. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Négro-mauritanie et cancan à l'assemblée : vérité et enfumage du député d'Atar...

Samedi 11 Mars 2017 - 17:23

Cette semaine à l’assemblée, il y a eu du bruit.  Cela a commencé avec la sortie du député de Kaédi Moustapha Kane qui a osé se plaindre du fait qu’il n’y ait qu’une seule composante représentée dans les hautes institutions de l’armée.  C’est alors que le député UPR d’ Atar Mahfoud Ould Jeyid s’est levé avec des airs d’indigné.

 

La seule vérité implacable qu’il a prononcée fut de s’étonner que quelqu’un ose dans l’assemblée faire des remarques comme celle du député Kane alors qu’il y a pas si longtemps quand il n’y avait que 4 chefs d’état-major, 3 étaient négro-mauritaniens : Ndiaga Dieng, Dia et Négri et un seul Maure sans que personne ne s’en soit indigné à l’assemblée ni chez les maures ni chez les hratines.

 

Comme personne dit-il ne s’est indigné à l’assemblée quand il n'y avait qu’un ministre hartani parmi 8 maures.  En cela le député d’Atar a en partie raison car si quelqu’un devait se plaindre de la représentativité de telle ou telle communauté surtout dans l’armée, ce n’est pas à un négro-mauritanien de le faire sinon pour penser aux hratines. A moins que monsieur Kane n’estime que l’armée ne peut être dirigée que par les représentants des négro-mauritaniens et des maures blancs.

 

Pour tout le reste ou presque, le député d’Atar a joué de l'enfumage indigne de lui à propos des langues. D’ailleurs sur  Watanya TV le président de Nido el Watan Daoud Ould Ahmed Aicha s’est félicité de la sortie du député d’Atar Ould Jeyid. Tout est dit.


Pourquoi  cette mauvaise foi ? On s’étonne que pour répondre à la sortie du député Kane qui s’exprimait en français, Ould Jeyid ne se soit pas exprimé en français pour se faire comprendre par les négro-mauritaniens. On répondra à cela qu’il a bien fait car le français n’est pas dans la constitution sauf que le Ould Jeyid ne s’est pas exprimé en arabe mais en hassania interdit de droit de cité dans la constitution.

 

S’il a préféré le hassania au français, ce n’est pas pour répondre à Kane, c’est pour faire son cinéma de sorte à être compris par les maures qui regardent la télé dont beaucoup ne comprennent pas ou plus le français et ne comprennent pour majorité pas l’arabe non plus mais le hassania.

 

Charité constitutionnelle bien ordonnée commence par soi-même : monsieur Ould Jeyid aurait dû parler en arabe mais il voulait se faire comprendre par le peuple maure noir et blanc et non asséner aux négro-mauritaniens son commentaire  à propos du panel ¾ négro-mauritaniens aux états-majors à l’époque où le seul maure parmi les premiers généraux azizien étant Ghazouani. 

 

Reprendre la démagogie et le manque de courage politique de Ould Jeyid à propos des langues en Mauritanie, serait trop long et on ne peut pas éternellement rabâcher les mêmes arguments chaque fois que des âneries sont débitées au milieu de quelques vérités insignifiantes.

 

Il se plaint qu’on puisse parler plusieurs langues nationales à l’assemblée et veut imposer une langue unique sous prétexte du manque de traducteurs. Il faudrait donc imposer l’arabe sauf qu’il oublie que pour les négro-mauritaniens les arabes sont des colons au même titre que les français sauf que les français en créant la Mauritanie l'ont pensée fraternellement plurielle entre des peuples ayant leur histoire, leurs langues et leurs identités culturelles.

 

La religion ne suffit pas à vouloir imposer une langue en étouffant toutes les autres et ni les berbères ni les négro-mauritaniens n’ont attendu les arabes pour découvrir l’islam. De plus si la langue arabe est une merveille dont le Coran sublime est la perfection alors que c’est le premier livre jamais écrit en arabe, l’arabe n’est pas la seule langue de l’islam. Non seulement on peut être musulman sans parler arabe mais on peut ne parler qu’arabe et être chrétien depuis la nuit des temps  monothéistes avant même que l’arabe ne soit islamisé.

