. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

M. Abdessalam Horma, président du parti SAWAB et député à l’Assemblée nationale : ‘’Pour tout dialogue auquel l'autorité appelle, notre parti est prêt’’

Jeudi 8 Février 2024 - 12:20

Le Calame : Le Parlement vient d’écouter le discours bilan du Premier ministre. Qu’en pensez-vous ? Le tableau serait-il tout noir, comme le clame l’opposition ?

Abdessalam Horma : Le discours du Premier ministre a présenté des chiffres déjà ressassés et un bilan qui ne répond pas aux aspirations minimales du peuple mauritanien. Durant tout son mandat, il n'a pas présenté le moindre projet structurant : un port, un aéroport, un hôpital, une autoroute ; ni même un réseau ferroviaire pour un train léger réglant les difficultés de transport au sein de la capitale étouffée par les travaux de ponts toujours inachevés à ce jour, comme c'est le cas du pont de Hay Essakin et celui de Bamako.

 

 - Devant le PM, vous avez déploré l’absence de bilan sur la lutte contre la gabegie. Vous avez même indiqué qu’au lieu de reculer, cette pandémie gagne du terrain. Comment se traduit-elle concrètement sur le terrain et pourquoi, à votre avis, le gouvernement ne réussit-il pas à endiguer cette espèce de gangrène ?

‏- On sait que la chose la plus dangereuse à laquelle notre pays est confronté aujourd'hui est la corruption. Le régime en a ouvert le dossier à travers une vaste enquête parlementaire qui s'est conclue par la condamnation d’une seule personne. On sait pourtant que les media, les blogueurs et les enquêteurs traitent d’histoires de corruption dans tout le pays, fournissant des noms, des chiffres, des numéros de téléphone et des dates détaillées mais nous n'avons pas vu ce qui en résulte ni même au-delà. La confiance a été placée dans des noms ambigus liés à des dossiers de corruption officiellement signalés. Le Premier ministre n'a pas parlé de tout cela, sous-entendant un mépris pour ce qui ne peut pourtant être sous-estimé.

 

‏- Á vous entendre, on a le sentiment que le procès de l’ex-Président n’a pas dissuadé ceux qui pillent les ressources du pays. Sur les centaines de suspects épinglés par le rapport de la Commission parlementaire, seule un peu plus d’une dizaine ont été jugés. Pourquoi, à votre avis ?

- Cette question implique de parler du secteur judiciaire, de la séparation des pouvoirs et de la nécessité pour l’Exécutif de retirer la main sur le Judiciaire. Le soi-disant dossier décennal n’a pas produit de résultats convaincants pour l’opinion publique nationale ni abouti à des résultats réalistes pour arrêter ou réprimer le fléau de la gabegie. Je crains que nous n'atteignions bientôt un printemps de celle-ci que notre pays n'aura jamais connu lors tout au long de son histoire.

 

‏- La CENI a fixé la date de la prochaine présidentielle au mois de Juin prochain. Comment avez-vous accueilli cette décision ?

- La commission a respecté les délais constitutionnels mais nous lui demandons de respecter les règles pour laquelle elle a été fondée en tant qu'autorité indépendante : imposer la transparence et l'intégrité. Il lui faut reconsidérer les graves erreurs commises lors des élections passées. Les répéter signifierait que le pouvoir essaie délibérément de tester à l'extrême la patience des gens et ce n'est pas prudent. Le sage ne doit pas faire de la stabilité et de la tranquillité d’un pays un terrain d’expérimentation et de test. C’est présentement d’autant plus nécessaire que la prochaine élection présidentielle est bien plus importante que la précédente.

 

‏- L’opposition est sortie fortement divisée des élections locales de Mai dernier. La présidentielle pourrait-elle lui permettre de retrouver son unité et, partant, d’envisager une candidature unique ?

- Ce dont je suis sûr, c'est qu'il existe désormais un grand désir parmi les partis et les forces d'opposition de surmonter leur mutuelle crise de confiance et de comprendre que faire face au régime nécessite unité et coordination. ‏Quant à la nature et à l'ampleur de cette coordination, c'est à cela que nous œuvrons actuellement. ‏Il ne faut pas oublier que la situation navigue entre deux propositions : la première est de rechercher un candidat présidentiel commun et la seconde d'adopter des pôles de nomination multiples qui se coordonnent entre eux. La question n'est pas encore tranchée.

 

 ‏- Un pacte républicain a été signé entre deux partis de l’opposition et l’INSAF, le principal parti de la majorité présidentielle. Des démarches ont été entreprises pour y rallier le reste de l’opposition, en vain semble-t-il. Pouvez-vous nous en dire les raisons ? Quelle est la position de SAWAB, votre parti ?

