. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

En Chine, les anciens de la Corée plaident l'apaisement avec les Etats-Unis

Mercredi 24 Juin 2020 - 10:25

Jeune soldat, il avait affronté les Etats-Unis  lors de la guerre de Corée (1950-1953): mais 70 ans après le début du conflit, cet ancien combattant chinois n'a aucune envie de revoir les deux puissances s'entredéchirer.

A 87 ans, Yu Jihua observe avec inquiétude les tensions Pékin-Washington autour d'une liste interminable de sujets, du Covid-19 au commerce, en passant par le groupe de télécommunications Huawei, Taïwan, Hong Kong ou la mer de Chine  méridionale.

close
volume_off
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
La guerre de Corée, entamée jeudi il y a exactement sept décennies, avait vu Américains et Chinois s'affronter pour la première fois de l'Histoire. Les premiers à la tête d'une armée de l'ONU , les seconds en soutien aux forces nord-coréennes.

Mais Yu Jihua, qui en fait encore des cauchemars la nuit, n'a aucune envie de revoir un tel affrontement.

 

"Lorsqu'une guerre éclate, c'est l'ensemble des habitants de la planète qui en font les frais", prévient l'ancien combattant.

Il n'avait que 17 ans lorsqu'il a été envoyé sur la péninsule coréenne, avec pour mission d'épauler les troupes nord-coréennes face à l'armée internationale commandée par les Etats-Unis.

A l'issue d'âpres combats pour le contrôle du territoire, le conflit s'est stabilisé autour du 38e parallèle, qui marque toujours aujourd'hui la frontière entre Corées du Nord et du Sud.

Bilan humain: jusqu'à 3 millions de morts coréens, 37.000 côté américain, et de 180.000 à 400.000 pour la Chine.

Raids nocturnes

Une boucherie qui pousse aujourd'hui Yu Jihua et ses anciens frères d'armes à lancer un appel à la raison lors de ce 70e anniversaire.

"On s'est battus contre l'Occident, mais aujourd'hui on exhorte à combattre pour protéger la paix dans le monde", explique M. Yu, qui vit dans la banlieue de Shanghai avec sa femme -- également ancienne combattante de Corée.

 

La Chine qui s'est battue en 1950 est très différente de celle d'aujourd'hui. La toute jeune République populaire n'avait qu'un an au début du conflit.

Avec une armée sous-développée, à des années-lumières de la puissance de feu américaine, les soldats chinois ne pouvaient compter que sur leur courage, leur nombre et leurs raids nocturnes afin de surprendre l'adversaire.

La situation est bien différente aujourd'hui: la Chine dispose du deuxième budget militaire mondial -- loin cependant derrière celui des Etats-Unis -- et ses forces armées ont comblé une grande partie de leur retard technologique.

La guerre de Corée a toutefois "profondément façonné les relations" Pékin-Washington, estime Adam Ni, spécialiste de l'armée chinoise à l'université Macquarie de Sydney.

"Ce conflit est aussi fortement ancré dans la mémoire nationale de la Chine comme une guerre de résistance contre l'impérialisme", souligne-t-il.

'Grand homme d'affaires'

Fei-Ling Wang, spécialiste de la Chine au Georgia Institute of Technology (Etats-Unis), souligne que l'essor économique chinois a permis de "réduire significativement" l'écart militaire avec Washington.

"Dans le Pacifique-Ouest, notamment près des côtes de Chine continentale, les (forces armées chinoises) ont acquis des capacités égales -- voire supérieures -- à celles de leurs homologues américaines."

L'arrivée au pouvoir en 2012 de Xi Jinping  a par ailleurs marqué un tournant, matérialisé par davantage de tensions entre Pékin et Washington.

"La guerre commerciale et l'épidémie de Covid-19 n'ont fait que révéler et souligner cette rivalité", note M. Wang.

"La Guerre froide, durant laquelle la Chine a été la plupart du temps un adversaire majeur des Etats-Unis, semble n'avoir jamais vraiment pris fin et devoir maintenant reprendre."

Un point de vue qui n'entame en rien l'optimisme de Yu Jihua et ses camarades.

"Seuls certains faucons aux Etats-Unis veulent la guerre. Mais le peuple, lui, veut la paix", affirme Wang Zhiyuan, 85 ans.

"Est-ce que Trump veut entrer en guerre ? Je ne crois pas", renchérit Yu Jihua. "C'est un grand homme d'affaires. Il sait très bien peser le pour et le contre."

afp

chezvlane

chroniques VLN | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g




Banque Populaire de Mauritanie

Banque Populaire de Mauritanie


Rubriques à la une

Recherche