. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Changement d'étalon de l'ouguiya : directives techniques

Mardi 5 Décembre 2017 - 12:12

INTRODUCTION

Dans le cadre de sa stratégie triennale au titre de la période 2017-2019, la BCM a fait de la modernisation des moyens de paiements, un axe prioritaire de son plan d'action. Plusieurs séminaires sur les différents segments des moyens de paiement ont été organisés par la BCM et un projet de Cash Center a été lancé dans cette foulée de reformes. Les conclusions du séminaire sur "Histoire et évolution des moyens de paiement en Mauritanie" ont été approuvées par le Gouvernement.


Le Président de la République, dans son discours du 28 novembre 2017 à l'occasion du 57ème anniversaire de l'Indépendance Nationale, a pris la décision d'une démonétisation caractérisée par :  
 
  1. changement de l'étalon de l'Ouguiya ;
  2. changement de toute la gamme de billets (adoption du polymère comme seul substrat)
  3. changement de toute la gamme des pièces.

La monnaie nouvellement étalonnée aura un cours légal à compter du 1er janvier 2018 et la base du changement de l'étalon consistera à diviser la monnaie ancienne par dix (10). Ce changement d'étalon n'affecte pas le nom de la monnaie nationale qui reste l'Ouguiya.
Les présentes directives ont pour objectif de conseiller tous les intervenants sur les conséquences les plus importantes  de l’exercice du changement d'étalon de la monnaie, et de veiller à ce que la gestion comptable et bancaire et les logiciels associés soient prêts avant le 1er janvier 2018. Elles visent en outre à renseigner les intervenants sur les différents aspects de l’exercice du changement d'étalon de la monnaie.


Il reste bien entendu, que le changement d'étalon n'a aucun effet sur :

 
  1. la valeur de la monnaie rebasée ;
  2. le pouvoir d’achat (il n’y a ni réévaluation ni dévaluation de la monnaie) ;
  3. la valeur des épargnes, des biens et autres instruments d’investissement ;
  4. le taux d’inflation.

L'économie mauritanienne a fortement évoluée durant les deux dernières décennies. Le niveau des réserves internationales de changes est passé de 31,7 Millions de USD en 2003 à 996,4 Millions de US en 2013. Les recettes en devises annuellement encaissées ont occasionné des émissions d'Ouguiya, injectées dans une économie où le cash est prépondérant avec un faible taux de bancarisation (de l'ordre de 18%).


Cette situation engendre les conséquences suivantes :

 
  1. Une forte demande de billets de banque, notamment les grosses coupures :
500.000 billets par coupure et par mois (soit 36 millions de billets par an),
  1. Beaucoup de manipulations sur les billets et un fort taux de détérioration :
  2. Risque de santé inhérent à cette forte manipulation de billets
  3. Temps élevé pour le comptage en cas de dénouement des opérations commerciales ou de versements auprès des banques ou des trésoreries privées ou publiques
  4. Risque élevé pour la sécurité de détention et de convoyage,
  5. Coûts exorbitant pour la Banque Centrale tant au niveau du tri qu'au niveau du rafraichissement (émission de billets de remplacement) : le coût annuel de l'impression est de l’ordre de 2,5 millions d'Euro,
  6. Grands risques de falsification (faux monnayage de plus en plus performant) compte tenu de l’ancienneté des dispositifs de sécurité.     

AVANTAGES DU CHAMGEMENT D'ETALON DE LA MONNAIE


Le rebasement de la monnaie entraînera plusieurs avantages, notamment :

 
  1. une plus grande simplification des opérations commerciales ;
  2. une utilisation de plus petites unités monétaires ;
  3. une simplification de la comptabilité et l’expression des valeurs monétaires,
  4. une confiance accrue dans la monnaie; lorsque une monnaie locale contient de nombreux zéros ou chiffres, la population perd confiance ;
  5. un gain de temps notamment au niveau du comptage
  6. une réduction des coûts ;
  7. une réintroduction de l'utilisation de la monnaie divisionnaire (pièces qui possèdent une plus longue durée de vie) ;
  8. un gain sur les coûts de fonctionnement et de gestion (pour la BCM, le Trésor, les Banques primaires et le système financier).

