. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

​Avis aux européens qui vivent en face de l’ambassade de France…

Mardi 16 Mai 2017 - 15:01

Hier, vers 20h, je suis passé devant l’ambassade de France, côté institut français. J’ai été surpris de voir plusieurs tas de poubelles en feu à côté d’une mare fétide. Vu les arbres dans ces bosquets, on imagine aisément le danger. Je m’arrête, sors mon appareil et me dirige vers les flammes en oubliant le risque d’explosion d’aérosols divers et autres flacons indéterminés.
 
Je filme et soudain «  salamaleikoum » venant des gardiens des maisons qui longent ce côté de l’ambassade.  Connaissant ma voiture vu que je passe régulièrement changer des livres à l’institut et voyant surtout que je ne faisais rien sinon filmer ce désastre, ce fut l’occasion de leur poser quelques questions.
 
Etant maure comme eux, l’un blanc l’autre noir, le contact fut facile en hassania. Ils m’ont expliqué que ce n’est pas la première fois qu’il y a un tel départ de feu sans pouvoir me dire qu’il en est à l’origine. Ils assurent que les pompiers sont déjà venus une fois, puis les poubelles ont été retirées mais elles reviennent dès le lendemain venant de l’ambassade de France selon eux.
 
Je leur ai expliqué que cela ne peut pas va venir des gens de l’ambassade que j’imagine mal sortir de là pour venir verser leurs poubelles en face. Ils m’ont alors indiqué l’entrée de l’institut français où il y a un resto repris par quelqu’un que je ne connais pas. Les gardiens disent que les employés sortent et versent les poubelles là. Ils ne savaient pas qu’il y a un resto, ils pensaient que c’étaient les employés des français du campus.
 
Ensuite ils m’ont fait remarquer que toutes ces poubelles ne peuvent venir que des européens notamment ceux qui vivent de l’autre côté en face de l’ambassade. Leurs domestiques viennent verser ici les poubelles. Les gardiens étaient indignés en m’expliquant que si ces européens sont aussi sales que faut-il reprocher aux mauritaniens ignorants ?
 
Ensuite j’ai entendu des détonations. J’ai demandé ce que c’était. Ils m’ont dit que ce sont les bouteilles d’alcool. J’ai expliqué que c’était impossible car il n’y a plus d’alcool venant de l’ambassade de France depuis quelques années. Ils ont ouvert de grands yeux et l’un a dit que c’est possible car il se souvient qu'il y a eu des descentes dans des restos et depuis plus rien.
 
J’ai alors expliqué en gros que seuls les diplomates français ont droit à un quota et j’ai rajouté que l’Espagne aussi a fermé les robinets pour leurs concitoyens en Mauritanie.  Mais pour ne pas qu’on indexe les français et les espagnols, j’ai rappelé que d’autres ambassades ont ce privilège, et certains représentants d’organisations internationales mais on ne trouve quasiment plus rien à vendre même aux européens qui n’ont pas droit au quota sauf peut-être chez une certaine chinoise...
 
J’ai donc dit que c’était impossible que cela vienne de l’institut français et d’ailleurs ils seraient bien bêtes de jeter leurs bouteilles en face. Les gardiens ont souri.  J’ai demandé des preuves. Le gardien n’a pas pu m’en montrer dans les poubelles devant l’institut mais il a juré que des gens viennent jeter des sacs pleins.
 
 



Il est monté dans ma voiture et nous sommes allés un peu plus loin juste derrière les vendeurs de statuettes africaines. Là le gardien a fouillé un peu et m’a sorti un sac : j’ai fait le tri en lui montrant que toutes ces bouteilles n’étaient pas de l’alcool notamment de l’huile d’olive, du sirop mais impossible de nier les autres étiquettes.
 
Là arrive le vieux gardien du coin pour savoir ce que nous trafiquons. On lui explique que l’on cherche des sacs pleins de bouteilles d’alcool. Il nous explique que quelqu’un les amène de là-bas... et il nous indique l’endroit d’où l’on vient c’est-à-dire les maisons en face de l’institut sans être sûr qu'il ne vienne pas de plus loin.
 
J’ai pris cette photo pour dire aux gens concernés quels qu’ils soient, il n'est pas dit que ça soit d'ailleurs des européens, surtout ceux qui ont le droit d’avoir chez eux de l’alcool, il ne vaut pas jeter des sacs ni des bouteilles dans la rue. Les temps ont changé. Jadis ces bouteilles étaient recyclées et finissaient au marché pour y mettre des produits d’entretien toxiques.
 
Aujourd’hui la population a été radicalisée contre les étrangers notamment les européens. Ce n’est pas les dernières embrassades d’Aziz sur les joues d’Hollande qui changeront cela. Les européens doivent être exemplaires en Mauritanie s’ils ne veulent pas s’attirer et attiser la haine.
 
Il faut jeter les bouteilles loin de chez vous dans les microscopiques poubelles de la CUN et non par terre dans les tas de poubelles dans les rues. Il ne faut pas faire comme certains mauritaniens qui brûlent les feux de stop et passent en quadruple file. Sachez que vous êtes observés et pour l’africain, l’Europe représente les normes, la propreté et le respect des règles de conduite civilisée.
 
Beaucoup pensent que les gardiens dorment, beaucoup pensent que ce pays est un terrain de jeu où l’on peut faire n’importe quoi. Qu’ils se détrompent, tout est surveillé et tout se sait et certaines choses sont tolérées mais le jour où le régime  a un problème diplomatique même mineur avec tel ou tel pays, ses ressortissants bons vivants risquent d’être surpris par une descente de police.
 
Pour le reste : les gardiens m’ont appris qu’il y a désormais en Mauritanie des sociétés privées de ramassage d’ordures. De là qu’ils ont été choqués de voir que les européens du coin préfèrent jeter leurs ordures dehors sous prétexte que la CUN a lamentablement échoué après la mise à la porte de Pizzorno au nom de la mauritanisation du profit…

Vlane

chroniques VLN | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | désintox | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g



Rubriques à la une


Recherche

Pendant ce temps...