 

Daoud Ould Ahmed Aicha abonné à Watanya pour donner aux maures des petits arguments pour les rassembler et les monter contre ce qui n’est pas maure, dit avec le sérieux humour déplacé qui est le sien qu’il voudrait bien que la première langue soit le poular mais que deviendraient des jeunes qui ne parleraient que le poular ? Où pourraient-ils s’instruire ?

 

Il a raison quand il s’agit de ne connaître qu’une seule langue et là encore pour reprendre les propos de Ahmed Ould Sidi Baba : de nos jours parler qu’une seule langue revient à être quasi-analphabète. Une pensée donc à celles et ceux que des criminels souvent bilingues ont éloigné d’une langue latine vu que la civilisation depuis quelque temps du moins technique, scientifique et même philosophique est occidentale. Occidental ne signifie pas être Kafeur comme le rabâchent les ignorants racistes.

 
 

Ahmed Ould Sidi Baba l’a clairement expliqué. 

Que serait l’Europe et le monde arabe si les arabes de l’âge d’or n’avaient pas connu le grec ?

 

 

Hélas, l’époque est aux esprits inférieurs, aux imposteurs, aux roublards, en un mot aux dangereux médiocres.

 

 

Passons.

 

Le problème en Mauritanie qui éclate aujourd’hui plus que jamais vient de ce que les négro-mauritaniens sont tombés dans le piège constitutionnel à propos des langues. Les chauvins maures plus fins ou plus retors les ont complexés par rapport au français en leur disant que c’est la langue du colon et qu’ils devraient parler leurs langues ancestrales. Cela avait l’avantage de diviser encore les négro-mauritaniens qui n’ont pas de langue commune pour faire face à l’arabisation errante au pouvoir.

 

C’est ainsi que personne parmi les négro-mauritaniens n’a jugé utile de se battre pour que le français ne sorte pas de la constitution et qu’il y reste au moins comme deuxième langue de travail avec l’Arabe. Statut qui reflète la réalité actuellement.  Seule la justice pour ce qu’elle vaut est en arabe, les ministères qui demandent un savoir travaillent en français.  Le code foncier est en français et à l’école les sciences sont étudiées en français. Quant à nos plus proches voisins arabos dont l’état de leur pays peut nourrir une fierté fidèle à la réalité, la Maroc et l’Algérie reviennent au français après avoir compris le désastre de la haine de la rançon de la colonisation qu’est le français comme disait quelqu’un.

 

On comprend donc la frustration des arabisants victimes de ce découpage criminel qui les a éloignés du français. « L’origine de la haine est la haine des origines »

 

Chez les arabes de souche, là-bas en Arabie, dans l’administration, les affaires, ils parlent anglais et arabe  car le colon fut anglais. Pourquoi les mauritaniens devraient-ils être plus complexés  par rapport à l’histoire surtout que le français est un acquis sans que cela n’empêche personne de parler arabe, hassania, poular, soninké ou oualof sans que personne ne perde son identité ?

 

Le Sénégal, le Maroc nos voisins du nord et du sud n'ont pour le nord aucun complexe vis-à-vis du français qu’on apprend avec l’arabe sans que cela ne nuise à leur culture. Au Sénégal qui peut dire qu’ils ont perdu leurs langues nationales et leur culture sous prétexte d’avoir pris le français comme langue de l’état ce qui est normal vu que l’état comme celui de la Mauritanie est une création française avec la collaboration des fils du pays.