MISE EN OEUVRE DES DIRECTIVES


La date du changement a été fixée au 1er janvier 2018. La nouvelle monnaie aura cours légal et sera émise à partir de cette date; elle sera en conséquence la base des échanges ayant pouvoir libératoire sur le territoire de la République Islamique de Mauritanie.
A compter du 1er janvier 2018, l’Ouguiya sera codifiée (ISO 4217) MRU à la place de MRO et son code numérique sera 929 au lieu de 478. Cette codification devra être respectée pour enregistrer les règlements dans les systèmes de paiement internationaux.


 
Tableau 1 : Code 4217 ISO de la Mauritanie
 
 
Actuel Nouveau
Code alphabétique MRO MRU
Code numérique 478 929

 

Les codes alphabétique et numérique actuels, MRO 478 respectivement, ne seront plus en vigueur à partir du 1er janvier 2018.
 
 

Familles des billets et des pièces nouveaux et anciens
 
Billets de banque Pièces de monnaie
No Anciens Nouveaux No Anciennes Nouvelles
1   1.000 Ouguiya  
2 5.000 Ouguiya 500 Ouguiya
3 2.000 Ouguiya 200 Ouguiya
4 1.000 Ouguiya 100 Ouguiya
5 500 Ouguiya 50 Ouguiya
6 200 Ouguiya   1   20 Ouguiya
7 100 Ouguiya   2   10 Ouguiya
      3 50 Ouguiya 5 Ouguiya
      4 20 Ouguiya  
      5 10 Ouguiya 1 Ouguiya
      6   1/5 Ouguiya
      7 5 Ouguiya -
      8 1 Ouguiya
      9 1/5 Ouguiya
 

Il y a lieu de remarquer que :
 
  • Un nouveau billet de 1.000 Ouguiya rebasé a été introduit (à ne pas confondre avec l'ancien billet) ;
  • Un billet de 50 Ouguiya rebasé a été introduit (à ne pas confondre avec l'ancienne pièce de 50 Ouguiya) ;
  • Les anciens billets de 200 et 100 Ouguiya ont été remplacées respectivement par les pièces de 20 et 10 Ouguiya rebasés ;
  • La pièce de 50 Ouguiya n'existe plus.
  • Un nouveau khoums rebasé a été introduit.
Par conséquent la nouvelle monnaie ne comprendra que 5 billets et 5 pièces contre 6 billets et 6 pièces pour l'ancienne monnaie.

 
 
 
Distribution de billets de banque et de pièces métalliques

La Banque Centrale de Mauritanie, mettra à la disposition de tous les usagers les nouveaux billets et pièces métalliques suivant ses canaux habituels.
L'échange d'anciens billets peut être fait auprès :

 
  1. des guichets de la BCM ;
  2. des guichets des banques primaires ;
  3. des services postaux ;
  4. des services régionaux du trésor.

Limites des échanges directs

Les échanges directs de pièces et de billets anciens seront limités aux montants inférieurs à 200.000 d'Ouguiya ancienne monnaie (20.000 Ouguiya en monnaie rebasée) par transaction individuelle (NNI ou NIF). Les montants supérieurs ou égaux à 200.000 d'Ouguiya ancienne monnaie seront échangés par crédit d'un compte bancaire ouvert au nom du demandeur.
Les banques commerciales seront tenues de respecter les directives mises en places par la CANIF et relatives à la lutte contre le blanchiment d’argent. Dans tous les cas, elles prendront les mesures nécessaires pour identifier chaque personne ayant échanger un montant supérieur à la limite des échanges directs.  