- Au sein du parti Al-Sawab, nous nous sommes toujours attachés à notre crédibilité politique. Nous avons été impliqués juridiquement et politiquement dans la fondation de l'Opposition démocratique. Nous considérons que nous en faisons partie et participons à ses décisions concernant les grandes questions nationales : dialogue, élections, etc. Nous avons consacré plusieurs de nos réunions à la question de la Charte républicaine que deux partis d'opposition ont signée avec le pouvoir. Puis nous avons tenté, lors de nos réunions parrainées par l’Institution de l’opposition démocratique, d’associer les deux signataires à nos réflexions mais ils ont décliné l’invitation.

‏Au final, nous, du parti Al-Sawab, considérons que les partis signataires de la Charte possèdent la crédibilité et la légitimité qui leur permettent de discuter avec le gouvernement et nous espérons que ses fruits seront bénéfiques pour la Mauritanie, si ce dialogue a lieu, que ce soit avec eux seuls ou dans une nouvelle formule à laquelle toute la classe politique participe.

 

 ‏- Á quelles conditions l’opposition pourrait rallier le pacte ou, disons, des concertations avec le ministère de l’Intérieur ?

- La position de notre parti, membre fondateur de l'Opposition démocratique, et celle des partis avec lesquels nous travaillons est bien connue et déclarée.  Quant à sa position sur tout dialogue auquel l'autorité appelle, en particulier par la Charte, elle est prête à l'accepter s'il est délivré par le ministère de l'Intérieur. Cela s'entend bien puisqu’il est le gardien des partis et le plus approprié pour s'occuper de ce qui est lié au travail politique.

 

Á quelques mois de la présidentielle, quelle doit être la stratégie de l’opposition pour prouver qu’elle continue à exister et à compter ? Quel rôle pourrait jouer l’Institution de l’opposition démocratique dans le processus de concertations avec le gouvernement ?

- Le rôle dédié à l'Institution de l'opposition démocratique est de parrainer et coordonner, dans des circonstances normales, les consultations entre les partis et les forces de l'opposition. L'événement le plus important auquel elle doit prêter attention pour protéger les intérêts de l'opposition sont les élections en général et les élections présidentielles en particulier. Quant à la nature de ces moyens, ce qui est disponible et ce qui est possible, cela est déterminé par ces divers partis. Certes, cela ne semble guère facile aujourd'hui, malgré le besoin du pays d'un pôle d'opposition fort fixant des objectifs accessibles.

 

‏- Les parlementaires de l’opposition soulèvent régulièrement, dans l’hémicycle, les problèmes de l’unité nationale et de la cohésion sociale (passif humanitaire, lutte contre l’esclavage ou ses séquelles). Pourquoi ces questions peinent-elles à trouver des solutions consensuelles et définitives, alors que le président de la République a exprimé sa disponibilité à y parvenir avec les organisations concernées ?

‏- Les questions que vous évoquez sont l'essence même des problèmes de l'État et de la société mauritanienne modernes. C’est un devoir, pour l'opposition, de les soulever en urgence depuis l'intérieur du Parlement, chaque fois qu'elle en a l'occasion, mais il est clair que l'État et ses décideurs n’ont toujours pas la volonté nécessaire pour les défendre et commencer à les résoudre.

 

‏- Votre allié, monsieur Biram Dah Abeïd, député à l'Assemblée nationale, a déclaré depuis longtemps sa candidature à la présidentielle de Juin 2024. SAWAB pourrait-il le soutenir, au cas où l'opposition ne réussisse pas à s’entendre sur une candidature unique ?

‏- Le parti SAWAB a précédemment annoncé sans équivoque son soutien au candidat Biram. Cette idée et cette annonce sont toujours sur la table et ne seront discutées que dans le contexte d'un débat général au sein de l'opposition et de ses candidats à la prochaine élection.

Le démarrage de l’exploitation du gaz tant attendue en Mauritanie vient d’être reportée pour la seconde fois. N’est-ce pas inquiétant ?

- La question du gaz mauritanien est un des dossiers nationaux majeurs les plus évidents mais hélas entouré d'ambiguïtés et de manque de transparence, alors que les Mauritaniens comptent sur cette importante richesse depuis de nombreuses années pour résoudre leurs problèmes de développement, réduire la pauvreté et améliorer leur tragique situation. Les conditions de vie de vastes secteurs sont menacées par la manipulation et la mauvaise gestion. Le sort du gaz paraît comme celui de nos autres richesses disparues : les intérêts d’un groupuscule condamnent les gens à la faim, à la maladie et à l'ignorance.

 

Propos recueillis par Dalay Lam

lecalame.info

chezvlane

Chroniques VLANE | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | Actualités de l'opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | TRIBUNE LIBRE | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g





Rubriques à la une

Recherche