 

En Mauritanie, s’il y a un vrai procès à faire, c’est à ceux qui ont déclaré la guerre au français gratuitement par ingratitude ou ignorance. Ils sont les vrais coupables d’avoir divisé les mauritaniens entre francisants et arabisants avec au milieu l’exception d’une poignée heureuse bilingue. Ensuite ceux qui les ont laissés faire à savoir les négro-mauritaniens premières victimes et les maures bilingues sont aussi responsables de laisser la place à des démagogues comme Daoud Ould Ahmed Aicha redoutable par la langue comme un maître camelot et maintenant voilà le Mahfoud Ould Jeyid qu’on ne pouvait pas attendre là mais c’est un politicien et cet infect discours dominant a le vent en poupe.


Il aurait mieux fait de faire comme le député de Ouadane, qui s’exprima pour autre chose en hassania puis en oualof puis français pour montrer la magie de la culture décomplexée.

 

A ce titre ces problèmes de langues ne touchent que l’élite car dans les quartiers populaires avant que là encore les maures ne fuient le 6ème et le 5ème, tout le monde parlait plusieurs langues nationales.

 

Passons.


Négro-mauritanie et cancan à l'assemblée : vérité et enfumage du député d'Atar...

A propos de justice. Si à l’assemblée personne ne s’est plaint du sort des Hratines dans le haut commandement de l’armée, c’est d’abord parce que côté maure cela arrange tout le monde avec la fameuse et honteuse peur du hartani au pouvoir et côté négro-mauritanien «  sagate mayeu hmeul sahbou »  ( le mendiant ne supporte pas son ami devant la porte de charité ) vu que négro-mauritaniens et hratines sont des compagnons d’infortune en la matière, même si le hartani a toutes les circonférences  de retard en matière de roue qui tourne. En un mot il ne connaît de la boucle que celle qui l'invite à la boucler.

 

Il faut arrêter de prendre les mauritaniens de la majorité plurielle silencieuse pour des imbéciles à base de discours creux sans fondement dans le réel au seul bénéfice d’un statu quo qui ne profite qu'à la même communauté qui ne connaît pas de discrimination autre que majoritairement positive. Avant ce régime il y avait une véritable discrimination positive pour tout le monde,  mais depuis quelque temps c’est l’épuration de fait. 

 

Qui en est à l’origine ? Est-ce juste un hasard en attendant que la roue tourne de nouveau ? En attendant, jamais les hratines n’ont été si marginalisés au conseil des ministres, dans les grandes entreprises publiques sans parler du haut commandement militaire.


Je suis le premier à avoir fait campagne jadis avec ce titre «  à quand un général Hartani ? ». J’ai appris ensuite qu’il y en avait un puissant mais pour qui sa hartanité d’origine mategalou. Ensuite un médecin a eu droit au grade sans aucun commandement digne de celui d’un Negri, d’un Dia ou d’un Ndiaga Dieng pour reprendre la réalité de la roue qui tourne de M à N sans jamais passer par le H. Certainement à cause de la distance alphabétique. 

 

Ce qui est sûr c’est que s’il y a eu de puissants généraux négro-mauritaniens en surnombre comme c’est le cas du surnombre des maures blancs actuellement, les hratines sont restés en marge de cette gymnastique de la providence.


Peut-être que si Kane et Ould Jeyid étaient des hratines, ils tiendraient un autre discours mais peut-être pas vu qu’ils sont si justes.

 

 

Passons.

 

Il y a en Mauritanie actuellement un courant terrible qui divise les maures et les hratines par ce genre de statistiques que personne ne veut corriger après avoir divisé maures et négro-mauritaniens. Il y a une force obscure qui veut exciter les maures par la peur et le faux nationalisme maure contre les noirs et les étrangers. Il y a une force obscure qui pousse la Mauritanie à détruire toute l’impulsion du vivre-ensemble qui existait avant le colon, que le colon a renforcé par un territoire commun et que les pères fondateurs de la nation ont cultivé contre vents et marées.