Phase de transition


La période entre le 1er janvier et le 30 juin 2018 a été retenue comme phase de transition au cours de laquelle les deux monnaies, l’ancienne et la nouvelle, pourront circuler simultanément. Durant cette phase, les biens et services pourront être payés avec l’une ou l’autre monnaie, à condition de respecter les équivalences et le calendrier de retrait progressif ci-après :

 

Changement d'étalon de l'ouguiya : directives techniques
A compter du 1er juillet 2018, la circulation simultanée des deux monnaies cessera et l’ancienne ne sera plus acceptée lors d’achats de biens et services. Cependant, toute facture devra obligatoirement comporter le prix en ancienne monnaie et celui de la monnaie rebasée et ce jusqu'au 31 décembre 2020.


 
Phase post-transitoire


Du 1er juillet 2018 au 31 décembre 2018, les anciens billets non encore démonétisés restent échangeables par de nouveaux billets et ce uniquement au siège de la Banque Centrale de Mauritanie à Nouakchott.
A compter du 1er janvier 2019, les anciens billets et pièces métalliques deviennent complètement démonétisés.


Processus de transaction 
 

Afin de faciliter une application en douceur du rebasement de la monnaie, les procédures suivantes seront mises en place.

 
Échange direct :
En dessous du seuil, tout montant sera échangé, sur présentation du NNI comme suit :
  1. Montant inférieur à 16.000 MRO : échangé contre des pièces en MRU ;
  2. Montant égal à 16.000 MRO : 1 Kit (rouleau de chaque pièce MRU) ;
  3. Montant compris entre 16.000 MRO et le plafond autorisé : 1 kit en pièces et le reste en billets MRU. 
 

Pour tout montant supérieur au seuil, le bénéficiaire devra avoir un compte bancaire ouvert en son nom pour recevoir l'équivalent en nouvelle monnaie du montant échangé. La BCM recevra tous les montants en MRO conformément au calendrier de retrait progressif, elle créditera immédiatement le compte du bénéficiaire.
 


Convoyage de fonds 
 

Pour assurer les besoins de leurs clientèles, les banques peuvent demander tout montant disponible dans leur comptes courants au niveau de la BCM.
Pour compter du 25 décembre 2017, chaque banque doit émettre un chèque global pour le besoin de son siège et celui de ses agences. Elle doit cependant spécifier le besoin pour chaque régionale afin de faciliter le convoyage gratuit que mettra la BCM à sa disposition.
 
la BCM, en collaboration avec les forces armées, assurera selon un calendrier des vols pour servir chaque capitale régionale en nouvelle monnaie.


Call Center


Un service d'information (Call Center : appels téléphoniques dans toutes les langues nationales) sera ouvert par la BCM pour mieux renseigner la population des procédures mises en place pour faciliter l'échange des anciens billets et pièces par des nouveaux billets et pièces.
Le Call Center accessible tous les jours de 10 Heures à 22 Heures avec un numéro vert (gratuit) le 4455.  
 

 Formation du personnel

Toutes les entités commerciales devront donner une formation en gestion sur les différents aspects du changement d'étalon de la monnaie à leurs employés. Cette formation devra aborder la façon de convertir l’ancienne Ouguiya en la nouvelle (Ouguiya rebasée) et donner une information sur les prix et les détails des opérations aux autres intervenants, en particulier au cours de la phase de transition.
Une série de séminaires devra être organisée par la BCM pour mieux accompagner ce changement d'étalon de l'Ouguiya.

Affichage simultané des prix

Au cours de cette période, celle du 1er janvier au 30 juin 2018, un symbole temporaire de la monnaie (A-UM) sera utilisé pour désigné l'ancienne Ouguiya et le symbole de N-UM pour l'Ouguiya rebasée. Ces symboles seront utilisés pour la circulation et à des fins de double affichage des prix. Ce symbole (N-UM) sera utilisé temporairement durant les six (6) mois de la phase de transition. Il ne sera plus utilisé après comme référence à la monnaie rebasée.  UM restera l’unique symbole utilisé.

