. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Corruption : ma rencontre avec un islamiste à Mauritel...

Jeudi 11 Janvier 2018 - 17:17

Quelques heures après mon arrivée en Mauritanie, j'ai couru rétablir ma ligne et l'adsl. On ne le dira jamais assez, le service technique de Mauritel est satisfaisant. Du moins celui des agences de Tevrag-Zeina et autres du secteur jusqu'à la route de Nouadhibou. Le personnel est aimable et les techniciens arrivent en moins de 24H, vous appellent pour vérifier que c'est réglé et si quelqu'un débarque chez nous, on vous fait signer un document qui permet à la hiérarchie de suivre au plus près les activités des techniciens. Rien à dire...

Une dame charmante fait le nécessaire et demande à un monsieur à côté s'il est disponible pour aller voir. Dieu a fait qu'il allait dans la zone et me demande de le suivre. Au moment de monter sur mon scooter, je lui fais un signe de ne pas s'éloigner et je mets ma main dans mon sac. A ce geste, je vois qu'il recule en baissant la tête. J'ai pris cela pour de la timidité vu qu'on était pas trop loin de la baie vitrée de l'agence.

Il s'éloigne vers la voiture de Mauritel et je le rejoins en lui tendant une motivation pour le gazoil suffisamment conséquente pour être respectable dans la monnaie ancienne de sorte à ne pas diminuer le geste : 5000 ouguiyas.  A ma grande surprise, il refuse ! En bon mauritanien qui voit là un homme gêné à cause de la noblesse d'âme, j'insiste comme il faut toujours faire quand on fait un cadeau pour montrer que ce n'est pas juste par politesse mais par plaisir et devoir.

Là, je m'aperçois pour la première fois que l'homme a une belle barbe bien grise dont la taille est un fameux signe de reconnaissance pour les frères qui n'ont rien à cacher. Je jure que ce qui sort de ma poche ne saurait y retourner sinon ce serait une humiliation. Il refuse de plus belle et se met à sourire comme un grand seigneur devant un homme qui voulait faire le beau et se retrouve petit à cause d'un geste pas à la hauteur.

Voyant que la scène risque d'alerter les gens dans l'agence qui peuvent tout voir, en plus d'interpeller les passants, les vendeurs de cartes qui ne ratent rien de ce qui se passe dans cette avenue Montaigne et surtout face à mon embarras de bonne foi, il me regarda alors avec beaucoup de grâce en me disant : " d'autres m'ont déjà tenté et même des ministres".

Là j'ai compris que j'avais affaire à un véritable personnage comme on n'en voit de moins  en moins : un homme de principes. Je le regarde mieux pour trouver une issue à l'humiliation qu'il m"impose en me traitant indirectement de " corrupteur".  

Les yeux dans les yeux, voyant qu'à mon tour je changeais de regard, il a certainement vu qu'il parlait aussi à un musulman. Il m'a alors expliqué qu'il ne pouvait accepter car ce serait ouvrir une porte qu'il se refuse à toucher car derrière il y a le chaïtan.  Ce fut dit avec une telle simplicité, une telle conviction sereine que c'en était à la périphérie immédiate du sublime venant d'un homme pour qui 5000 ouguiyas représentent un % non négligeable du salaire.

Bouché bée sans en avoir trop l'air, je lui ai rétorqué en hassania avec le ton d'un pris qui croyait prendre mais qui cherche encore à prendre pour être lui-même moins pris : " c'eût été de la corruption si tu m'avais demandé quelque chose pour faire ton travail ou si tu n'allais pas le faire sans un geste mais là c'est tout naturel de faire un geste technique pour mettre de l'essence dans une voiture d'un technicien en route pour nous régler une affaire sérieuse".

Pour clore le débat, il lança d'un ton presque agacé " non " et se dirigea vers la voiture en faisant non de la tête. A la portière, je lui ai alors demandé de prendre les 5000, d'en faire des petites coupures et de les donner à des nécessiteux d'ici la route de Nouadhibou. Là encore il a refusé gentiment en me demandant de le faire moi-même.

Voyant qu'il prenait mon argent pour quelque de chose de pas halal, je lui ai donné rendez-vous à une certaine station pour le guider jusqu'à l'appartement car je n'avais plus d'arguments  et je craignais que des témoins de l'agence sortent lui donner raison, ce qui reviendrait à faire de moi une sorte de corrupteur au sens médical du terme.

Arrivé avant lui, j'ai vu sur place, une mendiante avec un enfant sur le dos. Dès qu'il s'arrêta, j'ai demandé à la femme de me suivre jusqu'à lui et là lui ai donné les 5000 en lui disant que c'est de la part de ce monsieur. Elle n'a rien compris car elle ne parle que poular et voyant qu'on s'éloignait, elle a dit " diarama" ( merci ) .

Devant l'immeuble, il a regardé ce qu'il avait à faire, m'a dit de demander à la femme de l'agence de l'appeler pour les infos à transmettre à un autre et demain matin tout serait réglé inch'allah.

Avant qu'il ne parte, je lui ai demandé de m'excuser mais qu'il doit savoir une chose : " dans ce pays corrompu à presque tous les étages et où  il n'y a pour majorité que des salaires faibles, rien ne tiendrait debout sans la solidarité entre frères quand quelqu'un peut faire un geste à un autre qui fait honnêtement et bien son travail. Ce n'est pas de la corruption, c'est de l'humanité"

Il a reconnu que la solidarité est tout ce qui empêche ce pays de s'écrouler et nous nous sommes enfin quittés en bonne intelligence. 

Moralité : si Aziz cherche un incorruptible pour surveiller quelque chose, je l'invite à débaucher ce monsieur à l'agence Mauritel de l'avenue Daddah. Quant à moi, je ne suis pas près de faire un geste à quelqu'un de la Mauritel : je m'en excuse aussi...

VLANE


( Pour cause de déménagement le site chezvlane.com est actuellement en pause mais il va reprendre ses activités sous peu inchallah  )

chroniques VLN | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g



Rubriques à la une

Recherche