. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Au nom de l’intérêt de l’Etat, Ghazouani doit dédommager Aya Gold & Silver avant qu’ils ne s’emparent de l’or mauritanien comme Kinross Tasiast

Samedi 20 Août 2022 - 00:40

Ahmed Ould Soueid Ahmed
Ahmed Ould Soueid Ahmed
chezvlane.com est un site de journalisme indépendant qui n’a aucun lien publicitaire avec aucune société étrangère opérant dans les mines, les télécommunications ou n’importe quelle autre activité économique en Mauritanie. A ce titre nous pouvons donc nous exprimer librement.

La plupart des articles écrits pour dénoncer les dérives de Kinross Tasiast ont été écrits par nous notamment à une époque où Tasiast ne respectait pas les standards internationaux à propos du l’usage du cyanure.

A propos de Aya Gold & Silver active en Mauritanie avec le consortium Tirex SA, il est de notoriété publique que j’ai milité pour que l’état respecte ses engagements. J’étais parfaitement convaincu de mes opinions car les étrangers ne sont pas responsables des termes de notre code minier, ils ne font que respecter nos lois.

Jusqu’à avril 2022, j’étais leur conseiller en communication en Mauritanie. A ce titre, j’ai continué à militer pour mes convictions en la matière malgré le fait qu’ils ont du jour au lendemain mis fin à mon contrat comme ce fut le cas pour tous les fournisseurs pour intimider l’Etat mauritanien en lui signifiant que la prochaine étape sera le départ des investisseurs.

Malgré cela, pendant 4 mois, sans contrat, j‘ai continué mon travail de communicant au service du droit des affaires en Mauritanie.

Pour preuve, j’ai félicité le président en écrivant un article quand un arrêté préfectoral daté du 2 août est sorti intimant aux orpailleurs opérant illégalement sur le périmètre de Tirex de respecter l’ultimatum qui leur a été adressé 4 mois plus tôt pour quitter les lieux.

Aujourd’hui, les lobbies voulant continuer à profiter du périmètre aurifère ont réussi à faire annuler l’arrêté préfectoral. Le conflit est donc entré dans le circuit juridique et Tirex devrait en sortir vainqueur.

Mon contrat en communication devait donc être renouvelé sous peu mais j’ai décidé d’y renoncer car j’ai l’intime conviction que ce serait une erreur historique pour l’Etat mauritanien de renouveler le crime économique commis en cédant à Kinross Tasiast 100% d’une telle mine d’or avec pour l’état que les taxes et autres impôts. Maigre victoire en 2020 avec de redevances qui sont passées de 3 à 6%

source

Nous avons l’or, les investisseurs n’ont que l’argent. L’argent vaut moins que l’or. Comment peut-on donner notre or pour de si faibles revenus alors que nous sommes un pays endetté jusqu’au cou ?

Les investissements de Tasiast sont devenus trop lourds à rembourser. Si la Mauritanie venait à nationaliser tout ça, plus aucun investisseur ne mettrait les pieds chez nous. Et alors ? Ou ah quel or ! Avec tout cet or, nous n’aurions plus besoin de ses investisseurs. Il nous suffirait de prospecter nous-mêmes puis de faire venir des partenaires même chinois pour l’aspect technique et ils seraient payés pour leur travail et non pour prendre notre or et nous donner des miettes.

Aya Gold & Silver n’a encore rien construit. Les sommes investies se limitent aux frais engagés pour prospecter. Ils ont trouvé de l’or, d’ailleurs ce n’est pas eux. C’est Algold qui a trouvé de l’or ensuite Aziz les a privés des fonds escomptés en paralysant la société avec des problèmes administratifs. Ensuite Algold a été racheté par Aya et leurs actions diluées dans la transaction. 

Nous devons indemniser Aya. L’essentiel des autorisations dont ils disposent datent du régime précédent dont le tout puissant dictateur affairiste de l’époque est actuellement là où l’on sait avec sur le dos un rapport d’une commission d’enquête parlementaire accablant.

L’Etat a tous les arguments pour stopper les investissements d’Aya avant de ne plus pouvoir les rembourser. Arrêter un projet d’usine est une chose, nationaliser une usine en est une autre…

S’ils veulent négocier, négocions 50/50 sur la valeur de l’or produit après coûts de production afin d’être gagnant-gagnant sinon, il ne faut pas laisser la mine se construire avant de trouver un accord satisfaisant dans l’intérêt de l’Etat.

Si Aya construit sa mine dans ces conditions, l’Etat mauritanien restera le mendiant dans son propre pays même avec 15% pour l'Etat et 10% pour des privés mauritaniens. 

Quelle popularité pour le président qui déciderait d’arrêter la construction de l’usine d’or en Mauritanie car les dispositions du partenariat sont contraires à l’intérêt de l’Etat.

Notre terre a l’or et  l’Etat sait où il se trouve. Il faut négocier 50/50 ou rien !

Personnellement, sans rouler sur l’or, je renonce à mon futur contrat avec Tirex SA au nom de ma conscience et je ne mettrai plus jamais mes compétences de communicant au service d’une société étrangère dont les activités ne vont pas dans l'intérêt de l'Etat.

VLANE A.O.S.A
chezvlane

Chroniques VLANE | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | Actualités de l'opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | TRIBUNE LIBRE | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g





Rubriques à la une

Recherche