Contrats et paiement obligations

Tous les contrats conclus avant le 1er janvier 2018, mais dont l’expiration est ultérieure à cette date, seront encore valides. Les obligations en suspens au 31 décembre 2017, mais réglées après cette date, seront divisées par 10 et payées en monnaie rebasée. Cependant, à partir du 1er janvier 2018, il est entendu que toutes les obligations ou les promesses de paiement inscrites seront perçues en monnaie rebasée.
 
 
 
 
Factures et facturation 

A compter du 1er janvier 2018, toutes les factures seront émises en Ouguiya rebasée. Le montant de celles émises antérieurement sera converti en monnaie rebasée si le règlement a lieu après la date du changement.
De plus, les intervenants veilleront à ce que les factures d’achat ou les bordereaux de dépôt correspondent aux transactions respectives en monnaie rebasée.

Paiements comptants et monnaie d’appoint

Au cours de la phase de transition de six (6) mois (du 1er janvier au 30 juin 2018),  les caissiers prendront les dispositions nécessaires pour éviter de remettre de la  monnaie d’appoint pour toutes les transactions en monnaie autre que celle dite de rebasée.
Toutefois, et si, à un moment donné, la monnaie rebasée s'avère insuffisante, les caissiers accorderont leur préférence en premier lieu à la monnaie rebasée suivie de l’ancienne. En cas d’impossibilité, les caissiers feront la conversion en ancienne monnaie pour remettre la monnaie d’appoint. Cette dernière peut être versée de trois (3) façons différentes :

i.          avec des billets et des pièces de l’ancienne monnaie;
ii.         avec des billets et des pièces de la monnaie rebasée;
  1. avec des billets et des pièces provenant des deux monnaies tout en respectant l’équivalence.

Règles d’arrondi au plus près

Toutes les sommes de l’ancienne monnaie converties à la monnaie rebasée seront arrondies à une décimale près, sauf indication contraire. La règle d’arrondi au plus est la suivante :

 
Ancienne monnaie A-UM Rebasing (avant d’être arrondi) (Ouguiya) Ouguiya Rebasée N-UM  (après arrondi)
1 Ouguiya 0,1 1 Khoums
2 Ouguiya 0,2 1 Khoums
3 Ouguiya 0,3 1 Khoums
4 Ouguiya 0,4 2 Khoums
5 Ouguiya 0,5 2 Khoums
6 Ouguiya 0,6 3 Khoums
7 Ouguiya 0,7 3 Khoums
8 Ouguiya 0,8 4 Khoums
9 Ouguiya 0,9 4 Khoums
10 Ouguiya 1 1 Ouguiya
Exemples :
  • 5.125 Ouguiya convertis et arrondis deviennent 512,5 Ouguiya rebasée soit 512 Ouguiya et 2 Khoums ;
  • 70.846 Ouguiya convertis et arrondis deviennent 7.084,6 soit 7.084 Ouguiya et 3 Khoums
 
 
Cotation du taux de change

 
La question doit être revue au moment opportun avec le marché de change.
Toutes les cotations du taux de change doivent encore être faites conformément aux meilleures pratiques internationales. Ces cotations doivent être arrondies à quatre décimales.

Tableau : Exemple (purement illustratif) de cotations de taux de change
 
Monnaie étrangère Taux de change avant le rebasement (Ouguiya) Taux de change rebasé (avant d’être arrondi) (Ouguiya) Taux de change rebasé après avoir été arrondi
1 US$ 357,61 35,761 35,76
1 ERO 385,83 38,583 38,58
100 Franc Suisse 35984,48 3598,448 3598,45
 
 
Paiements en espèces

Au cours de la phase de transition, les paiements en espèces (billets et pièces billets des deux monnaies), l’ancienne et la rebasée, seront acceptés sans distinction.

