. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Coup bas contre Ghazouani : avant de « partir » Aziz rend impossible la libération de Mkheitir

Vendredi 21 Juin 2019 - 08:01

Encore une fois, nous avons assisté à une conférence de presse comme on en trouve que chez les petits tyrans.  De petits journalistes posent en tremblant de petites questions auxquelles le petit tyran apporte de petites réponses. Petit tyran signifie que ce n’est pas un tyran sanguinaire, juste quelqu’un qui a un pouvoir de nuisance absolu sur chaque mauritanien. Il peut ruiner ou enrichir qui il veut, il peut faire enfermer ou libérer qui il veut, il peut nommer au sommet de l’état ou envoyer au chômage qui il veut, du petit planton dans un ministère à tel puissant général de l’armée.
 
Il ne faut pas se tromper : Aziz est encore un tout puissant prédateur qui a eu la chance d’hériter d’un peuple mis à genoux par plusieurs régimes autoritaires avant lui. A la différence de ses prédécesseurs, il a eu l’intelligence de dompter l’élite mauritanienne par la soif de privilèges indus, la classe moyenne par la peur du déclassement, les hommes d’affaires par les impôts et le peuple par l’enfumage à tous les étages : d’abord des oulémas, qu’un célèbre cheikh qualifie de «  banaveu », prêts à défendre tous les excès du pouvoir jusqu’à le pousser au parjure et de l’autre une rhétorique cynique pour tenir les mauritaniens par le faux nationalisme  alors que la diplomatie Azizienne par excellence est la plus domestique au service des saoudiens depuis l’indépendance comme s’il s’agissait d’enfants de chœur par rapport au Qatar qu’il vient encore une fois de présenter comme les ennemis de l’unité arabo-musulmane et seul responsable des malheurs qui touchent les pays arabes dévastés par la guerre au nom d’une tentative de greffe forcée de la démocratie.
 
S’il a certainement raison à propos de l’implication du Qatar dans des guerres d’influence dans le monde arabe dévasté où les islamistes radicaux semblent des marionnettes de puissances qui les dépassent, comment peut-il épargner les saoudiens premiers alliés des USA et d’Israël qui sont les premiers responsables du malheur des palestiniens, les uns par le crime et les autres par la caution ?
 
Je suis au regret de voir le Aziz que nous avons défendu pendant des années réussir à tenir le pays que par la rhétorique du faux. On a pu voir combien Aziz est cynique et de mauvaise foi allant jusqu’à épargner le Cheikh Madoff et accabler Mkheitir au nom de son devoir de chef d’état défenseur les valeurs islamiques du peuple mauritanien.
 
Ce que Cheikh Madoff a fait ne relève pas d’une faillite d’un projet commercial sain ni d’un simple litige commercial qui puisse se régler devant les tribunaux que l’on sait. Il s’agit d’un montage financier criminel dès le départ qui a réussi car les victimes, certainement assoiffées de profit, ont pour la plupart cru à la puissance mystique de ce Cheikh Madoff protégé apparemment par le plus haut sommet du pouvoir.
 
Inutile de revenir sur la dynamique de l’affaire mais comment un chef d’état d’une république islamique peut-il, au nom de l’islam, dire qu’il ne peut rien faire sinon laisser la justice suivre son cours alors que le Madoff et sa clique ont agi en toute impunité pendant des années, ruinant des milliers de familles,  déstabilisant tous les marchés de l’immobilier, du bétail, et de tout ce qui court, roule, ou tient debout ?
 
Dieu suffit comme témoin.
 
La vraie lâcheté politique, religieuse et sécuritaire c’est d’avouer qu’il n’est plus à la tête d’un état de droit qui lutte soi-disant contre le terrorisme car la justice ne peut plus rien pour Mkheitir qu’elle estime libérable et l’état est terrorisé par la capacité de nuisance des fanatiques car Aziz déclare : « vous avez vu près de 200.000 citoyens sortir quand ils ont appris qu’il allait être libéré. »
 
Aziz oublie de dire que quasiment tous les chefs de cette mouvance, qui ose prétendre défendre le prophète psl, dont le Cheikh Madoff, ont des démêlés avec la justice pour escroquerie jusqu’au célèbre avocat qui voulait la peau de Mkheitir et de tout avocat qui oserait le défendre.
 
Aziz parle comme si ces fanatiques ne fuyaient pas face à quelques lacrymos ce qui a permis d’ailleurs à Aziz de gouverner, comme bon lui semble, 4 millions de pauvres mauritaniens désespérés sans torturer personne avec les prisons vides et une liberté d’expression unique dans le monde arabe :  la peur des forces de sécurité suffit sans parler de la peur du licenciement et des impôts au service du pouvoir de nuisance d’un chef d’état tout puissant.
 
Passons.
 
 

Le vrai coup bas contre Ghazouani, c’est de dire à la télévision que l’état craint ces fanatiques prêts à sortir par dizaines de milliers si Mkheitir venait à être libéré. Cela équivaut à leur dire ce qu’il faut faire ce jour-là. Ne devait-il pas au contraire, en se fondant sur la légitimité de la justice islamique, menacer quiconque voudrait imposer la loi de la rue ?
 
Quand Aziz dit que la justice de la république islamique de Mauritanie juge Mkheitir libérable, il oublie que cela signifie que l’islam juge Mkheitir libérable et voilà que lui, premier magistrat ne respecte pas cette injonction juridique de la religion. Tout est dit.
 
Encore une fois, Aziz a fait sa conférence de presse pour polluer définitivement la clôture de campagne de Ghazouani pour qu’on n’entende encore parler que d’Aziz sur des sujets graves sachant que cela allait faire la une des journaux et des salons jusqu’à l’élection via les chaînes arabes… Aziz ne pouvait pas faire meilleur cadeau aux maîtres de Riyad. Qu'aura-t-il en échange ? C'est la seule question car celui qui se présente comme le fier nationaliste mauritanien qui envoie au diable les prétendues injonctions de l'occident ne ressemble finalement qu’à un homme des saoudiens incapable de dire 2 phrases en arabe correct même s’il n’a que le mot arabe à la moustache.
 
La Mauritanie des racines, celle qu’on croyait éternelle et dont il ne reste presque plus rien d’authentique vous dit merci. Merci d’avoir montré ce que valent des siècles de fierté rouge sous vos pieds froids.
 
De même merci d’avoir pollué la campagne de celui qui a tenu l’armée quand vous étiez entre la vie et la mort le ventre troué entre les mains des médecins français qui vous ont sauvé la vie. Merci pour celui qui a restructuré l’armée, lui a redonné vie en protégeant les mauritaniens pendant que vous passiez deux mandats dans les airs à faire le tour de la terre chez vos amis les rois grands et petits.
 
Merci

Ahmed Ould Soueid Ahmed
chezvlane

chroniques VLN | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g



Rubriques à la une

Recherche