 

Qui est derrière cette force ? Ceux qui sont au pouvoir le savent car ils sont bien renseignés. Que fait le pouvoir par rapport à cette force ? Presque rien, on dirait même qu’il s’en satisfait. Les télés et radios privées sont devenues les ondes des mille dunes aux mains des amis de Daoud Ould Ahmed Aicha et  du fumeux avocat Sidi Moctar Ould Sidi. On y voit rien qui puisse montrer une autre Mauritanie plurielle qui parle hassania, français , oualof  et autres sans complexes sans rien perdre de l’âme mauritanienne.


Ils polluent jour et nuit l’atmosphère et diffusent jour et nuit des arguments pour nourrir l’imaginaire du petit peuple maure à base de désinformation. Daoud Ould Ahmed Aicha a dit lors de sa dernière sortie à Watanya qu’à l’assemblée il fut question de vouloir remplacer l’arabe par le français.

 

https://www.youtube.com/watch?v=4LVZaiMgWqY&feature=youtu.be

 

Un autre mensonge éhonté. Mais qu'importe puisque chaque partie parle dans son camp : les uns en français sur internet et les autres en hassania sur internet et dans les médias de masse publics et privés avec une quasi absence de passerelle entre les deux. Tout est donc permis en matière de désinformation et de propagande au service de la haine de l'autre.

 

Il est clair qu’une force veut faire de la Mauritanie un émirat de maures blancs de quelques tribus qui dominent toutes les autres au nom de la peur collective du soulèvement hartani et du mépris du négro-mauritanien. A cela s’ajoute une campagne sans précédent de la haine contre le français poussée à son niveau le plus primitif et obscurantiste.

 

Qui pouvait imaginer que cela arriverait sous Aziz, le francophone, digne fils des deux rives du fleuve de la pacification ? Ajib.

 

Voilà ce qui arrive quand l’élite a peur ou que l’élite croit qu’elle peut vivre à l’écart de ces débats nauséabonds qui ne peuvent l’atteindre.

 

Pourtant tout le monde est concerné, nous respirons la même atmosphère et les monstres qui naissent aujourd’hui peuvent devenir nos maîtres demain ou ceux de nos enfants.

 

Face à cette remarque certains parleront d’alarmisme. Ils se trompent. La génération qui a 40 ans aujourd’hui est la dernière à avoir au moins vu ce que pouvait être la Mauritanie de certaines valeurs communes, un certain métissage de l’esprit, un rapport décomplexé avec l’occident, un amour généreux pour ce pays.

 

Ce qui vient derrière est terrible. C’est la génération OGM fruit de la folie identitaire d’apprentis sorciers qui rêveraient d’être tout sauf mauritaniens car au fond ils ont la Mauritanie plurielle en horreur car c’est une Mauritanie où l’arabité n’est pas pure. La Mauritanie n’est pour eux désormais qu’une terre pleine de richesses : or, pétrole et bientôt peut-être diamant à partager en petit nombre. Tov.


Tant que nous étions tous pauvres sur un désert riche de sa seule beauté, tout allait dans la fraternité. Comme partout au tiers-monde où les richesses minières apparaissent, voilà que nous prenons le chemin de la division haineuse en plus de la misère.

 

Ceux qui ne sont pas contents n’ont qu’à se plaindre sur internet mais s’ils sortent dans la rue, on les matraquera comme des citoyens de seconde zone. 

 

Ecoutez encore ce que disait Ahmed Ould Sidi Baba chef des smacides d’Atar à propos du français et de l’arabe en Mauritanie. C’est tellement loin de la bêtise et de la dangereuse démagogie des petits monstres qui feront bientôt plein de petits jusqu’à la majorité à l’assemblée pendant qu’une minorité de la même haine aura droit à l'opposition symbolique pour justifier la justice démocratique de l’ensemble soi-disant proportionnellement représenté…

 

 

A moins d’un sursaut au cœur du pouvoir, de proto-citoyens nous deviendrons bientôt des sauvages pour qui le changement n'était qu'un conte pour enfant...

chezvlane

chroniques VLN | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | désintox | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g



Rubriques à la une


Recherche

Pendant ce temps...