 Transactions bancaires

Afin d’accélérer le retrait de la monnaie ancienne, les banques commerciales  n'exécuteront leurs paiements qu’en monnaie rebasée. Ainsi toute l’ancienne monnaie déposée par les clients auprès des banques primaires sera remise à la Banque Centrale de Mauritanie. A cet égard, les banques doivent respecter les consignes suivantes.
Durant la période transitoire, les compagnies d'assurances devront s'activer à verser dans leurs comptes ouverts sur les livres des banques commerciales, les montants collectés au titre des polices d'assurance réglées en ancienne monnaie.

i.          Dépôts et retraits en espèces

Toutes les banques commerciales doivent recevoir les dépôts en espèces dans les deux monnaies, ancienne et rebasée, alors que les paiements seront faits exclusivement en monnaie rebasée. Les banques doivent continuer à surveiller la contrefaçon.

ii.         Reçus provenant d’un GAB
Toutes les sommes inscrites sur des reçus provenant d’un GAB doivent être présentées en monnaie rebasée avec le nouveau code de monnaie (MRU).

iii.       Relevés et rapports
À partir du 1er janvier 2018, toute la gestion comptable, les relevés et autres rapports à adresser à la Banque Centrale de Mauritanie, aux Autorités fiscales de la Mauritanie et autres doivent être établis en monnaie rebasée.
 

iv.        Bordereau de dépôt
Lors de dépôts d’argent comptant ou de chèques dans une banque, des bordereaux distincts seront utilisés pour les monnaies ancienne et rebasée, le cas échéant.

v.         Rentrées et sorties de fonds
Les rentrées et sorties de fonds des banques à la fin de chaque mois au cours de la période de transition doivent être maintenues en deux relevés distincts (en monnaie ancienne et en monnaie rebasée). Ces rentrées et sorties de fonds peuvent être préparées à l’extérieur des systèmes de traitement.

vi.        Relevés bancaires
A compter du 1er janvier 2018, toutes les banques commerciales devront remettre deux relevés bancaires distincts à leurs clients représentant les soldes de clôture en Ouguiya ancienne et les soldes d’ouverture en monnaie rebasée.
A compter du 10 décembre 2017, les banques primaires devront obligatoirement inscrire sur tous les documents qu'elles émettent à leur clientèle, le message suivant :"Nous vous informons qu'à compter du 1er janvier 2018, l'Ouguiya changera d'étalon". Ce message devra être inscrit sur tous les relevés, les correspondances et en bande sur les guichets automatiques de retraits. Sur les chèques et autres documents se message est souhaitable.  

vii.      Guichet automatique bancaire (GAB)
Pour accélérer le retrait de la monnaie ancienne de la circulation, les banques devront distribuer dans les GAB uniquement la monnaie rebasée et ce à partir du 1er janvier 2018.
 
Transactions par chèques

Au cours de la période de transition de l’exercice de rebasement de la monnaie (du 1er janvier au 30 juin 2018), les chèques actuels seront utilisés et le point de référence sera la date de l’émission du chèque. En outre, un soin particulier devra être apporté au moment d’émettre des chèques afin de s’assurer que les sommes sont inscrites en monnaie rebasée; ce qui aidera à prévenir des erreurs de traitement des chèques. Il faut également tenir compte des points suivants au moment d’émettre et de traiter un chèque :

i.         tous les chèques émis avant le 1er janvier 2018 seront inscrits en monnaie ancienne ainsi que tous ceux émis avant cette date, mais présentés uniquement à des fins de paiement après le 1er janvier 2018 seront payés en divisant la somme par 10;
ii.        il doit être présumé que les chèques, datés du 1er janvier 2018 et après, ont été émis en monnaie rebasée; ils seront payés à leur valeur nominale;  
iii.       l’émission de chèques postdatés avant la date du changement (le 1er janvier 2018) n’est pas conseillée;
iv.      Nous recommandons à toutes les banques d'émettre à compter du 1er janvier 2018 de nouveaux formulaires de carnets de chèque qui soient différents des formulaires précédents. Ces carnets de chèques doivent être de couleurs différentes. 
 
v.       les banques, en collaboration avec la BCM et autres institutions financières, devront informer leurs clients, en prenant les moyens les plus commodes et les plus appropriés, concernant les règles applicables au paiement de chèques surtout durant la phase de transition.  

