. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Brakna : Ould Diay s’impose

Mardi 11 Décembre 2018 - 17:34

Les dernières désignations des responsables des instances de l’Union Pour la République (les commissions des femmes et des jeunes) ont démontré que le ministre de l’économie et des finances El Moktar Ould Diay  est un homme puissant qui réussit toujours à bien placer ses hommes et femmes aux postes clés du dispositif du parti et de l’administration. Le jeune El Moustapha Ould Babe Ould El Moustapha, qui vient de passer haut la main à la tête de la commission des jeunes de l’UPR, était son candidat. C’est le fils du maire de Magta Lahjar, Babe Ould El Moustapha que le même ministre a imposé ainsi que tous les maires de la moughataa de Magta Lehjar lors des dernières élections législatives, régionales et municipales du mois d’août dernier.

Depuis son entrée aux hautes fonctions comme directeur général des impôts, El Moktar Ould Diay devenu entretemps puissant ministre de l’économie et des finances n’a cessé de s’imposer aussi bien sur le plan national que régional. Il a fait partie de la fameuse commission de restructuration de l’Union Pour la République dont les membres ont été à l’origine des commissions mandatées pour aller coopter les candidats du parti aux dernières élections. Comme tous les autres membres de cette commission, Ould Diay a usé et abusé en véritable chef de guerre au Brakna où il a été dans tous les coups (bas) depuis la cooptation des candidats à tous les postes électifs jusqu’aux nominations intempestives dans l’appareil administratif des fonctionnaires, surtout au niveau de son département.

Tout le monde se rappelle encore la trentaine de nominations à la veille du troisième tour qui a opposé l’UPR à Tawassoul dans les départements d’Arafat et d’El Mina. Au Brakna, le ministre s’est entouré d’un groupe qui lui a permis d’imposer un mode opératoire fondé sur la dissuasion sonnante et trébuchante qui lui a permis de revoir de fond en comble les rapports traditionnels qui prévalaient jusque là dans la région. Les fortes alliances, parfois contre nature pour avoir fait asseoir ensemble les responsables de tendances traditionnellement très opposées (celles par exemple de l’ancien ministre de l’équipement, Mohamed Abdallahi Ould Oudaa et du maire d’Aleg, Mohamed Ould Ahmed Challa) lui ont permis de faire avaler de grosses couleuvres aux populations du Brakna.

L’une de ces couleuvres est certainement le choix de son cousin (originaire du Gorgol) comme président du conseil régional du Brakna. Aussi, la trentaine de comités de base ‘’fabriquées’’ de toutes pièces dans l’arrondissement de Male lui a permis d’imposer aux traditionnels barons des partis au pouvoir de cette zone, notamment le chargé de mission à la primature Alioune Ould Issa, le patriarche Ismaël Ould Amar, l’ancien consul général, Sid’Amar Ould Sidna et l’ancien député Zeini Ould Ahmed Hadi une présidente de section à sa solde. Même au sud de la région vers Boghé, M’Bagne et Bababé, le puissant ministre a des connexions qui lui ont permis de placer certains de ses hommes au bureau fédéral de l’UPR du Brakna. Les petites incompréhensions avec le général Mohamed Ould Meguett ne sont plus qu’un mauvais souvenir.

Les deux hommes ont réussi à apaiser leurs rapports grâce à des bons offices de très haut niveau. Ceux qui prédisaient ou même souhaitaient la disgrâce du puissant ministre de l’économie et des finances à l’occasion de la formation du dernier gouvernement ont déchanté. Ses nombreux soutiens lui présagent même un rôle important aux prochaines  échéances. Surtout dans l’hypothèse où les militaires chercheraient un homme capable de ‘’tout’’ faire. En attendant, le tonitruant ministre crédité d’une très grosse fortune ne s’arrêterait certainement pas à un si bon chemin. Il jouirait d’une grande confiance du président. La preuve. Bien implanté dans le dispositif du parti au pouvoir. Ami de certains généraux influents de l’institution militaire. Prêt à tout faire pour la perpétuation d’un système qui lui a beaucoup profité. Ould Diay n’a certainement pas encore dit son dernier mot.   


source AMI
chezvlane

chroniques VLN | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g




Banque Populaire de Mauritanie



Rubriques à la une

Recherche