le lendemain. C’est ainsi que la Confédération Générale des Travailleurs de Mauritanie(CGTM) vit le jour. Depuis ses premiers pas, en passant par son adolescence, jusqu’à sa majorité, elle n’aurait absolument pas franchi ses différentes phases, sans le soutien matériel, à la fois large, ferme et permanent, de notre très cher ami Dah Ould Sid Elemine.
 

A  moins cinq ... !
 

Un peu avant, les responsables de l’UFDvont observer encore une forte hésitation avant de participer aux élections municipales. L’irruption d’une confrontation idéologique entre la sensibilité d’Elhor et celle du MND accapara le parti durant plusieurs semaines. Les autres laissèrent faire, peut-être dans l’espoir de faire oublier l’échéance des municipales. Pour certains, tout ce qui n’était la présidentielle ne méritait aucune participation. Pour ceux-ci, ça ne faisait qu’engendrer des dépenses « inutiles ». La situation me dérangea  au plus haut degré. Je décidai de faire quelque chose. Je pris mon petit déjeuner très tôt le matin. Je me rendis directement au siège du parti. Depuis l’arrivée d’Ahmed Ould Daddah, le parti  avait changé de nom.

 Il s’appelait désormais  l’« UFD-ère nouvelle ». Je débutai mon « harcèlement » : j’interpellai tous les proches des chefs du parti qui se présentaient. Je leur expliquai que ce sera catastrophique pour nous tous si le parti n’arrêtait pas une position à temps vis-à-vis des élections municipales. Ou on participe, il fallait s’y mettre à temps, ou on ne participe pas,  il faudra le décider aussi à temps.
Dans ce dernier cas de figure, il faudra évaluer et assumer les conséquences. En catastrophe encore,  la direction se réunit pour décider de la participation. A cause des dissensions internes, la liste de Nouakchott sera clôturée et déposée toujours en catastrophe à minuit moins cinq : soit cinq minutes avant la clôture du dépôt des listes. La tête de liste fut Sidi Ould Ahmed Deya.

                                                   (A suivre)

lecalame

chezvlane

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 26 Janvier 2023 - 13:38 Entre Nous /Sneiba El Kory

Chroniques VLANE | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | Actualités de l'opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | TRIBUNE LIBRE | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g





Rubriques à la une

Recherche