 
Compensation des chèques 

Au cours de la phase de transition, les banques commerciales devront préparer des fichiers intégrés à des fins de compensation. Les sommes des chèques libellés en monnaie ancienne seront divisées par dix (10) et ajoutées à celles de la monnaie rebasée et remises à la Compense.
 
Tous les écarts dus aux arrondis appartiendront aux banques chargées de la perception.
 
 
Comptabilité

L’exercice de rebasement de la monnaie ne doit modifier aucun principe comptable. Les états financiers seront donc encore préparés conformément aux principes comptables acceptés.

 Traitement des états financiers au 31 décembre 2017 

Les entités doivent convertir les soldes des comptes du 31 décembre 2017 en monnaie rebasée le 1er janvier 2018 en divisant lesdits soldes par dix (10). En conséquence, à  partir du 1er janvier 2018 les transactions figurant sur les bilans seront en monnaie rebasée.
Les états financiers de la période se terminant le 31 décembre 2017 seront préparés en monnaie ancienne. À cette fin, les soldes avancés du 31 décembre 2017 seront convertis en monnaie rebasée.
À la fermeture des activités le 31 décembre 2017, il faudra :

i.     soit fermer tous les comptes en MRO et en ouvrir de nouveaux en MRU pour les intégrer aux systèmes ayant une fonctionnalité multimonnaie;
 
ii.   soit accepter les soldes rebasés en MRU dans les mêmes anciens comptes aux systèmes sans une fonctionnalité multimonnaie.
 
La BCM a opté pour la seconde option.
 
Comptabilité et autres progiciels de comptabilité pour les transactions 

Les entités commerciales devront se préparer convenablement afin de s’assurer que, le 1er janvier 2018, les progiciels de comptabilité et les logiciels annexes auront été mis à l’essai et prêts pour le lancement de la monnaie rebasée.
À cet égard, une date butoir touchant la préparation a été fixée au 20 décembre 2017) pour s’assurer que toutes les entités sont prêtes et pour éviter tout risque d’échec. Les entités commerciales doivent donc tenir compte des points suivants :

i.       à partir du 1er janvier 2018, toutes les données gardées en comptabilité et des autres progiciels devront être exprimés en monnaie rebasée en utilisant le nouveau code de monnaie MRU; 
ii.      les actifs et les passifs inscrits aux livres comptables jusqu’au 31 décembre 2017 seront inscrits en monnaie ancienne et les soldes de fermeture au 31 décembre 2017 seront convertis en monnaie rebasée le 1er janvier 2018;
iii.     tous les effets sur les états de rapprochement en Ouguiya en circulation devront être en monnaie ancienne avant le 1er janvier 2018; cependant, les sommes à la date du changement dans les états de rapprochement seront converties en monnaie rebasée;
iv.    à partir du 1er janvier 2018, toute la comptabilité et tous les documents financiers et d’appui seront préparés en monnaie rebasée, et il en sera ainsi des livres et des comptes auxiliaires utilisés par les entités commerciales tout comme les données sur les applications de la technologie de l’information;
v.     toutes les sommes affichées sur des instruments débiteurs tels que les chèques et les billets à ordre détenus par des bénéficiaires en vertu d’ententes conclues entre les parties avant le 1er janvier 2018 aux fins de règlement seront converties en monnaie rebasée après cette date.

Comptabilité des écarts d’arrondi

Tous les écarts provenant d’un arrondi des sommes doivent être intégrés aux résultats de l’année financière à laquelle la procédure s’applique.
Un écart dû à la conversion devra être rectifié de la façon suivante :

i.           un écart provenant de la conversion d’actifs et de passifs sera comptabilisé aux postes d’acompte « autres redressements de compte »;  
ii.          à la date d’établissement du bilan suivant la mise en place de la monnaie de  rebasement, le solde des postes d’acompte « autres redressements de compte » sera comptabilisé soit comme une dépense, soit comme un revenu sous « autres dépenses de fonctionnement » ou « autres revenus de fonctionnement » le cas échéant. 

Relevé des dépenses liées aux adaptations au rebasement de la monnaie      

Les dépenses que des entités, publiques ou privées, engageront pour adapter leur comptabilité, leur administration et leur système informatique ou autres seront comptabilisées comme des dépenses de l’année financière dans laquelle elles ont lieu.
 
Aspects fiscaux

Le rebasement de la monnaie ne modifiera aucune règle ni obligation relatives à la taxation. Une différence importante apparaîtra dans les livres, les factures, les déclarations, les paiements et dans les documents comptables en général où les sommes seront exprimées en monnaie rebasée à partir du 1er janvier 2018.

Obligations fiscales

Les obligations fiscales en suspens au 31 décembre 2017 seront payées en monnaie ancienne si elles sont dues avant le 1er janvier 2018. Cependant, si ces obligations fiscales en suspens le 31 décembre 2017 viennent à échéance après le 1er janvier 2018, elles le seront en monnaie rebasée.

Déclarations d’impôt pour l’année se terminant le 31 décembre 2017

Dans le cas d’exercices financiers terminés en décembre 2017, les déclarations devant être soumises avant le 30 juin 2018 seront exprimées en monnaie rebasée. 
 
Déclarations annuelles du SALAIRE

Les déclarations annuelles du SALAIRE pour l’année se terminant le 31 décembre 2017 et devant être soumises avant le 1er mars 2018 seront exprimées en monnaie rebasée. 

Paiement d’impôt mensuel 

Toutes les déclarations dues après le 1er janvier 2018 (par exemple, taxe sur le chiffre d’affaires et SALAIRE) seront exprimées en monnaie rebasée.

Déclarations de la TVA

Les déclarations de la TVA dues à compter du 1er janvier 2018 seront exprimées en monnaie rebasée.

Timbres, Vignettes et Assurances

Le papier timbre et les timbres fiscaux et tout autre instrument de paiement en monnaie ancienne seront utilisés jusqu’à ce qu’ils soient épuisés, bien qu’à partir du 1er janvier 2018 leur valeur sera comptabilisée selon leur équivalent en Ouguiya rebasée.

 
Salaires et traitements, pensions, caisses de retraite et autres avantages sociaux 

Les salaires et traitements, pensions, caisses de retraite et autres avantages sociaux des travailleurs payés après le 1er janvier 2018, seront tous arrondis à la hausse puisqu’il s’agit d’un droit acquis.

Instruments financiers (Cas des Bons du Trésor)

Tous les titres émis avant le 1er janvier 2018, mais qui viennent à maturité après cette date, seront convertis en monnaie rebasée et les clients seront avertis de ces nouvelles valeurs.
Ces relevés affichant la valeur au 31 décembre 2017 et exprimée en monnaie rebasée le 1er janvier 2018 seront mis à la disposition de tous les clients.

A compter du 1er janvier 2018, l'Ouguiya rebasée servira pour le calcul des décomptes, intérêts, impôts, sur les différentes maturités venues  échéance. Les différentes maturités de Bons du Trésor existantes ont l'une des échéances :
  • 4 Semaines
  • 13 Semaines
  • 26 Semaines
  • 50 Semaines
Adaptation technologique

L’adaptation technologique consiste à adapter différentes composantes technologiques afin de pouvoir exprimer toutes les sommes ou tous les prix en monnaie rebasée.
Toutes les entités devront régler leurs systèmes et leur infrastructure afin que toutes les transactions réalisées et soumises en monnaie rebasée soient exprimées en MRU à partir du 1er janvier 2018.

Délai de l’adaptation technologique 

Toutes les entités doivent s’assurer que leurs systèmes et leur infrastructure sont adaptés aux modifications technologiques exigées d’ici le 20 décembre 2017. L’échéance fixée à l’adaptation de tous les systèmes et de toute l’infrastructure de la monnaie rebasée vise à assurer une préparation appropriée.

Systèmes et mécanismes influencés par le rebasement de la monnaie

Tous les systèmes de manutention, d’enregistrement ou de fonctionnement de la monnaie mauritanienne subiront les effets du rebasement de la monnaie. À cet égard, toutes les solutions technologiques au service des clients doivent être en mesure de traiter des transactions dans la monnaie ancienne et rebasée au moment de l’adaptation. 
Tous les intervenants doivent procéder à un inventaire des systèmes ou des mécanismes utilisés, ou les deux à la fois, en offrant des services et en les adaptant pour qu’ils acceptent la monnaie rebasée. Quelques exemples de systèmes ou de mécanismes sont affichés ci-après.
 
Facturation par les sociétés de communications

L'autorité de régulation chargée des télécommunications (pour la MAURITEL, la MATTEL et la CHINGUITEL) devra veiller aux questions suivantes :
  • adapter leur système de tarification pour prendre en considération la nouvelle monnaie ;
  • les cartes de rechange soient libellées à compter du 1er janvier 2018 en Ouguiya rebasée ;
  • Transférer automatiquement, 1er janvier 2018, les soldes de crédit déjà disponibles dans les portables (au 31/12/2017) dans la nouvelle Ouguiya. Les arrondis devront être fait à l'avantage des abonnés ;
  • Continuer durant toute la phase transitoire à afficher le solde dans les deux monnaies ;
  • Permettre aux clients en possessions d'anciennes cartes de rechange de se faire rembourser par des cartes de même valeur libellées en Ouguiya rebasée. Ce remboursement doit s'étaler sur toute la période transitoire (du 1er janvier au 30 juin 2018).
 
Guichets Automatiques
 
Le GIMTEL devra reprogrammer le système de paiement pour y intégrer la nouvelle monnaie. Les opérations suivantes doivent être faites :
  • convertir tous les soldes créditeurs au 1er janvier 2018 à 0 heure dans la monnaie rebasée (en divisant par 10) ;
  • actualiser les plafonds autorisés;
  • reconfigurer les machines pour la reconnaissances des nouveaux billets.
 

  
Données historiques

Il est recommandé aux intervenants de garder toutes les données en monnaie ancienne avant le 1er janvier 2018.

DIFFUSION DE L’INFORMATION 

A compter du 1er décembre 2017, la Banque Centrale de Mauritanie publiera une page web consacrée uniquement au rebasement de l'Ouguiya. Un call center sera ouvert ou répondre aux questions éventuelles des populations.
Les institutions et ou les citoyens pourront également transmettre des courriers électroniques à la BCM à l’adresse suivante : ouguiya@bcm.mr.

RÉVISION DES DIRECTIVES

Ces directives seront révisées lorsque la Banque Centrale de Mauritanie, après avoir consulté les principaux intervenants au cours du processus de mise en place, jugera la révision utile.
chezvlane

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 13 Décembre 2017 - 22:29 Nouvel Ouguiya : Le marché noir flambe

Mercredi 13 Décembre 2017 - 22:22 Mohcen, président de la Chambre de Commerce !

chroniques VLN | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | désintox | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g



Rubriques à la une

Recherche

Pendant ce temps...